Afin de mettre fin à la crise : "La tenue de l'élection présidentielle est primordiale" affirme Gaïd Salah    Justice : Report du procès de l'homme d'affaires Ali Haddad au 3 juin prochain    Bensalah à l'occasion de la Journée nationale de l'étudiant : "La réussite de la transition exige d'immenses efforts de tous"    Réunion des membres du JMMC à djeddah : Engagement pour un marché équilibré du pétrole    Le Premier ministre du Niger entame une visite à Alger    La liste des arrestations toujours ouverte    Le mouvement populaire se mêle de tout    50.000 hectares accordés au groupe Haddad à El Bayadh récupérés    Vodafone : Le groupe baisse son dividende pour contenir sa dette    Canada : Le pétrole de l'Alberta va-t-il raviver la flamme indépendantiste au Québec ?    Un fléau politique    On prépare "l'électricité" estivale    Décantations, surdéterminations idéologiques, sous estimations sociologiques    L'appel des trois suscite toujours des réactions    Les craintes d'un conflit toujours vives    L'Onu se saisit de la crise séparatiste au Cameroun Paul Biya s'ouvre au dialogue    Y aura ou non une guerre au Venezuela ? : La grande question que tout le monde se pose en ce moment    12 jihadistes présumés tués dans des opérations de police    Les Palestiniens rejettent la conférence de Bahreïn    Accord trouvé pour arrêter la grève des joueurs    Chettih fait les éloges de Cherrad    Ghoulam et Ounas retenus    Une tradition ramadhanesque pour resserrer les liens de fraternité    Le MCO veut refaire à l'USMA le coup de... 1983    Précisions de Miloud Iboud    Le pire a été évité    Trois ans pour le faussaire    Mort par électrocution d'un employé de Sonelgaz    Bedoui annonce de nouvelles mesures    Ils sont le "phénomène" de la protesta    La mascotte officielle dévoilée    Adrar : "Tekerkeba", un rite spécial Ramadhan encore préservé    Une expérience de jazz algéro-polonais    Al Jahidh, écrivain encyclopédiste arabe hors pair du 8ème et 9ème siècle    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    La nouvelle scène Chaâbi continue d'animer Alger    Hausse de 7 % au 1er trimestre 2019    Appel à la démission de Mouad Bouchareb    Le Barça n'avait jamais laissé le Real aussi loin derrière    Report du procès de l'homme d'affaires Ali Haddad au 3 juin prochain    CLASSEMENT ANNUEL ETABLI PAR L'HEBDOMADAIRE JEUNE AFRIQUE : Le Peuple algérien le plus influent d'Afrique    Constantine et Skikda : Les universitaires célèbrent le 19 Mai dans la rue    Les étudiants marchent dans des rues quadrillées    Réflexion et débats au programme à Oran    Le NAHD dans tous les esprits    Manœuvres saoudiennes et émiraties    Cheveux d'ange au miel    Tajine malsouka au poulet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abderrahmane Benhamadi. PDG de Condor : «L'Afrique est l'avenir, et l'avenir c'est aujourd'hui»
Publié dans El Watan le 07 - 04 - 2019

Rencontré à Kigali, au Rwanda, en marge de l'Africa Ceo Forum, Abderrahmane Benhamadi, PDG du groupe Condor, reste l'un des rares industriels algériens à vouloir s'implanter durablement en Afrique dans des pays qui connaissent des taux de croissance parmi les plus élevés du monde et des marchés régionaux qui font preuve de plus en plus de dynamisme et d'attractivité.
Le groupe, originaire de Bordj Bou Arréridj, confirme ainsi sa fulgurante ascension et son PDG, nominé pour le prix du «Ceo of the Year», PDG de l'année, l'a raté de très peu mais rendez-vous est déjà pris pour l'année prochaine. Dans cet entretien qu'il a accordé à El Watan, il revient sur la stratégie de son groupe pour le continent africain.

M. Benhamadi, vous êtes l'un des habitués de l'Africa Ceo Forum et parmi les rares industriels algériens à vouloir mettre un pied en Afrique. Quelle importance revêt pour vous le continent africain ?
Je pense que l'Afrique commence à bouger et cela fait quand même quelques années que le continent noir s'est réveillé. L'Afrique, c'est l'avenir, et l'avenir c'est aujourd'hui. On voit beaucoup de pays émerger comme le Kenya, l'Ethiopie, le Rwanda et d'autres encore.
C'est vrai que d'un point de vue richesses en valeur absolue, on peut considérer que ce sont encore des pays pauvres, mais en termes de croissance, de valorisation des ressources humaines, de management, de qualité de l'école et de l'université, de bonne gouvernance, ils sont très en avance sur nous et ils sont en train d'avancer très rapidement.
Et comme à Condor cela fait quelques années déjà que nous avons axé notre stratégie sur l'export, l'Africa Ceo Forum est l'endroit idéal pour rencontrer des opérateurs économiques, des industriels, des transporteurs maritimes, des banquiers, des assureurs et tous ceux qui nous permettent déjà d'avoir une idée des pays avec lesquels nous pouvons travailler.
Et ça marche, nous sommes déjà au Sénégal, au Bénin, au Congo, en Mauritanie, au Mali et on continue de s'implanter dans d'autres pays.
Vous vous êtes également attaqué au marché français récemment, alors quelle est votre priorité aujourd'hui, l'Afrique ou bien l'Europe ?
Nous voulons nous concentrer sur ces marchés que l'on dit faciles, c'est-à-dire régionaux, comme la Tunisie, la Libye, la Mauritanie et bientôt le Maroc avant de descendre vers l'Afrique de l'Ouest car ce sont des pays francophones avec lesquels nous avons les mêmes habitudes de consommation et les mécanismes économiques avant d'aller vers les pays de l'Afrique de l'Est, l'Ouganda, le Kenya, l'Ethiopie ou le Rwanda où nous nous trouvons aujourd'hui.
Pratiquement tous les pays présents à ce forum se présentent en force avec de grandes délégations conduites par des présidents ou des ministres. Ne regrettez-vous pas l'absence d'officiels algériens à vos côtés ?
Normalement, la stratégie de l'export doit être inscrite comme une priorité au sein du gouvernement mais pour le moment les entreprises algériennes désireuses d'exporter leurs produits se retrouvent seules au contraire des entreprises étrangères qui veulent exporter vers l'Afrique et qui bénéficient du soutien politique, économique et logistique de leurs gouvernements.
Vous avez vu hier, comme nous, à quel point nos voisins marocains, pour ne citer que cet exemple là, étaient présents en force. Les nôtres, eux, sont aux abonnés absents.
Il y a donc un manque d'accompagnement du gouvernement des entreprises souhaitant se déployer à l'étranger…
Absolument ! Il y a un manque d'accompagnement du gouvernement central, il faut le dire.
C'est vrai que le chargé d'affaires algérien était avec nous, mais il ne disposait pas, à vrai dire, de grands moyens pour nous accompagner. Il n'avait même pas été informé de notre présence, pourtant nous avions averti le ministère des Affaires étrangères il y a de cela trois semaines de notre présence à Kigali.
Quels sont les projets de Condor à l'export ?
Nous allons tout d'abord renforcer notre présence sur le sol français, mission que nous avons confiée à notre Deputy Ceo Réda Hamaï ici présent. Pour l'Afrique du Nord, notre objectif est de doubler nos exportations vers la Tunisie et nous allons ouvrir le marché marocain cette année 2019 et renforcer les marchés du Congo et du Sénégal.
Sur tous les marchés, nous essayons d'être présents à tous les événements puis de mesurer notre poids en rapport qualité-prix par rapport à la concurrence et aux difficultés du marché. A un moment donné, il faudrait peut-être songer à investir dans des lignes de montage pour éviter les barrières douanières par exemple.
Et sur le plan national ?
Sur le plan national, il y a beaucoup de projets en cours comme le projet Nardi qui va démarrer incessamment. Nous avons renforcé notre société à Oran pour la fabrication d'emballage en verre et nous allons investir plus de 10 millions de dollars pour la fabrication de câbles de haute tension à Biskra. En un seul mot : Condor bouge.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.