Vent de contestation au groupe média d'Ali Haddad    Man United : Pour Mourinho, son limogeage était mérité    Le bilan s'élève à près de 200 victimes    Real - Zidane : "Satisfait pour Karim, mais..."    Les magistrats confirment et dénoncent    Le temps des incertitudes    Les travailleurs exigent le versement de leurs salaires    Un Plan national climat pour bientôt    Des partis et des personnalités soutiennent Kaïs Saïed    L'Iran plaide pour un projet régional de sécurité    L'armée envoie des renforts à proximité du plateau du Golan    Affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Suez    Début de la révision des listes électorales    Une nouvelle marche populaire pour la libération des détenus à Chemini    Résultats    Bien négocier la manche aller    Batelli critique le rendement des joueurs    Ce que risque Sofiane Bouchar    Le niet de Benbitour    Plus de 16 500 étudiants affiliés    Interception de 9 harragas    Le policier à l'origine de l'accident mortel à Oued R'hiou écroué    Les syndicats chez le ministre    Un espace pour préserver l'histoire de cette expression populaire    "Trésor humain vivant" du Sénégal    Blonde ou brune ?    Tinder lance une série interactive qui influencera les rencontres proposées à l'utilisateur    Réception de plusieurs équipements au 1er trimestre 2020    Le procès renvoyé au 29 septembre    Tribunal militaire de Blida : Un procès sur fond d'interrogations    Affaire Kamel Chikhi : Report du procès au 6 octobre prochain    «La classe politique et les personnalités doivent se positionner avec le peuple»    On adopte la règle du pollueur payeur    MO Béjaïa : Nechma remplace Bouzidi    JS Kabylie : Enchaîner par une troisième victoire face au CRB    La langue de Molière ou la langue de Shakespeare : «Is that ‘‘la question'' ?»    Aït Ferrach (Bouzeguène) : Un mémorial de chouhada en chantier    Aïn Defla : Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    El-Tarf: Des transporteurs bloquent l'accès d'une base de vie chinoise    GALETTE ET PETIT-LAIT    La future coalition en Israël : blanc bonnet et bonnet blanc    Pommades cancérigènes: Les précisions du SNAPO    Le spleen du professeur avant la retraite    Le ministère s'explique    Les victimes protestent et réclament leur argent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Au cœur de l'Afrique qui bouge : Rwanda, le grand petit pays
Reportage
Publié dans El Watan le 07 - 04 - 2019

Kigali, la capitale du Rwanda, le pays des Mille Collines, est une ville très surprenante qui ne ressemble à aucune autre. Drapée d'un immense tapis de verdure, elle épouse ces fameuses collines qui ont donné un second nom au pays et ondule au gré de leurs formes. Kigali refuse de se livrer du premier regard.
Elle exige de ses visiteurs de prendre le temps de la découvrir en partant à l'assaut des monts et vallées qu'elle a décidé de coloniser. Fondée en 1907 en tant que petit avant-poste colonial, c'est aujourd'hui une métropole moderne et le principal centre d'affaires du pays.
Immeubles modernes et habitations se nichent au milieu d'une végétation souvent luxuriante. Jardins et pelouses sont impeccablement entretenus et la propreté est partout. Le long des rues larges et bordées d'arbres majestueux et de jardins verdoyants, des écoliers sur le chemin de l'école portent des uniformes.
Au premier regard, on se rend compte que la cité n'a nullement usurpé son titre de ville la plus propre et la plus sûre d'Afrique. Les sachets en plastique y sont interdits depuis des années et une armée de femmes en uniforme s'emploient dès le matin à balayer les rues et les espaces publics qui ne reçoivent souvent que les feuilles mortes qui tombent des arbres.
Le pays s'apprête à célébrer le triste anniversaire du génocide suivi de guerre civile qu'il a connus il y a très exactement 25 ans, mais cette page noire a été tournée et le regard est résolument tourné vers l'avenir. L'heure, cependant, est à l'Africa Ceo Forum qui réunit chaque année le who's Who du secteur privé africain.
Chaque pays essaie de se placer au mieux
Situé au sommet d'une colline verdoyante, le Centre des conventions de Kigali commence doucement à s'animer en cette fin de journée de dimanche 24 mars, veillée d'armes de l'Africa Ceo Forum, le plus grand rendez-vous des chefs d'entreprises privées africaines.
Organisé par Jeune Afrique Media Groupe et Rainbow Unlimited avec le concours de l'International Finance Corporation de la Banque mondiale, le forum est devenu le rendez-vous incontournable des chefs d'entreprise africains, des décideurs et investisseurs du monde entier. C'est là que beaucoup de choses se décident.
C'est un espace de débats et d'échanges sur les stratégies africaines de développement économiques, mais également une opportunité de faire du business, des affaires, des pactes de partenariat, etc. En fait, dans ce genre de forum, chaque pays essaie de se placer, de se vendre au mieux aux nombreux investisseurs présents.
Certains y envoient carrément leur président en VRP. Pas moins de quatre chefs d'Etat, ceux du Rwanda, du Togo, de la République du Congo et de l'Ethiopie sont là aux côtés de 28 ministres.
En tout, ce sont 1800 participants, dont les chefs d'entreprise les plus influents du continent africain qui assistent en cette matinée de lundi 25 mars à la cérémonie d'ouverture qui se tient dans l'immense salle du Centre des conventions. «Le développement du continent ne peut pas se faire sans le secteur privé africain.
Les investisseurs doivent être impliqués», plaide Amir Ben Yahmed, président de l'ACF en invitant les gouvernements à permettre au secteur privé africain de jouer son rôle dans la création d'emplois nécessaires à la croissance démographique de l'Afrique. D'autant plus, comme le souligne Philippe Le Houerou, le directeur général de l'IFC, «l'Afrique a besoin de 1,7 million de nouveaux emplois chaque mois». «La seule façon de le faire est de développer un secteur dynamique et compétitif, fondé sur le libre-échange et les opportunités à travers le continent. Nous avons donc besoin de visionnaires, de pragmatiques et de nouveaux marchés», dira-t-il.
Rwanda, la nouvelle success story africaine
Dans son discours lu devant l'assistance, Paul Kagame, le président du Rwanda, plaide, lui, pour la mise en œuvre rapide de la Zone de Libre-échange continentale (ZLEC) qui jouerait le rôle de puissant moteur pour la croissance du secteur privé et l'émergence de nouveaux champions africains.
En fait, le Rwanda connaît ces dernières années un développement économique qui force l'admiration et le respect de tous les observateurs attentifs aux grands changements économiques dans le monde.
C'est la nouvelle success story africaine. Pour preuve, dans le classement Doing Business de la Banque mondiale, le pays des Mille Collines est classé à la 29e place. En 10 ans, il a fait un bond prodigieux de 110 places.
A titre de comparaison, le Maroc est classé à la 60e place et la Tunisie à la 80e place. Quant à l'Algérie, il faut plonger dans les profondeurs du classement pour la trouver : 157e sur un total de 190 pays et villes.
Par contre, dans l'étude menée par le cabinet d'audit et de consulting Deloitte auprès de 120 chefs d'entreprise africains dont les chiffres d'affaires sont supérieurs à 100 millions d'euros, l'Algérie pointe à la 12e place des pays attractifs en termes d'investissements derrière les champions africains qui sont dans l'ordre, la Côte d'Ivoire, le Rwanda, le Kenya, l'Ethiopie, l'Afrique du Sud, le Ghana, le Maroc, le Nigeria, le Sénégal et la Tunisie.
Ces dernières années, l'Afrique bouge et voit émerger des pays qui connaissent un taux de croissance respectable. Six des dix pays qui connaissent le taux de croissance le plus haut au monde sont africains. Il s'agit, dans l'ordre, du Ghana (8,7), l'Ethiopie (8,2), la Côte d'Ivoire (7,2), Djibouti (7), Sénégal (6,9) et Tanzanie (6,8). L'Afrique de l'Est n'est pas en reste : son taux de croissance est de 6%. A titre d'exemple, celui de l'Algérie était de 2,2 en 2017 après avoir été de 3,3 en 2016. Cela veut dire qu'il couvre à peine le taux de croissance démographique.
Pour Amir Ben Yahmed, le modèle de développement du Rwanda est basé sur trois choses : l'éducation, l'innovation et la performance. En dehors de la langue locale, le kinyarwandais, parlée par une majorité d'habitants, les langues de travail sont l'anglais et le français, mais avec une nette préférence pour la première. Les femmes rwandaises sont très actives et ce n'est pas pour rien que l'AFC met l'accent sur le leadership féminin en économie.
Dès le premier jour, nous partons à la recherche des Algériens présents à ce forum, ils se comptent sur les doigts d'une seule main. Il y a Abderrahmane Benhamadi, le PDG de Condor, venu avec Réda Hamaï, son Deputy CEO, et Hassen Khelifati, le PDG d'Alliance Assurances. L'Algérie ayant fermé son ambassade au Rwanda, il y a un chargé d'affaires, Abdelaziz Djafri en l'occurrence, qui assure une présence toute symbolique aux côtés des hommes d'affaires algériens.
«L'Afrique subsaharienne est en train de nous distancer»
Hassen Khelifati, PDG d'Alliance Assurances, avoue qu'il est ici beaucoup plus pour prendre des contacts, échanger avec les partenaires et les collègues et surtout voir comment les économies africaines se sont développées en axant leur stratégie sur le développement du secteur privé.
Pour lui, il est impossible de construire une économie en maintenant les vieux schémas de développement, en ne prenant pas le cap de la digitalisation, des nouvelles technologies et du rôle central du secteur privé dans les nouvelles économies. «L'Afrique subsaharienne est en train de nous distancer sur beaucoup de plans : vision, organisation, formation, digitalisation et modernisation de l'infrastructure de l'économie et de l'administration.
Chez nous, malheureusement, on fait un pas en avant et un autre en arrière. L'Afrique, c'est la profondeur stratégique de l'Algérie et tandis que les pays maghrébins sont présents en force, l'Algérie est absente comme toujours. Nous, on vient en initiative privée et on aurait aimé que nos officiels soient présents et qu'ils comprennent enfin les enjeux économiques du futur», dit-il.
Rencontré au cours d'un dîner, Casper Kundert, qui dirige une société américaine de cartographie informatique, connaît bien le Rwanda pour s'y être installé depuis quelques années.
Ce suisse qui est également le consul honoraire de Norvège explique le changement spectaculaire que connaît le pays par «la bonne gouvernance». «Le Rwanda a fait beaucoup de progrès.
Ils ont su dépasser la tragédie du passé et repartir du bon pied en mobilisant toutes leurs ressources, surtout humaines.» Bonne gouvernance, éducation, performance ? C'est peut-être là que réside la leçon à tirer de ce petit pays 90 fois plus petit que l'Algérie mais qui fait cent fois mieux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.