Pour une solution consensuelle: Taleb Ibrahimi, Benyelles et Ali Yahia Abdennour lancent un appel    Alger: Rassemblement de dizaines de militants pour la libération de Louisa Hanoune    Aviculture: La consommation de volaille en hausse de 10 % par an    Sa gestion-exploitation confiée à l'EPIC Ermeso: Le parking à étages de M'dina Djdida «otage» du marché informel    Déclaration du chef du gouvernement marocain à propos de l'Algérie: Rabat dément    JS Kabylie: A fond pour une nouvelle dimension    MC Oran: A la recherche des points salvateurs    MO Béjaïa: Une situation critique    Tlemcen: 36 tonnes de viandes congelées saisies à Ghazaouet    Skikda: Un f'tour collectif empêché par les forces de sécurité    Mila: Un véhicule se renverse, 2 morts et un blessé    Le sage père de famille et l'Algérie de demain    Macron recevra Haftar la semaine prochaine    Baptême du feu pour Arkab!    La reprise des liaisons aériennes reportée    Viande à 750 DA: c'est où M. le ministre?    Arrestation de 29 terroristes    Numidia TV bouleverse la hiérarchie du Ramadhan 2019    Du talent et des aiguilles...    7 Algériens dans la liste de la FIFA    Son traitement est introuvable en Algérie : L'appel de détresse d'une jeune cancéreuse    Sonatrach et Eni prolongent leur lune de miel    Youcef Addouche et Kenza Dahmani sacrés    Frifer se rapproche du CS Sfax    Des soirées littéraires    Transition politique : Conférence nationale pour aboutir à un scrutin présidentiel intègre et crédible    La santé en péril    Ils avaient tout prévu dans leur lettre de 2017    Corée du Nord : Comment une "douzaine de voyous" a pris d'assaut l'ambassade à Madrid    Industrie : Les géants de l'auto confrontés au marché de l'occasion en Afrique    Il égorge sa femme juste avant le ftour    "Une décision salutaire"    Scandale au CPA de Bouira    Trois ans après avoir été démis de ses fonctions : Zeghmati désigné Procureur général de la Cour d'Alger    Etats-Unis : La tension USA-Chine plaide pour une baisse de taux de la Fed    JSK : La JSK répond à l'usma : «Justifier la défaite par des prétextes est l'arme des faibles»    Bourses : Des signaux rassurants relancent l'appétit pour le risque    Avec un "concept store" dans le centre de Beijing : Carrefour Chine étend sa stratégie de distribution intelligente    Le plaidoyer du compromis    Nomination de quatre nouveaux cadres    Le FFS maintient le cap    6 civils tués lors d'un raid saoudien    Farah Rigal en automne en Algérie    Les bilans moral et financier adoptés à l'unanimité    Restauration de la casbah : Le projet confié aux cubains    Le Maghreb se démarque dans la compétition    Kefta bel ham, la version de Skikda    Ouverture d'une nouvelle librairie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Au cœur de l'Afrique qui bouge : Rwanda, le grand petit pays
Reportage
Publié dans El Watan le 07 - 04 - 2019

Kigali, la capitale du Rwanda, le pays des Mille Collines, est une ville très surprenante qui ne ressemble à aucune autre. Drapée d'un immense tapis de verdure, elle épouse ces fameuses collines qui ont donné un second nom au pays et ondule au gré de leurs formes. Kigali refuse de se livrer du premier regard.
Elle exige de ses visiteurs de prendre le temps de la découvrir en partant à l'assaut des monts et vallées qu'elle a décidé de coloniser. Fondée en 1907 en tant que petit avant-poste colonial, c'est aujourd'hui une métropole moderne et le principal centre d'affaires du pays.
Immeubles modernes et habitations se nichent au milieu d'une végétation souvent luxuriante. Jardins et pelouses sont impeccablement entretenus et la propreté est partout. Le long des rues larges et bordées d'arbres majestueux et de jardins verdoyants, des écoliers sur le chemin de l'école portent des uniformes.
Au premier regard, on se rend compte que la cité n'a nullement usurpé son titre de ville la plus propre et la plus sûre d'Afrique. Les sachets en plastique y sont interdits depuis des années et une armée de femmes en uniforme s'emploient dès le matin à balayer les rues et les espaces publics qui ne reçoivent souvent que les feuilles mortes qui tombent des arbres.
Le pays s'apprête à célébrer le triste anniversaire du génocide suivi de guerre civile qu'il a connus il y a très exactement 25 ans, mais cette page noire a été tournée et le regard est résolument tourné vers l'avenir. L'heure, cependant, est à l'Africa Ceo Forum qui réunit chaque année le who's Who du secteur privé africain.
Chaque pays essaie de se placer au mieux
Situé au sommet d'une colline verdoyante, le Centre des conventions de Kigali commence doucement à s'animer en cette fin de journée de dimanche 24 mars, veillée d'armes de l'Africa Ceo Forum, le plus grand rendez-vous des chefs d'entreprises privées africaines.
Organisé par Jeune Afrique Media Groupe et Rainbow Unlimited avec le concours de l'International Finance Corporation de la Banque mondiale, le forum est devenu le rendez-vous incontournable des chefs d'entreprise africains, des décideurs et investisseurs du monde entier. C'est là que beaucoup de choses se décident.
C'est un espace de débats et d'échanges sur les stratégies africaines de développement économiques, mais également une opportunité de faire du business, des affaires, des pactes de partenariat, etc. En fait, dans ce genre de forum, chaque pays essaie de se placer, de se vendre au mieux aux nombreux investisseurs présents.
Certains y envoient carrément leur président en VRP. Pas moins de quatre chefs d'Etat, ceux du Rwanda, du Togo, de la République du Congo et de l'Ethiopie sont là aux côtés de 28 ministres.
En tout, ce sont 1800 participants, dont les chefs d'entreprise les plus influents du continent africain qui assistent en cette matinée de lundi 25 mars à la cérémonie d'ouverture qui se tient dans l'immense salle du Centre des conventions. «Le développement du continent ne peut pas se faire sans le secteur privé africain.
Les investisseurs doivent être impliqués», plaide Amir Ben Yahmed, président de l'ACF en invitant les gouvernements à permettre au secteur privé africain de jouer son rôle dans la création d'emplois nécessaires à la croissance démographique de l'Afrique. D'autant plus, comme le souligne Philippe Le Houerou, le directeur général de l'IFC, «l'Afrique a besoin de 1,7 million de nouveaux emplois chaque mois». «La seule façon de le faire est de développer un secteur dynamique et compétitif, fondé sur le libre-échange et les opportunités à travers le continent. Nous avons donc besoin de visionnaires, de pragmatiques et de nouveaux marchés», dira-t-il.
Rwanda, la nouvelle success story africaine
Dans son discours lu devant l'assistance, Paul Kagame, le président du Rwanda, plaide, lui, pour la mise en œuvre rapide de la Zone de Libre-échange continentale (ZLEC) qui jouerait le rôle de puissant moteur pour la croissance du secteur privé et l'émergence de nouveaux champions africains.
En fait, le Rwanda connaît ces dernières années un développement économique qui force l'admiration et le respect de tous les observateurs attentifs aux grands changements économiques dans le monde.
C'est la nouvelle success story africaine. Pour preuve, dans le classement Doing Business de la Banque mondiale, le pays des Mille Collines est classé à la 29e place. En 10 ans, il a fait un bond prodigieux de 110 places.
A titre de comparaison, le Maroc est classé à la 60e place et la Tunisie à la 80e place. Quant à l'Algérie, il faut plonger dans les profondeurs du classement pour la trouver : 157e sur un total de 190 pays et villes.
Par contre, dans l'étude menée par le cabinet d'audit et de consulting Deloitte auprès de 120 chefs d'entreprise africains dont les chiffres d'affaires sont supérieurs à 100 millions d'euros, l'Algérie pointe à la 12e place des pays attractifs en termes d'investissements derrière les champions africains qui sont dans l'ordre, la Côte d'Ivoire, le Rwanda, le Kenya, l'Ethiopie, l'Afrique du Sud, le Ghana, le Maroc, le Nigeria, le Sénégal et la Tunisie.
Ces dernières années, l'Afrique bouge et voit émerger des pays qui connaissent un taux de croissance respectable. Six des dix pays qui connaissent le taux de croissance le plus haut au monde sont africains. Il s'agit, dans l'ordre, du Ghana (8,7), l'Ethiopie (8,2), la Côte d'Ivoire (7,2), Djibouti (7), Sénégal (6,9) et Tanzanie (6,8). L'Afrique de l'Est n'est pas en reste : son taux de croissance est de 6%. A titre d'exemple, celui de l'Algérie était de 2,2 en 2017 après avoir été de 3,3 en 2016. Cela veut dire qu'il couvre à peine le taux de croissance démographique.
Pour Amir Ben Yahmed, le modèle de développement du Rwanda est basé sur trois choses : l'éducation, l'innovation et la performance. En dehors de la langue locale, le kinyarwandais, parlée par une majorité d'habitants, les langues de travail sont l'anglais et le français, mais avec une nette préférence pour la première. Les femmes rwandaises sont très actives et ce n'est pas pour rien que l'AFC met l'accent sur le leadership féminin en économie.
Dès le premier jour, nous partons à la recherche des Algériens présents à ce forum, ils se comptent sur les doigts d'une seule main. Il y a Abderrahmane Benhamadi, le PDG de Condor, venu avec Réda Hamaï, son Deputy CEO, et Hassen Khelifati, le PDG d'Alliance Assurances. L'Algérie ayant fermé son ambassade au Rwanda, il y a un chargé d'affaires, Abdelaziz Djafri en l'occurrence, qui assure une présence toute symbolique aux côtés des hommes d'affaires algériens.
«L'Afrique subsaharienne est en train de nous distancer»
Hassen Khelifati, PDG d'Alliance Assurances, avoue qu'il est ici beaucoup plus pour prendre des contacts, échanger avec les partenaires et les collègues et surtout voir comment les économies africaines se sont développées en axant leur stratégie sur le développement du secteur privé.
Pour lui, il est impossible de construire une économie en maintenant les vieux schémas de développement, en ne prenant pas le cap de la digitalisation, des nouvelles technologies et du rôle central du secteur privé dans les nouvelles économies. «L'Afrique subsaharienne est en train de nous distancer sur beaucoup de plans : vision, organisation, formation, digitalisation et modernisation de l'infrastructure de l'économie et de l'administration.
Chez nous, malheureusement, on fait un pas en avant et un autre en arrière. L'Afrique, c'est la profondeur stratégique de l'Algérie et tandis que les pays maghrébins sont présents en force, l'Algérie est absente comme toujours. Nous, on vient en initiative privée et on aurait aimé que nos officiels soient présents et qu'ils comprennent enfin les enjeux économiques du futur», dit-il.
Rencontré au cours d'un dîner, Casper Kundert, qui dirige une société américaine de cartographie informatique, connaît bien le Rwanda pour s'y être installé depuis quelques années.
Ce suisse qui est également le consul honoraire de Norvège explique le changement spectaculaire que connaît le pays par «la bonne gouvernance». «Le Rwanda a fait beaucoup de progrès.
Ils ont su dépasser la tragédie du passé et repartir du bon pied en mobilisant toutes leurs ressources, surtout humaines.» Bonne gouvernance, éducation, performance ? C'est peut-être là que réside la leçon à tirer de ce petit pays 90 fois plus petit que l'Algérie mais qui fait cent fois mieux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.