Le Premier ministre inspecte la nouvelle cité 1200 logements AADL à Sid Bel Abbès    Troubles au Mali: les représentants de l'UA, Cédéao, ONU et UE appellent à "la retenue"    Réserves énergétiques: le Président Tebboune ordonne l'exploitation de tous les gisements    Accidents de la circulation: 2 morts et 128 blessés en 24 heures    Industrie: Tebboune ordonne de promulguer les cahiers des charges avant le 22 juillet    La difficile mission de Belahcel    Le fabuleux déclin d'une incorrigible gaffeuse    Boukadoum en visite de travail lundi en Tunisie    Un nouveau volet dans le «dossier automobile»    Le Premier ministre entame une visite de travail dans la wilaya de Sidi Bel-Abbès    «La situation dans la wilaya n'est pas catastrophique»    Un travailleur humanitaire tué dans l'ouest du pays    Nouvelle manifestation contre l'arrestation d'un gouverneur en Russie    Les offrandes de Mahrez    La FAF prête à payer, mais sous condition    Sonatrach revoit sa stratégie de gestion    L'échéance repoussée d'un mois à l'autre    Démantèlement d'un réseau de trafic d'armes    Plaidoyer pour une implication plus significative des EPSP dans la lutte contre Covid-19    Hommage à Idir, symbole de toute une génération    Zoom sur la culture, la nature et la beauté du pays    Sur les traces de "Femmes ayant marqué l'histoire de l'Algérie"    Les grands chantiers de réformes pour créer un nouveau modèle de croissance    MC Oran : Les supporters du club mettent leur grain de sel    On vous le dit    Ligue des champions d'Afrique : Le Cameroun refuse d'abriter le Final 4    Fête de l'indépendance: le Président Tebboune reçoit les vœux des présidents de plusieurs pays    Un peuple indépendant en mal de souveraineté (2e partie et fin)    Concours du meilleur design de timbre-poste: les délais de participations prolongés    Bouira: Meurtre de la jeune avocate : les 3 mis en cause écroués    Le nouveau chef de la sûreté de wilaya installé    Covid-19: Les walis appelés à sévir    USM Bel-Abbès: Quatre milliards de centimes bloqués    Identité de papier    Artiste-peintre et professeur de dessin: Vibrant hommage à El Hachemi Mohamed    «Officiellement, je ne serai plus en place à compter du 24 juillet»    Meziane buteur, Benghit exclu    Comment intégrer les médecins libéraux ?    Crackers fromage-noix    Zeghlache donne les raisons du transfert de Boussouf    L'attestation d'affiliation téléchargeable désormais via l'espace «El Hanaa»    Banalisation de la mort jusqu'à quand ?    Atatürk immolé à Sainte-Sophie    Hommage au frère Belaïd Abdesselam    REPLIQUE AU TWEET DE MARINE LE PEN    Arnaque à la communication !    La reconversion des seconds couteaux    "Les médias publics doivent se réorganiser "de manière profonde"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mascara : la population ne veut pas de Bensalah
Publié dans El Watan le 12 - 04 - 2019

En ce 8e vendredi de manifestation, des milliers de personnes ont investi les rues des différentes villes de la wilaya de Mascara pour exiger le départ d'Abdelkader Bensalah, chef de l'Etat par intérim.
«Le peuple ne veut pas de Bensalah président, il fait parti de Issaba», «Ni Bensalah, ni Belaiz, dégages tous», «Non au pouvoir de la mafia» et «Ni Salah, ni Bensalah», scandaient les manifestants, en parcourant les principales artères de la ville de Mascara.
Sous les regards des policiers présents en force sur les lieux, les manifestants de toutes les couches sociales, n'affichant aucune appartenance politique ou syndicale, se sont montrés très fermes et déterminé que jamais à poursuivre leur mouvement de protestation populaire jusqu'à la chute du système.
«Nous continuerons à manifester jusqu'à ce que ce système en place dégage. Même leur répression policière nous ne fera pas reculer. Ils doivent obéir au peuple source de tout pouvoir», nous dira un fonctionnaire de la Santé accompagné de ses enfants.
Les manifestants mécontents ont tiré à boulets rouges sur le général-major, Ahmed Gaïd Salah. «C'est un homme au double langage. Pourquoi il ne chasse pas la bande mafieuse au pouvoir ? Qui a ordonné aux policiers à réprimer les manifestants ?», s'interroge un étudiant universitaire.
En passant devant le siège de la wilaya, sis à l'avenu Belhasna Derouiche, les manifestants ont observé une halte où ils ont scandé des slogans en faveur de Hadj Ghermoul, membre du Comité national pour la défense des droit des chômeurs (CNDDC), en prison depuis le 29 janvier dernier, jour de sa comparution immédiate devant le tribunal de Mascara après avoir exprimé son refus au cinquième mandat de Abdelaziz Bouteflika.
La répression policière a été vigoureusement dénoncée par les manifestants tout au long de leur parcours. «Pourquoi ces policiers répriment leurs frères qui veulent en finir avec cette Issaba (mafia du pouvoir) ? Notre mouvement est pacifique et la répression policière doit cesser», dira un autre étudiant universitaire drapé de l'emblème national.
Contrairement aux sept précédents vendredis de manifestation où la marche se fini à la Place Emir Abdelkader, en plein centre-ville de Mascara, cette fois-ci, les manifestants ont décidé de la terminer à une autre place nouvellement achevée qu'ils l'ont baptisée «Place de la liberté.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.