REMPLAÇANT AHMED OUYAHIA INCARCERE A LA PRISON D'EL-HARRACH : Azzedine Mihoubi, nouveau SG par intérim du RND    LOGEMENTS PROMOTIONNELS AIDES (LPA) : Premiers quotas livrés à partir d'août    CELEBRATIONS DE LA VICTOIRE DES VERTS : Nuit blanche à Mostaganem    CADETS DE LA NATION : 99.46% de taux de réussite au Bac    COMMERCE : Plus de 2800 infractions enregistrées depuis début juin    Un pétrolier de Sonatrach contraint de se diriger vers les eaux territoriales iraniennes    Les héros sont de retour au pays    EN - Mahrez : "Fier d'avoir été le capitaine de cette équipe"    Quand Mobilis "évince" Ooredoo    Bientôt un nouveau cahier des charges    Une application pour la location de véhicules    La présidence dit oui    Ankara lance une riposte contre le PKK après l'attaque à Erbil    Téhéran dément des «allégations délirantes» de Trump    Un soldat tué et deux blessés    Peine de mort contre trois hommes    Enlèvement d'une députée anti-Haftar    L'ex-wali de Skikda, Benhassine Faouzi, sous contrôle judiciaire    Les partisans d'une alternative démocratique contre-attaquent    L'Alliance présidentielle décapitée    La cérémonie en Egypte    Les réserves de l'ETRHB pour la vente de ses actions    Deux vieilles connaissances sur la route des Verts    Le ministre du Commerce rassure les boulangers    1 000 kilomètres pour en faire la demande    Arrestation des voleurs de portables en série    5 ans de prison pour l'ex-directeur des Domaines    ACTUCULT    Yazid Atout, nouveau DG de la radio Chaîne III    La gestion administrative cédée aux travailleurs    Lorsque la solidarité villageoise fait des merveilles    Hommage au grand maître Benaïssa    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Un forum qui a fait bouger les lignes    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Circulation routière: 568 permis de conduire retirés en juin    Les Guerriers du Désert sur le toit de l'Afrique    Edition du 20/07/2019    Le peuple tient le cap    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Le Hirak toujours en marche    Le casse-tête des médecins spécialistes    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    Mesures légales pour relancer la production    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mascara : la population ne veut pas de Bensalah
Publié dans El Watan le 12 - 04 - 2019

En ce 8e vendredi de manifestation, des milliers de personnes ont investi les rues des différentes villes de la wilaya de Mascara pour exiger le départ d'Abdelkader Bensalah, chef de l'Etat par intérim.
«Le peuple ne veut pas de Bensalah président, il fait parti de Issaba», «Ni Bensalah, ni Belaiz, dégages tous», «Non au pouvoir de la mafia» et «Ni Salah, ni Bensalah», scandaient les manifestants, en parcourant les principales artères de la ville de Mascara.
Sous les regards des policiers présents en force sur les lieux, les manifestants de toutes les couches sociales, n'affichant aucune appartenance politique ou syndicale, se sont montrés très fermes et déterminé que jamais à poursuivre leur mouvement de protestation populaire jusqu'à la chute du système.
«Nous continuerons à manifester jusqu'à ce que ce système en place dégage. Même leur répression policière nous ne fera pas reculer. Ils doivent obéir au peuple source de tout pouvoir», nous dira un fonctionnaire de la Santé accompagné de ses enfants.
Les manifestants mécontents ont tiré à boulets rouges sur le général-major, Ahmed Gaïd Salah. «C'est un homme au double langage. Pourquoi il ne chasse pas la bande mafieuse au pouvoir ? Qui a ordonné aux policiers à réprimer les manifestants ?», s'interroge un étudiant universitaire.
En passant devant le siège de la wilaya, sis à l'avenu Belhasna Derouiche, les manifestants ont observé une halte où ils ont scandé des slogans en faveur de Hadj Ghermoul, membre du Comité national pour la défense des droit des chômeurs (CNDDC), en prison depuis le 29 janvier dernier, jour de sa comparution immédiate devant le tribunal de Mascara après avoir exprimé son refus au cinquième mandat de Abdelaziz Bouteflika.
La répression policière a été vigoureusement dénoncée par les manifestants tout au long de leur parcours. «Pourquoi ces policiers répriment leurs frères qui veulent en finir avec cette Issaba (mafia du pouvoir) ? Notre mouvement est pacifique et la répression policière doit cesser», dira un autre étudiant universitaire drapé de l'emblème national.
Contrairement aux sept précédents vendredis de manifestation où la marche se fini à la Place Emir Abdelkader, en plein centre-ville de Mascara, cette fois-ci, les manifestants ont décidé de la terminer à une autre place nouvellement achevée qu'ils l'ont baptisée «Place de la liberté.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.