Le Président Tebboune assure que le Hirak est un phénomène salutaire et met en garde contre toute tentative d'infiltration    Arkab reçoit une délégation du Club des entrepreneurs et industriels de la Mitidja    Abderrahmane Hadj-Nacer : « Le hirak finira par gagner »    Sidi Bel-Abbès : Lamine Osmani salue la décision du président de la République    Ex ministres et walis cités dans des affaires de corruption: la Cour d'Alger lève des charges et retient d'autres    Syrie: la vie reprend son cours normal à Alep et Idleb à l'aune des victoires de l'armée    Polisario: "le Maroc n'est qu'une puissance militaire occupante" du Sahara occidental    FC Barcelone: Guardiola répond sèchement au Barça !    FC Barcelone: Braithwaite, c'est signé (officiel)    Décès de Jean Daniel: le Président Tebboune rend hommage à un "ami de la révolution algérienne"    Cour suprême: l'ex-wali de Sidi Bel Abbes auditionné    Foot/ L2 (boycott des clubs): le Bureau fédéral refuse le report de la 20e journée    USMA : Ardji ou Yaïche pour remplacer Zouari    Tribunal de Bir Mourad Raïs : le Directeur général du groupe Ennahar placé en détention provisoire    Une expulsion et des interrogations    Plaidoyer pour un cadre juridique en faveur des start-up    "Le centre de décision ne se trouve pas chez le pouvoir formel"    «Par quelle main retenir le vent»    Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée    Libye : retour à la case départ    L'UA encourage le Mali à dialoguer avec les chefs terroristes    Espagne/Andalousie: Création de l'intergroupe parlementaire "Paix au Sahara occidental"    Karim Younès au rang de ministre d'Etat    Le PAD engagera de larges consultations avec les anti-pouvoir    Une usine qui couvre les besoins nationaux pour les cancéreux    13,4 milliards DA d'investissement en 2019    «Le foot ne se gère pas avec un casse-croûte»    Serport annoncera aujourd'hui le rachat du club    Erling Haaland, naissance d'un géant    Le virus de l'argent en quarantaine !    Être radieuse, c'est possible !    Nouveau sit-in des enseignants de l'université de Tizi Ouzou    Les corps communs en grève les 23 et 24 février    Le Galaxy Z Flip, le premier écran en verre pliable de Samsung    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    Les chemins vers l'art    Le message poignant De nos frères blessés    …sortir ...sortir ...sortir ...    La femme, une icône du pacifisme de la révolution    "Et si je les tuais tous, Madame", le monologue des silences bavards    Aïn témouchent : deux morts et 13 blessés dans un accident de la route    Es Sénia: Plus de 158 tonnes de tabac à chiquer saisies    Travaux de maintenance du réseau électrique: Des perturbations dans l'alimentation électrique dans trois communes    Que serait le 7e art sans les artistes ?!    Polémique autour de la délimitation des frontières maritimes    Berraf dénonce un 'montage'    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    Ennahda, «l'homme malade» de la politique tunisienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Face à une telle situation d'instabilité : La responsabilité du wali d'Annaba est engagée
Publié dans El Watan le 24 - 04 - 2019

La commune de Aïn El Berda, bloquée depuis au moins deux mois, le siège de la daïra de Berrahal cadenassé par des manifestants de la commune de Tréat durant plusieurs jours, des sit-in quotidiens de centaines de demandeurs de logements face au siège de la wilaya, des chômeurs qui envahissent le complexe sidérurgique pour exiger un emploi, etc.
Tel est l'actuel constat des habitants de Annaba. Une wilaya qui n'a jamais vécu une telle situation d'instabilité, aussi perceptible que celle constatée ces dernières semaines. Cela relève-t-il d'un problème de sécurité ? s'interrogent les citoyens.
On est tenté de répondre par la négative si l'on se fie aux efforts considérables de la sûreté et de la gendarmerie de la wilaya de Annaba qui, chaque jour, font état de plusieurs opérations, ponctuées toutes par des arrestations et des mises hors d'état de nuire d'associations de malfaiteurs et de trafiquants de drogue. «Le problème est d'une autre dimension», tranche un sociologue de l'université Badji Mokhtar de Annaba.
Et d'étayer : «Non, cela relève d'un manque flagrant de fermeté dans la gestion des affaires de la wilaya. C'est le cas des élus de Aïn El Berda, où plusieurs parmi eux, poursuivis en justice, ont bloqué le siège de la commune durant au moins deux mois, privant ainsi les citoyens de se procurer des documents d'état civil.
Le wali doit appliquer la loi dans toute sa rigueur envers ces élus qui, comble de l'ironie, agissent contre l'intérêt de ceux qui les ont portés à ces postes.» Mais le problème ne s'arrête pas là, regrette-t-on. Une nouvelle forme de chantage a, malheureusement, fait son apparition ces dernières semaines, encouragée par la passivité de ceux qui ont le pouvoir de décider.
Il en est ainsi d'un des affairistes qui, après le refus de l'administration de lui octroyer un terrain à la cité populaire de la Plaine Ouest, est passé immédiatement à l'exécution de ses menaces. Usant du bouillonnement social, il a manipulé un groupe parmi les manifestants pour protester devant le siège de la wilaya avec des banderoles bariolées par des slogans de «dégagisme».
«Comment expliquer que des individus à la réputation sulfureuse fréquentent librement le siège de la wilaya, sans même passer par les filtres habituels.
Pis, ils parlent au nom personnel du wali et menacent même des cadres de l'exécutif, de par leurs accointances avec les décideurs locaux, de peser lourd sur leur devenir s'ils ne se soumettent pas à la concrétisation de leurs intérêts personnels», peste l'universitaire.
Que faut-il de plus pour que Annaba sombre, encore une fois, dans les pratiques d'influence d'antan, où la mafia locale avait le pouvoir de faire et de défaire ? Ce qui a valu à la wilaya le titre de «capitale du banditisme». Ainsi, le mouvement populaire ne cesse pas, justement, de manifester pour juguler ces pratiques, préjudiciables à plus d'un titre à la réputation de la quatrième wilaya.
La responsabilité du wali est engagée pour mettre fin à ce trafic d'influence, d'autant plus que les mis en cause sont notoirement con-nus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.