Belaid: toute manipulation des voix des citoyens est une manipulation du devenir du pays    Hadj: les inscriptions pour le tirage au sort débuteront mercredi 11 décembre    APN: examen des amendements proposés au projet de loi relatif au Conseil national de la Recherche scientifique    Vote de la communauté nationale à l'étranger: taux de participation "acceptable"    OPEP: l'application des baisses supplémentaires sans incidence sur les ressources de l'Algérie    OGC Nice : grosse blessure et opération pour Youcef Atal    Présidentielle: clôture de la campagne électorale des candidats dimanche à minuit    AFFAIRE BAIRI : 10 ans de prison requis contre l'ancien wali, Nouria Zerhouni    Poursuite du procès d'anciens responsables et hommes d'affaires impliqués dans des affaires de corruption    Ligue des champions (Groupe D). ES Tunis 1 – JS Kabylie 0 : Victoire difficile pour le tenant du titre    EN VISITE AU COMMANDEMENT DES FORCES TERRESTRES : Gaid Salah valorise la relation entre peuple et son Armée    POUR LA DEUXIEME FOIS : Des Mostaganémois marchent pour la présidentielle    3EME CONFERENCE INTERNATIONALE DE BIOSCIENCES : Les raisons du cancer en débat à Oran    EN RAISON DES TRAVAUX LANCES DANS LA STATION D'EPURATION : Mostaganem sans eau potable depuis des jours    SIDI BEL ABBES : Louable stratégie adoptée aux handicapés par la CNAS    Le Polisario proteste contre "France2" pour un "documentaire de propagande" sur l'occupation du Sahara occidental    Barça : Messi dépasse Ronaldo    Archaïsme et mauvaise gouvernance    Les opérateurs affichent leur inquiétude    Nouvelle domiciliation au stade de Ras El-Oued    La rue divisée à Constantine    Le Congrès américain désavoue Trump    30 000 enfants migrants disparus en Europe    Human Rights Watch dénonce    «Aux entreprises de s'adapter !»    Gâteau au yaourt, sirop au citron    Crème au concombre    Un nouvel essai en ligne d'Ahmed Cheniki    Le prix Mohia d'Or lancé à Tizi Ouzou    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Le Grand Prix Assia-Djebar, une opportunité de promouvoir le roman algérien à l'international    Mise en exploitation de la bibliothèque de lecture publique dans la commune d'El Mahmal    L'hagiographie dans la poésie melhoun, une ethnographie des grands saints de l'islam    Zerouati : "l'Algérie déterminée à adopter un modèle économique durable"    Serie A : La Juventus perd des points face à la Lazio    Sérieux test pour les Pacistes    Groupe C. Pétro Atlético 1- USM Alger 1 : Les Algérois n'arrivent pas à gagner    Financement du 5ème mandat: Ali Haddad enfonce Saïd Bouteflika    Skikda: 19 harraga secourus    Débat télévisé: Dans les coulisses du «face-à-face»    Football - Ligue 1: Le CRB creuse l'écart, des bleus pour le NAHD    Syrie : Erdogan annonce un nouveau sommet Turquie-France-Allemagne-Grande-Bretagne en février    En réplique à la taxation des GAFA : "L'attaque de Trump est en dessous de la ceinture"    Chine : l'achat d'un téléphone conditionné au scan du visage    LPA: Les communes d'Alger procéderont à la convocation des souscripteurs fin décembre    France : Plus de 800 000 manifestants contre la réforme des retraites selon l'Intérieur    Cinéma : Trois films algériens primés au festival d'Al Qods    Théâtre : La pièce "Ez'Zaouèche" présentée à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nouvelle démonstration de force à Béjaïa
SEPTIÈME VENDREDI DE REVOLTE POPULAIRE
Publié dans Liberté le 06 - 04 - 2019

En dépit de la démission du président Bouteflika et des engagements du chef d'état-major de l'ANP, Ahmed Gaïd Salah, quant à la satisfaction des revendications populaires, la rue ne décolère pas à Béjaïa.
En effet, hier encore, au septième vendredi de la révolte populaire contre le régime politique en place, des centaines de milliers de personnes ont battu le pavé à travers les principales artères de la ville des Hammadites pour manifester contre la feuille de route du pouvoir qui tente de désamorcer la crise tout en sauvant le système.
Le message des manifestants de Béjaïa est on ne peut plus clair et sonne tel un verdict sans appel : "Dégagez tous !" En témoignent d'ailleurs les nombreux slogans mis en avant hier par ces milliers de marcheurs, manifestement déterminés à faire dégager tous les dignitaires du système. "Ni Gaïd, ni Bedoui, ni Belaïz", ont-ils scandé à tue-tête tout au long de leur marche qui a démarré vers 13h30, depuis l'esplanade de la maison de la culture Taos-Amrouche. Avant l'entame de la manifestation, les nombreux citoyens venus de localités lointaines ont été conviés à un couscous préparé dans la matinée par des bénévoles et servi devant l'entrée principale de la maison de la culture. D'autres équipes de bienfaiteurs réparties sur plusieurs places publiques se sont attelées à servir gratuitement des sandwichs, des gâteaux, de l'eau minérale et autres boissons gazeuses aux manifestants. Un geste humanitaire qui illustre parfaitement l'esprit de solidarité et d'entraide qui anime le peuple algérien. Comme à l'accoutumée, les manifestants se sont scindés en carrés avant d'entamer leur marche sous les cris de "Ulac smah ulac", "Pouvoir assassin", "Système dégage", "Klitou lebled ya saraqine", "Echaab yourid iskat ennidham"...
En plus des slogans habituels, la foule a brandi hier des banderoles et des pancartes portant de nouveaux mots d'ordre, tels que "Gaïd Salah dégage", "Bensalah dégage", "Non au gouvernement Bedoui", "On ne peut pas faire du neuf avec du vieux", "Pour le départ de toute la bande de malfaiteurs"... Même les deux anciens walis de Béjaïa, Ahmed Hamou Touhami et Mohamed Hattab, n'ont pas été épargnés par les foudres des manifestants. "Les hommes des barons de la mafia locale", "Deux symboles de la corruption, deux responsables de la destruction de la wilaya de Béjaïa", "Walis = tube digestif", ce sont là les slogans écrits sur une imposante banderole portant les photos des deux anciens commis de l'Etat incriminés, accrochée devant la mosquée Ibn Badis, sise au quartier populaire d'El-Khemis, quelques heures avant le coup d'envoi de la marche.
Arrivée au carrefour de Naceria, la procession humaine a marqué une halte pour observer une minute de silence à la mémoire des martyrs de la Révolution (1954-1962), mais aussi de ceux du Printemps noir de Kabylie. Après avoir sillonné les principales artères de la ville, les manifestants se sont dispersés dans le calme.

KAMAL OUHNIA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.