Crise politique et dialogue national: Une liste et des couacs     22ème vendredi de protestation: «Pas de dialogue sans la libération des détenus d'opinion»    Affaires Haddad et Tahkout: Ghoul en prison, Zoukh sous contrôle judiciaire    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Sénégal 0 - Algérie 1: Héroïques jusqu'au bout    Analyse - Un cocktail à l'algérienne    Comment ils ont joué    Bac: un taux de réussite de 49,06%    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Edition du 20/07/2019    Les Guerriers du Désert sur le toit de l'Afrique    Le «Hirak» se hisse au sommet de l'Afrique des peuples !    6.800 agents et 25 laboratoires en alerte    Position du Collectif de la société civile du dialogue national    Le peuple tient le cap    Dix personnes incarcérées    Un intérêt soutenu pour la filière blé    Le groupe Sonelgaz accompagnera le programme national    Plusieurs vétérinaires pour le contrôle de la vente et de l'abattage    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Les téléspectateurs toujours emballés    Lancement de la 2e phase qualificative    Le casse-tête des médecins spécialistes    Entre satisfactions et défaillances…    Un diplomate turc tué à Erbil    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    VIGNETTES AUTOMOBILES : La période d'acquittement prendra fin le 31 juillet    ORAN : Démantèlement d'un réseau de trafic de véhicules    PRISON D'EL-HARRACH : Amar Ghoul rejoint ses partenaires politiques    La tombe de Kamel-Eddine Fekhar profané    STATION REGIONALE DE PROTECTION DES VEGETAUX A MOSTAGANEM : Alerte à la mineuse de la tomate de saison    AFFAIRES SONATRACH ET KHALIFA : Chakib Khelil et Rafik Khalifa seront rejugés    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Trump accusé de racisme par le Congrès    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Constantine : les lauréats du concours Cheikh Abdelhamid-Benbadis récompensés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nouvelle démonstration de force à Béjaïa
SEPTIÈME VENDREDI DE REVOLTE POPULAIRE
Publié dans Liberté le 06 - 04 - 2019

En dépit de la démission du président Bouteflika et des engagements du chef d'état-major de l'ANP, Ahmed Gaïd Salah, quant à la satisfaction des revendications populaires, la rue ne décolère pas à Béjaïa.
En effet, hier encore, au septième vendredi de la révolte populaire contre le régime politique en place, des centaines de milliers de personnes ont battu le pavé à travers les principales artères de la ville des Hammadites pour manifester contre la feuille de route du pouvoir qui tente de désamorcer la crise tout en sauvant le système.
Le message des manifestants de Béjaïa est on ne peut plus clair et sonne tel un verdict sans appel : "Dégagez tous !" En témoignent d'ailleurs les nombreux slogans mis en avant hier par ces milliers de marcheurs, manifestement déterminés à faire dégager tous les dignitaires du système. "Ni Gaïd, ni Bedoui, ni Belaïz", ont-ils scandé à tue-tête tout au long de leur marche qui a démarré vers 13h30, depuis l'esplanade de la maison de la culture Taos-Amrouche. Avant l'entame de la manifestation, les nombreux citoyens venus de localités lointaines ont été conviés à un couscous préparé dans la matinée par des bénévoles et servi devant l'entrée principale de la maison de la culture. D'autres équipes de bienfaiteurs réparties sur plusieurs places publiques se sont attelées à servir gratuitement des sandwichs, des gâteaux, de l'eau minérale et autres boissons gazeuses aux manifestants. Un geste humanitaire qui illustre parfaitement l'esprit de solidarité et d'entraide qui anime le peuple algérien. Comme à l'accoutumée, les manifestants se sont scindés en carrés avant d'entamer leur marche sous les cris de "Ulac smah ulac", "Pouvoir assassin", "Système dégage", "Klitou lebled ya saraqine", "Echaab yourid iskat ennidham"...
En plus des slogans habituels, la foule a brandi hier des banderoles et des pancartes portant de nouveaux mots d'ordre, tels que "Gaïd Salah dégage", "Bensalah dégage", "Non au gouvernement Bedoui", "On ne peut pas faire du neuf avec du vieux", "Pour le départ de toute la bande de malfaiteurs"... Même les deux anciens walis de Béjaïa, Ahmed Hamou Touhami et Mohamed Hattab, n'ont pas été épargnés par les foudres des manifestants. "Les hommes des barons de la mafia locale", "Deux symboles de la corruption, deux responsables de la destruction de la wilaya de Béjaïa", "Walis = tube digestif", ce sont là les slogans écrits sur une imposante banderole portant les photos des deux anciens commis de l'Etat incriminés, accrochée devant la mosquée Ibn Badis, sise au quartier populaire d'El-Khemis, quelques heures avant le coup d'envoi de la marche.
Arrivée au carrefour de Naceria, la procession humaine a marqué une halte pour observer une minute de silence à la mémoire des martyrs de la Révolution (1954-1962), mais aussi de ceux du Printemps noir de Kabylie. Après avoir sillonné les principales artères de la ville, les manifestants se sont dispersés dans le calme.

KAMAL OUHNIA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.