Amar Tou devant le juge d'instruction près la Cour suprême    L'ancien ministre des Finances Karim Djoudi placé sous contrôle judiciaire    Souscripteurs des programmes LPA et LSP : Unis pour le départ de la «mafia de l'immobilier»    Ouverture de la saison estivale à Jijel : Près de 30 kilomètres de plages surveillées    Plaidoyer contre la détention préventive    La société civile décline sa feuille de route    La gêne manifeste du gouvernement suisse    Hong Kong suspend le projet de loi    Derniers réglages avant le Kenya    El-Hennani confirme : «ma démission est irrévocable»    Allik et Amrani restent    Zoubir Kerraz dit «Tereza» n'est plus    Le groupe Haddad obligé de faire des concessions financières    La preuve de la «généralisation de la corruption»    La fraude empoisonne le baccalauréat    Près de 100 chasseurs bénéficient d'un stage à Mila    Sachez que…    Secousse tellurique de 3,5    Les médecins généralistes pour soutenir les experts psychiatres    ACTUCULT    Pressions sur un imam pro-mouvement du 22 février    La révolution du 22 février intéresse les Français    Gala de charité au profit d'un enfant malade à Aït R'zine    Mouloudia d'Alger : Djabou au Doyen, c'est fait    MO Béjaïa : Adrar négocie avec Bouzidi    Oued Zhor (Jijel) : Le pillage de sable défigure un joyau de la côte    Pour une nouvelle feuille de route dans le cadre des ODD    Abu Dhabi se trouve un pied à terre au Niger    Le temps judiciaire et le ton politique    L'autre transition dont personne ne parle    Première partie : Naissance de la CAF et de la CAN    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    «Faire découvrir au public ce riche patrimoine du Gharnati, Sanaa et El Malouf»    Afin de saluer les décisions de la justice contre la corruption : Marches à travers les wilayas du pays    Improvisation économique à des fins politiques : Industrie de pseudo-montage automobile    Pour poursuivre les corrupteurs : Les services judiciaires aux taquets    Chine VS Etats-Unis : Pékin pourrait-il se servir des obligations américaines comme d'un moyen de pression ?    Ouvrant un nouveau chapitre de la coopération internationale : Xi et Poutine engagent les liens bilatéraux dans une nouvelle ère    Malgré le soutien du pétrole Les place européennes finissent en petite hausse    Deux pétroliers ciblés dans le golfe d'Oman : L'or noir en hausse    Solution de la crise en Libye: Les pays voisins préoccupés et insistent sur le dialogue    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Abdelkader El Gouri élu    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les pharmaciens d'officine protestent
Après les condamnations et l'assassinat de leurs collègues
Publié dans El Watan le 20 - 05 - 2019

Les pharmaciens d'officine des 48 wilayas du pays tiennent aujourd'hui un sit-in devant le ministère de la Justice pour dénoncer, entre autres, la condamnation de leur collègue à Chelghoum Laïd à 10 ans de prison ferme pour «vente frauduleuse de psychotropes».
Cette action s'inscrit dans le cadre d'un calendrier de mouvements de protestation adopté par le Syndicat national des pharmaciens d'officine (Snapo). Les pharmaciens comptent entrer en grève générale nationale le 29 de ce mois en cours et ceux de la wilaya d'Adrar 3 jours avant, soit le 26 mai. Le motif principal de ces actions est la gestion des psychotropes sur les plans professionnel, réglementaire et sécuritaire. «Nous revendiquons l'amélioration de nos conditions de travail par rapport à la gestion des psychotropes sur tous ces plans, étant donné que nous ne sommes pas du tout protégés. Entre les mois de novembre et février, nous avons déploré l'assassinat de deux de nos collègues.
En novembre, à Mascara, le papa d'une collègue qui voulait la protéger d'un délinquant a été assassiné à l'arme blanche à l'intérieur même de l'officine. Le drame de février est survenu à Aïn Fekroun, wilaya d'Oum El Bouaghi, où l'épouse de l'un de nos collègues a été attaquée et assassinée par 4 délinquants qui voulaient des psychotropes. Ce n'est pas tout ! Il y a également ces condamnations de nos collègues. Je cite, dans ce sens, un confrère à Blida pour deux ans, un autre à 5 ans de prison à Adrar et notre consœur de Chelghoum Laïd condamnée à 10 de prison sur le simple témoignage d'une délinquante», déplore Messaoud Belambri, président du Snapo.
Il déclare qu'ils ont été reçus au ministère de la Santé lundi dernier, et tenu le jour même une réunion extraordinaire de leur bureau national. Une réunion qui a abouti à ce calendrier de protestations. Concrètement, les pharmaciens réclament la modification de la loi 04-18 du 25 décembre 2004 relative à la prévention et à la répression de l'usage illicite et du trafic de stupéfiants et de substances psychotropes. Selon le président du Snapo, toutes les instances, à savoir les services de sécurité, la magistrature et les professionnels de la santé réclament son actualisation.
Notre interlocuteur réclame l'approbation et la promulgation du projet de loi modifiant la 04-18 et la publication du décret exécutif relatif à la gestion du médicament psychotrope. Deux documents sur lesquels une commission mixte a travaillé pendant deux ans sans pour autant qu'ils soient promulgués, notamment la version actualisée de la loi 04-18. L'autre point que réclament les pharmaciens d'officine, c'est la publication des tableaux de classification des psychotropes dans le Journal officiel.
«Dans son article 3, la loi 04-18 stipule que le ministère de la Santé doit répertorier en 4 tableaux toutes les plantes et substances classées comme stupéfiants, psychotropes ou précurseurs, selon leur danger et leur intérêt médical. Malheureusement, l'arrêté a été fait mais publié dans le Journal officiel sans ces tableaux. Ainsi, l'arrêté perd toute sa valeur, notamment devant les instances juridiques», ajoute-t-il avant d'aborder un grand problème résultant de cette absence de tableaux : les condamnations de pharmaciens pour des médicaments non classés comme psychotropes.
Il cite dans ce sens les médicaments Tramadol, Pregabaline, Novazin et Parkidyl administrés dans des cas bien précis et qui ne sont pas concernés par la loi 04-18. Les condamnations de pharmaciens, cité plus haut, sont juste «incohérentes», selon M. Belambri. Face à cette situation de vide juridique et d'insécurité, plusieurs pharmaciens refusent de vendre ces médicaments mettant ainsi en danger les vrais malades.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.