Real Madrid - Manchester City : Les compositions d'équipes avec Mahrez titulaire    Benzema a prolongé avec le Real Madrid    Coronavirus en Algérie : L'inquiétude monte à Sétif    L'UA attachée à la tenue d'un référendum au Sahara occidental    ILS SE SERAIENT ACCAPARES DE 600 TERRAINS : Vers la levée de l'immunité de 2 députés FLN    Djerad reçoit l'Envoyé spécial du PM britannique pour le partenariat économique avec l'Algérie    Mustapha Berraf renonce à sa démission !    ARABIE SAOUDITE : Le président Tebboune en visite d'Etat    Education: sit-in des enseignants et travailleurs de l'Unpef    Protection civile: des mesures anticipatives pour faire face au Coronavirus    RENAULT ALGERIE FERME SES PORTES : Près de 1300 travailleurs au chômage technique    COUR D'ALGER : Le procès Ouyahia-Sellal à nouveau reporté    REMISE DES DECISIONS D'AFFECTATION AADL : Vers la convocation de 120 000 souscripteurs    Le parquet requiert des peines allant de 2 à 10 ans de prison    EXPLOSION DANS UNE HABITATION : 19 blessés dont 7 enfants à Oum El Bouaghi    60.000 étudiants étrangers sont passés par l'Université algérienne    Ligue (USM Alger) : séparation à l'amiable avec l'entraîneur Dziri Billel    L'ONU dénonce la violence israélienne en Cisjordanie    Un changement pour la route    Le projet de Jaguar Land Rover    Seddik Chihab conteste son exclusion    L'instance présidentielle veut mettre fin aux dysfonctionnements du parti    L'inébranlable détermination des étudiants    «Nous devons d'abord évaluer notre potentiel»    L'ESS et le PAC accrochés, la JSS nouveau leader    Aït Djoudi optimiste malgré la situation du club    Le choc de titans    La Libye en tête des préoccupations    Une médaille pour le hirak à Montréal    La chambre d'accusation renvoie le dossier au 3 mars    Sanders confirme son avantage face à Biden    Doute sur la tenue du sommet quadripartite sur la Syrie    2 vendeurs de drogue et psychotropes arrêtés    ACTUCULT    Des témoignages poignants sur la Guerre d'Algérie    "Intertextualité et conversation dans l'œuvre de Kateb Yacine"    Lettre écrite par Tahar Djaout après la mort de Mouloud Mammeri (25 février 1989) et publiée par Awal    Coup de mou chez Scorsese    Affluence du public    Constitution: l'université a un rôle "pivot" dans l'encadrement du débat de la société    Boxe/Tournoi pré-olympique: Houmri et Bouloudinats passent en demi-finale    Tizi-Ouzou: Mouloud Mammeri, fondateur de l'anthropologie algérienne    Pour se défaire de la dépendance aux hydrocarbures : Djerad prône une transition vers le solaire    Alger: la distribution de l'eau potable totalement rétablie mercredi avant le délai prévu    Synthétisation de l'écosystème digital : Les acteurs du numérique s'organisent    Haï Es-Sabah: Plus de 372 kilogrammes de viande impropre à la consommation saisis    Des individus pas très respectables    Lavrov : les terroristes ne seront pas "les maîtres" à Idlib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les pharmaciens d'officine protestent
Après les condamnations et l'assassinat de leurs collègues
Publié dans El Watan le 20 - 05 - 2019

Les pharmaciens d'officine des 48 wilayas du pays tiennent aujourd'hui un sit-in devant le ministère de la Justice pour dénoncer, entre autres, la condamnation de leur collègue à Chelghoum Laïd à 10 ans de prison ferme pour «vente frauduleuse de psychotropes».
Cette action s'inscrit dans le cadre d'un calendrier de mouvements de protestation adopté par le Syndicat national des pharmaciens d'officine (Snapo). Les pharmaciens comptent entrer en grève générale nationale le 29 de ce mois en cours et ceux de la wilaya d'Adrar 3 jours avant, soit le 26 mai. Le motif principal de ces actions est la gestion des psychotropes sur les plans professionnel, réglementaire et sécuritaire. «Nous revendiquons l'amélioration de nos conditions de travail par rapport à la gestion des psychotropes sur tous ces plans, étant donné que nous ne sommes pas du tout protégés. Entre les mois de novembre et février, nous avons déploré l'assassinat de deux de nos collègues.
En novembre, à Mascara, le papa d'une collègue qui voulait la protéger d'un délinquant a été assassiné à l'arme blanche à l'intérieur même de l'officine. Le drame de février est survenu à Aïn Fekroun, wilaya d'Oum El Bouaghi, où l'épouse de l'un de nos collègues a été attaquée et assassinée par 4 délinquants qui voulaient des psychotropes. Ce n'est pas tout ! Il y a également ces condamnations de nos collègues. Je cite, dans ce sens, un confrère à Blida pour deux ans, un autre à 5 ans de prison à Adrar et notre consœur de Chelghoum Laïd condamnée à 10 de prison sur le simple témoignage d'une délinquante», déplore Messaoud Belambri, président du Snapo.
Il déclare qu'ils ont été reçus au ministère de la Santé lundi dernier, et tenu le jour même une réunion extraordinaire de leur bureau national. Une réunion qui a abouti à ce calendrier de protestations. Concrètement, les pharmaciens réclament la modification de la loi 04-18 du 25 décembre 2004 relative à la prévention et à la répression de l'usage illicite et du trafic de stupéfiants et de substances psychotropes. Selon le président du Snapo, toutes les instances, à savoir les services de sécurité, la magistrature et les professionnels de la santé réclament son actualisation.
Notre interlocuteur réclame l'approbation et la promulgation du projet de loi modifiant la 04-18 et la publication du décret exécutif relatif à la gestion du médicament psychotrope. Deux documents sur lesquels une commission mixte a travaillé pendant deux ans sans pour autant qu'ils soient promulgués, notamment la version actualisée de la loi 04-18. L'autre point que réclament les pharmaciens d'officine, c'est la publication des tableaux de classification des psychotropes dans le Journal officiel.
«Dans son article 3, la loi 04-18 stipule que le ministère de la Santé doit répertorier en 4 tableaux toutes les plantes et substances classées comme stupéfiants, psychotropes ou précurseurs, selon leur danger et leur intérêt médical. Malheureusement, l'arrêté a été fait mais publié dans le Journal officiel sans ces tableaux. Ainsi, l'arrêté perd toute sa valeur, notamment devant les instances juridiques», ajoute-t-il avant d'aborder un grand problème résultant de cette absence de tableaux : les condamnations de pharmaciens pour des médicaments non classés comme psychotropes.
Il cite dans ce sens les médicaments Tramadol, Pregabaline, Novazin et Parkidyl administrés dans des cas bien précis et qui ne sont pas concernés par la loi 04-18. Les condamnations de pharmaciens, cité plus haut, sont juste «incohérentes», selon M. Belambri. Face à cette situation de vide juridique et d'insécurité, plusieurs pharmaciens refusent de vendre ces médicaments mettant ainsi en danger les vrais malades.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.