Les supporters algériens débarquent en Egypte    Les mises en garde de Gaïd Salah    De nouveaux noms transmis à la Cour suprême    Louisa Hanoune reste en prison    Des opposants accusent Sidi Saïd de vouloir renouveler son mandat    Les solutions en dehors de la justice    Amar Ghoul rattrapé par "son" autoroute    La rapporteuse de l'ONU demande une enquête sur "MBS"    La Russie et la Chine opposées à l'initiative américaine    L'Egypte accuse l'ONU de vouloir politiser le décès    Proposition de sortie de crise    Un mois pour reconquérir les Pyramides !    Que le spectacle commence !    Des arbitres européens pour superviser la VAR    Des finales explosives et des hommages    Le procès de Kamel Chikhi reporté au 3 juillet    Deux cas de triche    Un mort et trois blessés dans un accident de la route    Un étudiant palestinien poignardé par son compatriote    Les salariés dans le désarroi    Un secteur en quête de professionnalisation    Khalida Toumi et Abdelouahab Nouri convoqués par la justice    ACTUCULT    Le single de son album posthume depuis hier sur Youtube : Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Exposition de Nawel Harkat à Constantine    Quand les oligarques et leurs mentors auront rejoint la prison d'el harrach, que restera-t-il à entreprendre en toute urgence !    Un préjudice pour les communes et un danger pour les automobilistes: Vol des couvercles d'égouts sur la voie express    St Germain (Aïn El Turck): Des habitants dénoncent la cruelle déchéance de l'Esplanade du 5 juillet    El Kerma: Un réseau spécialisé dans le vol des pièces détachées démantelé    L'Autre football    Groupe A : Egypte-Zimbabwe, vendredi à 21h00: Les Pharaons pour confirmer leur statut    MC Oran: Chérif El-Ouazzani grince déjà des dents    La Cour suprême ordonne le réexamen de l'affaire de l'autoroute Est-Ouest    Transport aérien: Le SNTMA parle de «climat de tension et d'injustice»    Une bien triste leçon égyptienne    De l'éthique du personnel politique    Présidentielle en Mauritanie: Ould Abdel Aziz quitte le pouvoir, mais pas la politique    Dr Berkani Bekkat, président de l'ordre des médecins algériens : "Nous n'avons plus le temps pour une Constituante"    Cameroun Entre répression et arrestations, les pro-Kamto continuent de résister    Le Pr Belmihoub Analyse l'impact du "Hirak" sur l'économie dans un entretien à l'APS : ''C'est le temps économique qui va s'aligner sur le temps ...    Organisation nationale des moudjahidine L'ONM appelle à un dialogue national avec la participation de tous    Marches des étudiants : Appel à des négociations sans les symboles du système    BCE : Draghi évoque une baisse des taux, Trump peste contre l'euro faible    Ouargla: Lancement des travaux d'aménagement du parc industriel de Hassi-Benabdallah    L'Iran et la Russie sont-ils les vraies cibles de l'attaque des deux pétroliers en mer d'Oman?    Prière funéraire à la mémoire de Morsi à Istanbul    Séance plénière consacrée auvote de deux projets de loi    "West Side Story" de Steven Spielberg dévoile sa première photo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ils ont organisé leur 11e sit-in devant le siège de l'EPTV : Les journalistes dénoncent des «menaces» à l'exercice de la profession
Publié dans El Watan le 21 - 05 - 2019

Les journalistes de la Télévision nationale ne s'avouent pas vaincus. Une vingtaine de travailleurs du média public, auxquels se sont joints des journalistes, des artistes et des militants de la société civile, ont organisé, hier, un rassemblement devant le siège de l'établissement.
«Notre but est de libérer la parole, rendre la télévision au peuple à travers un véritable service public», résume Abdelmadjid Benkaci, membre du Collectif des professionnels de l'audiovisuel, dans un post sur sa page Facebook, à la veille du 11e sit-in des salariés de la Télévision publique.
Des slogans hostiles à la libre expression dans l'immeuble du 21, boulevard des Martyrs ont été scandés par les manifestants. «Nous serons là tous les lundis, nous ne nous n'arrêterons pas», «Presse libre et démocratique», «Libérez la parole», «Algérie libre et démocratique», «La Télévision est le symbole de souveraineté, elle n'est pas la propriété des gouvernements», ont repris en chœur les protestataires.
Un dispositif sécuritaire impressionnant, déployé devant le portail de l'établissement, empêchait les manifestants d'occuper la rue. Le mouvement populaire n'a guère permis l'ouverture souhaitée des médias publics (EPTV, Radio nationale). Si des changements ont été opérés à la tête de ces établissements, avec l'arrivée de nouveaux cadres, à l'instar de Lotfi Cheriet, les programmes sont restés marqués par les habitudes anciennes d'un média fermé. Pis, des salariés (journalistes, présentateurs, techniciens…) ont été sanctionnés pour leur implication dans la contestation populaire.
Dans la matinée, le Collectif des professionnels de l'audiovisuel de l'EPTV a rendu public un communiqué dénonçant «des intimidations et des menaces» à l'exercice de la profession. «Après les sanctions subies par certains membres du Collectif des professionnels de l'audiovisuel de l'EPTV voilà qu'une autre forme d'intimidation, des menaces à peine voilées, en direction cette fois de journalistes, se profile à l'horizon sous forme de posts sur les réseaux sociaux, et ce, à la veille du sit-in que tient tous les lundis le Collectif, né le 27 février 2019 et auquel ont adhéré plus de 300 professionnels de la Télévision publique», s'indignent les rédacteurs du texte rendu public le jour du rassemblement.
«Pas d'atteinte à notre réputation»
Pour les rédacteurs du communiqué, l'objectif du mouvement de protestation à l'origine de l'initiative «était et reste jusqu'à présent la défense d'un service réellement public au sein de la Télévision publique, dans le cadre de notre métier» de journaliste. «Nous n'avons jamais dépassé, dans le cadre de notre action collective, nos missions de journalistes impartiaux et sans aucun parti pris. Notre unique combat est de défendre, en toute objectivité, une Algérie républicaine, dans le respect absolu de toutes ses institutions.
Et nous nous inscrivons jusqu'à la date d'aujourd'hui, dans la même démarche, une action que nous avons menée dans la transparence totale à travers nos sorties médiatiques, au vu et au su de tout le monde», poursuivent les membres du Collectif.
Calomniés par des individus malveillants, les protestataires dénoncent «toute allégation mensongère visant à nuire à notre réputation et à nous attribuer des desseins qui ne sont pas les nôtres en vue d'affaiblir notre combat pour la liberté d'expression et contre la censure».
Loin de se résigner à baisser les bras, les travailleurs réitèrent leur volonté de continuer à défendre la profession, dans un cadre légal et pour un droit à l'information consacré par la Constitution. «Nous faisons nôtre toute initiative constructive venant de personnes honnêtes qui luttent pour une Algérie plurielle, libre et indépendante. Nous respectons toutes les institutions, notamment celles qui tentent de sortir le pays de la crise dans laquelle les forces anticonstitutionnelles l'ont plongé», concluent les rédacteurs du texte rendu public.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.