PRISON D'EL-HARRACH : Amar Ghoul rejoint ses partenaires politiques    La tombe de Kamel-Eddine Fekhar profané    Le Harak ne sera jugé que sur les terrains où s'exerce son libre arbitre    STATION REGIONALE DE PROTECTION DES VEGETAUX A MOSTAGANEM : Alerte à la mineuse de la tomate de saison    AFFAIRES SONATRACH ET KHALIFA : Chakib Khelil et Rafik Khalifa seront rejugés    VIGNETTES AUTOMOBILES : La période d'acquittement prendra fin le 31 juillet    ŒUVRES UNIVERSITAIRES DE BECHAR : 31 individus placés sous contrôle judiciaire    GHRISS (MASCARA) : Un accident fait un mort et 2 blessés graves    NAAMA : Des protestataires bloquent l'entrée du FNPOS    (En cours) Algérie 0 - Sénégal 0    22e vendredi : Mobilisation et détermination à Tizi Ouzou    Tipasa : Le peuple de Hadjout marche toujours    Alger, 22e vendredi : La révolution pacifique supplante tout    Jijel. Loin d'Alger aussi, le rêve d'un changement pacifique    LA DIGNITE ET LA FIERTE D'UN PEUPLE    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    En Algérie, la Coupe des passions    Liverpool : Cette question que Jurgen Klopp trouve bizarre    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    Les Verts se remettent au travail    Des tablettes remises aux quarts-de-finaliste    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Trump accusé de racisme par le Congrès    Printemps arabe et trêve estivale    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La sonelgaz dévoile un nouveau modèle de consommation    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Pour une nouvelle gouvernance locale autour de pôles régionaux    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Le calvaire des usagers    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Me Boudjemaâ Ghechir : «Louisa Hanoune garde le moral et est bien prise en charge sur le plan sanitaire»
Publié dans El Watan le 22 - 05 - 2019

Après 12 jours d'incarcération, Louisa Hanoune se porte bien et garde le moral. C'est ce qu'a affirmé un de ses avocats, Me Boudjemaâ Ghechir, dans une déclaration à El Watan. Il revient sur le rejet de la chambre d'accusation de la demande de mise en liberté provisoire, exprime son souhait de voir l'instruction «prendre fin rapidement» et s'interroge sur le «silence de certains» partis politiques.
Incarcérée à la prison civile de Blida depuis le 9 mai, Louisa Hanoune, secrétaire générale du PT (Parti des travailleurs) «se porte bien», révèle un de ses avocats, Me Boudjemaâ Ghechir, après lui avoir rendu visite durant des heures, lundi dernier.
Poursuivie par le tribunal militaire de Blida pour «complot contre l'autorité de l'Etat et de l'armée», au même titre que Saïd Bouteflika, frère-conseiller du Président déchu, et les deux généraux à la retraite, Mohamed Mediène et Bachir Tartag, anciens patrons des services secrets, Louisa Hanoune avait été convoquée par le juge militaire comme témoin en ce jeudi 9 mai, avant qu'elle ne soit placée en détention provisoire. «Nous avons plaidé en ce lundi contre le mandat de dépôt en expliquant qu'en tant que chef d'un parti politique, Louisa Hanoune présente toutes les garanties pour répondre à la justice à n'importe quelle heure ou moment. Elle a un domicile fixe et une adresse de son parti.
Nous avions estimé que sa place n'était pas en prison. Le représentant du parquet a plaidé pour la confirmation de la détention. Après délibéré, la chambre d'accusation a tranché pour le maintien de Louisa Hanoune en prison. Nous avons un délai d'un mois pour déposer un autre appel contre sa détention.
Peut-être que d'ici là, l'instruction sera achevée et renvoyée devant un tribunal pour le procès», déclare Me Ghechir. Interrogé sur l'état de santé et d'esprit de la secrétaire générale du PT, l'avocat rassure : «Il est vrai qu'elle souffre d'au moins quatre maladies, mais de ce point de vue, elle est bien prise en charge. Nous avons remis le compte rendu de son médecin traitant à l'équipe qui la suit en prison. Elle a pu faire ses analyses de sang et prend ses médicaments à l'heure.
Elle a le droit de suivre deux chaînes de télévision algériennes, une privée et l'autre publique. Elle en profite pour faire de la lecture. Mais c'est difficile pour elle d'être privée des informations sur tout ce qui se passe dehors. Elle est enfermée entre quatre murs.
Cela est très difficile à accepter pour une femme qui a passé sa vie à être à l'écoute de toute l'information qui concerne la situation du pays.» Me Ghechir affirme par ailleurs que Mme Hanoune «était un peu inquiète au début, mais maintenant elle a fini par accepter sa situation, qu'elle aborde autrement. Elle tient bon, surtout qu'elle sait qu'elle n'a rien à se reprocher. Son affaire est purement politique…
L'avocat s'interroge cependant sur «le silence d'une partie» de la classe politique en disant : «Je ne comprends pas que certains partis qui défendent les libertés puissent rester silencieux devant le cas de Louisa Hanoune. Cela étant, celle-ci a suscité un large mouvement de solidarité au sein de la population mais aussi des syndicalistes et d'autres mouvements de la société civile. Nous espérons que Louisa Hanounne pourra retrouver la liberté rapidement parce que sa place est parmi ses militants et non pas dans un établissement pénitentiaire.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.