Algérie-Tunisie-Portugal: le développement de la coopération commerciale examiné à Alger    CHU d'Oran: quatre employés suspendus suite à une erreur sur l'identité de deux personnes décédées    Zitounie: l'Etat déterminé à parachever l'opération de récupération des restes mortuaires des chouhada    Sport-Covid19: les pouvoirs publics rassurent les athlètes bloqués à l'étranger    Barrage de la Renaissance : l'Ethiopie procédera au remplissage du réservoir "même sans accord"    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Ouverture du procès de Mahieddine Tahkout    Le général à la retraite Hocine Benhadid honoré    463 nouveaux cas confirmés et 7 décès en Algérie    Tizi-Ouzou: la cerisaie menacée par les maladies cryptogamiques    CONSTANTINE : Arrestation de l'auteur d'une vidéo attentatoire à l'EHU    Maroc: le journaliste et militant des droits de l'Homme Omar Radi arrêté    Le général-major Hassan Alaimia inhumé au cimetière d'El-Alia    Nâama: des projets pour désenclaver les zones d'ombre de Moghrar    Football / Transferts : la FAF veut "assainir" le métier d'agent de joueurs    Le Président Tebboune présidera une séance de travail sur l'élaboration du plan de relance socioéconomique    Tebboune s'exprime pour une dynamique de détente plurielle    «Tous les pourparlers sont reportés à la fin de saison»    Onze personnes tuées dans une embuscade dans le Nord-Est    Feu de forêt à Kef-Essebihi    Près de 700 logements tous types confondus attribués à leurs bénéficiaires    Le RCD plaide pour un «débat adulte et loyal»    Un Pissarro définitivement restitué à une famille spoliée durant l'occupation nazie    Deux ministres évoquent un possible "changement de gouvernement"    LE MAMMOUTH À DEGRAISSER    La campagne de vendanges bat son plein à Aïn Témouchent    L'ADE de Médéa croule sous le poids des créances    "J'espère suivre les traces de Bougherara et Gaouaoui"    Israël accélère sa politique de colonisation en Palestine    Tirs de roquettes en direction de la Zone verte de Bagdad    5 000 ouvrages à livrer aux bibliothèques communales d'Oran    Vulgariser le jargon médical auprès du grand public    La situation sociopolitique et sanitaire décortiquée par un diplomate    Boumerdès : Réseau électrique dépassé    Aïn Témouchent : Le dispositif ANSEJ en question    Annaba : Sondage électronique sur les prestations de la CASNOS    Brèves    Tizi Ouzou : Villages historiques sans lieux de mémoire    Akli Kaci, l'homme des solutions justes    Manque de liquidités: Les explications du ministre des Finances    Un moment historique    Le dérisoire des murs    JSM Béjaïa: Un club complètement à la dérive    Meilleurs joueurs africains (2ème partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Grâce présidentielle pour près de 4.700 détenus    El Tarf: Agressions et drogue, une bande sous les verrous    Les gens de mon douar    Un jour sur la plage    L'infrangible lien...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Me Boudjemaâ Ghechir : «Louisa Hanoune garde le moral et est bien prise en charge sur le plan sanitaire»
Publié dans El Watan le 22 - 05 - 2019

Après 12 jours d'incarcération, Louisa Hanoune se porte bien et garde le moral. C'est ce qu'a affirmé un de ses avocats, Me Boudjemaâ Ghechir, dans une déclaration à El Watan. Il revient sur le rejet de la chambre d'accusation de la demande de mise en liberté provisoire, exprime son souhait de voir l'instruction «prendre fin rapidement» et s'interroge sur le «silence de certains» partis politiques.
Incarcérée à la prison civile de Blida depuis le 9 mai, Louisa Hanoune, secrétaire générale du PT (Parti des travailleurs) «se porte bien», révèle un de ses avocats, Me Boudjemaâ Ghechir, après lui avoir rendu visite durant des heures, lundi dernier.
Poursuivie par le tribunal militaire de Blida pour «complot contre l'autorité de l'Etat et de l'armée», au même titre que Saïd Bouteflika, frère-conseiller du Président déchu, et les deux généraux à la retraite, Mohamed Mediène et Bachir Tartag, anciens patrons des services secrets, Louisa Hanoune avait été convoquée par le juge militaire comme témoin en ce jeudi 9 mai, avant qu'elle ne soit placée en détention provisoire. «Nous avons plaidé en ce lundi contre le mandat de dépôt en expliquant qu'en tant que chef d'un parti politique, Louisa Hanoune présente toutes les garanties pour répondre à la justice à n'importe quelle heure ou moment. Elle a un domicile fixe et une adresse de son parti.
Nous avions estimé que sa place n'était pas en prison. Le représentant du parquet a plaidé pour la confirmation de la détention. Après délibéré, la chambre d'accusation a tranché pour le maintien de Louisa Hanoune en prison. Nous avons un délai d'un mois pour déposer un autre appel contre sa détention.
Peut-être que d'ici là, l'instruction sera achevée et renvoyée devant un tribunal pour le procès», déclare Me Ghechir. Interrogé sur l'état de santé et d'esprit de la secrétaire générale du PT, l'avocat rassure : «Il est vrai qu'elle souffre d'au moins quatre maladies, mais de ce point de vue, elle est bien prise en charge. Nous avons remis le compte rendu de son médecin traitant à l'équipe qui la suit en prison. Elle a pu faire ses analyses de sang et prend ses médicaments à l'heure.
Elle a le droit de suivre deux chaînes de télévision algériennes, une privée et l'autre publique. Elle en profite pour faire de la lecture. Mais c'est difficile pour elle d'être privée des informations sur tout ce qui se passe dehors. Elle est enfermée entre quatre murs.
Cela est très difficile à accepter pour une femme qui a passé sa vie à être à l'écoute de toute l'information qui concerne la situation du pays.» Me Ghechir affirme par ailleurs que Mme Hanoune «était un peu inquiète au début, mais maintenant elle a fini par accepter sa situation, qu'elle aborde autrement. Elle tient bon, surtout qu'elle sait qu'elle n'a rien à se reprocher. Son affaire est purement politique…
L'avocat s'interroge cependant sur «le silence d'une partie» de la classe politique en disant : «Je ne comprends pas que certains partis qui défendent les libertés puissent rester silencieux devant le cas de Louisa Hanoune. Cela étant, celle-ci a suscité un large mouvement de solidarité au sein de la population mais aussi des syndicalistes et d'autres mouvements de la société civile. Nous espérons que Louisa Hanounne pourra retrouver la liberté rapidement parce que sa place est parmi ses militants et non pas dans un établissement pénitentiaire.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.