DISCOURS DE GAID SALAH A BECHAR : ‘'L'heure des comptes est arrivée''    TRIBUNAL DE BIR MOURAD RAIS : Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    MASCARA : Un dealer arrêté à Tighennif    Quatre cadres du ministère de l'Industrie et l'ancien directeur du CPA en détention    La procédure de levée de l'immunité parlementaire de Talaï enclenchée    Autopsie d'un complot    Entre incohérences et absence de stratégie    Vers une conférence nationale en septembre    Des troupes de la Royal Navy déployées dans le golfe d'Oman    L'armée veut imposer sa feuille de route    Serraj prépare la contre-offensive à Tripoli    Biden devance Trump dans les sondages    Le cas Ounas divise les Verts    "Le recrutement sera bouclé d'ici quelques jours"    Amical : Le Sénégal s'impose face au Nigéria    Man United : Un flop du Barça pour remplacer Pogba ?    La société civile pour une transition de «rupture»    Les réseaux sociaux bloqués pour contrer la fraude    Résultats de l'examen Cinquième à Sétif : un taux de réussite de 85,08 %    Ouverture de six plages et 700 agents de la protection civile mobilisés    3 hectares de blé et d'orge détruits par un incendie    Sassel-plage abrite le lancement de la saison estivale    Approvisionnement en eau de puits non contrôlés : L'APC de Sétif tire la sonnette d'alarme    Remise des prix de la meilleure photo    ACTUCULT    Inas célèbre ses dix ans d'enseignement de tamazight    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    La crise, c'est eux!    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Hommage à Ahmed Kellil    Quelques scénarios de sortie de crise    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Mali : La liste des 23 enfin dévoilée    Dialogue… ?    Chine - Russie : Elever leurs relations au niveau d'un partenariat de coordination stratégique global    Des noms communs devenus des toponymes composés    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    Connexion perturbée et silence des autorités    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le spectre de l'inconnu
Publié dans El Watan le 23 - 05 - 2019

Les tenants du système n'auraient pas trouvé d'interlocuteurs crédibles parmi l'élite en feignant d'ignorer que la place de cette dernière dans la société, et a fortiori en politique, a été zappée par le pouvoir sortant contre lequel le peuple s'est révolté et dont les symboles les plus en vue continuent de sévir.
A cette élite introuvable, le pouvoir a substitué une classe politique sans odeur et sans saveur, dont la plupart de ses composants s'est servie goulûment au lieu de servir.
C'est là la triste conséquence de l'œuvre d'un système liberticide qui a étouffé toute voix discordante et méprisé les élites, en les excluant du champ politique, leur préférant des incompétences soumises et asservies, qui ne sont là que pour donner «l'illusion» démocratique. Difficile de neutraliser ces forces que le bouteflikisme a instillées dans toutes les structures de l'Etat, avec les résultats désastreux que l'on sait.
Quant à la liste prolifique des candidats à l'élection prochaine, elle prêterait à rire de par la composante qui donne l'illusion, par son nombre, d'une démocratie aboutie. S'ils n'émanent pas de partis lilliputiens sans ancrage populaire, ce sont de parfaits inconnus, parfois des plaisantins, qui ne représentent qu'eux-mêmes et qui constituent une insulte au défi grandiose qui attend l'Algérie, blessée et violentée, pour sa reconstruction démocratique. Les chantiers sont immenses et la lutte contre la corruption, qui a fait des ravages effrayants au cours de ces dernières décennies, n'est pas des moindres. Nous avons remarqué la vitalité de la jeunesse estudiantine, qui porte haut les revendications de tout le peuple pour une nouvelle gestion de l'Etat, car, dans notre nouveau siècle, échappent à ces maladies totalitaires (qui, pensions-nous, avaient fait leur temps), les jeunesses cramponnées à leurs rêves, qui veulent tracer leur chemin dans un pays libre, démocratique, loin des turpitudes passées qui ne sont ni dans leur ton ni de leur temps.
La révolution populaire a sûrement déchiré le voile sous lequel s'est drapé honteusement le système prévaricateur et liberticide. Et a défoulé les cauchemars et les vérités implacables de la tragédie, longtemps refoulées.
La jeunesse, plongée dans l'ivresse des libertés retrouvées, a réappris à rêver, mais entre le rêve et sa réalisation, il y a un long chemin parsemé d'embûches. C'est pourquoi la vigilance est toujours de mise. Car la partie est loin d'être gagnée. Déjà, il faut bien se garder de croire aux professionnels de la cuisine politique.
Je veux parler de ceux qui furent les adulateurs zélés et soumis à l'effroyable gouvernance passée, à l'instar du patron du FLN, qui tirent aujourd'hui vanité de leur abjuration tardive de leurs erreurs pour bomber le torse sur les dépouilles d'un système auquel ils ont accordé leur conscience souillée, leur âme vendue et leur compagnonnage sans honneur. Ceux-là sont toujours en alerte pour s'engouffrer dans le wagon.
Le peuple est sorti et sort toujours pour exiger un renouveau et un changement réel qui rompent avec les pratiques passées, ne voulant plus vivre les mêmes situations, les mêmes pratiques condamnables avec les mêmes dirigeants qui, au lieu de s'éclipser, persistent à narguer le peuple.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.