Vaste mouvement dans le corps des présidents et procureurs généraux près les cours de justice    Fusion MCA-GSP : l'AGex du MCA largement en faveur de la fusion    621 ressortissants algériens rapatriés à bord de 2 avions en provenance de Paris en 48h    Wilaya d'Alger/Covid-19: Fermeture de près de 5400 commerces pour non-respect des mesures préventives    Pêche: un décret pour l'organisation des pécheurs artisans en coopératives    Vaste mouvement dans le corps des présidents et des procureurs généraux    Explosion de Beyrouth: quatre avions d'aides décollent d'Alger    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    75 ans après Hirochima, le désarmement reste un vœu pieux    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Trump envisage un discours depuis la Maison Blanche pour officialiser sa candidature    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Deux Algériens légèrement blessés    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    13 décès et 551 nouveaux cas en 24 heures    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    CRB : Djerrar opéré avec succès    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Feux de forêts : Arrestation d'au moins 10 individus    Nedjma TV, l'environnement comme priorité    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Les grands axes du protocole du MESRS    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    L'apocalypse à Beyrouth    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    La RN27 fermée à la circulation du 6 au 8 août    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    La fille des Aurès    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Condamné à 5 ans de prison par le tribunal militaire d'Oran : Le général Hassan sera rejugé en appel par la cour criminelle de Blida
Publié dans El Watan le 23 - 05 - 2019

Jamais la Cour suprême n'a pris autant de temps pour examiner un dossier militaire. Près de quatre années sont passées depuis le pourvoi en cassation, auprès de cette haute juridiction, contre la condamnation à 5 ans de prison du général Hassan, de son vrai nom Abdelkader Aït Ouarabi, ancien chef de l'unité d'élite de lutte antiterroriste de l'ex-DRS (Département de renseignement et de sécurité), par le tribunal militaire d'Oran, pour «non-respect des consignes militaires» et «destruction de documents».
Ce n'est qu'hier que son dossier a été examiné en présence de ses avocats. Après la mise en délibéré, la Cour suprême a décidé de casser le jugement et de renvoyer l'affaire devant la cour militaire de Blida pour un nouveau procès. Ainsi, à quinze mois de la fin de sa détention, le général Hassan sera rejugé par une autre juridiction pour les mêmes faits. Il avait été arrêté au mois d'août 2015, après une année de sa mise à la retraite, dans un contexte marqué par une cascade de radiations et de mises à la retraite anticipée de nombreux cadres du département que dirigeait, à l'époque, le général de corps d'armée, Mohamed Mediène, dit Toufik (actuellement en détention), visé par un plan de déstructuration.
Les circonstances dans lesquelles cet officier a été jugé et condamné à la peine maximale sans bénéfice de circonstances atténuantes, balayant d'un trait une carrière de 51 ans d'actes de bravoure et d'abnégation pour la sauvegarde de la patrie, qui a fait de lui le gradé le plus décoré de l'armée algérienne, sentaient le règlement de compte et donnaient au verdict un caractère de châtiment exemplaire aux éventuels contestataires. Avec le renvoi de cette affaire devant un autre tribunal, peut-on dire que les conditions d'un procès juste et équitable soient réunies ? La question reste posée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.