USM Alger : La saison n'est pas encore terminée pour les Rouge et Noir    Secousses telluriques à Mila : "l'Etat n'abandonnera pas ses citoyens"    Berraki : pas de dégâts ou de dysfonctionnements au niveau du barrage de Beni Haroun    Les Algériens interdits d'entrée en Suisse    Ounoughi évoque l'affaire de Madjer avec l'Anep    Covid 19 : 529 nouveaux cas, 429 guérisons et 9 décès en Algérie durant les dernières 24 heures    PARTI FLN : Le SG invité à Moscou pour participer à un sommet    EXPLOSION DE BEYROUTH : L'Algérie envoie un hôpital militaire de campagne    JUSTICE : Vaste mouvement dans le corps des magistrats    NOUVEAU CHEF D'ETAT-MAJOR DE LA GN : Le général Yahia Ali Oulhadj installé dans ses fonctions    REUNION GOUVERNEMENT-WALIS MERCREDI ET JEUDI PROCHAINS : Vers un mouvement dans le corps des walis    FRANÇAIS BLOQUES EN ALGERIE : Plus de 40 000 personnes rapatriées depuis mars    POUR NON-RESPECT DES MESURES PREVENTIVES : Fermeture de près de 5400 commerces à Alger    MASCARA : Les personnels de la santé dénoncent le manque de transport    Liban: le bilan de l'explosion du port de Beyrouth atteint 154 morts    Palestine : raids aériens israéliens sur la bande de Ghaza    L'Ogebc se dirige vers une exploitation optimale des sites du patrimoine    Pêche: un décret pour l'organisation des pécheurs artisans en coopératives    Fusion MCA-GSP : l'AGex du MCA largement en faveur de la fusion    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Explosion de Beyrouth: aides algériennes au Liban    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Djerrar opéré avec succès    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Deux Algériens légèrement blessés    13 décès et 551 nouveaux cas en 24 heures    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Feux de forêts : Arrestation d'au moins 10 individus    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    FAUSSES SAINTETES    L'apocalypse à Beyrouth    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Médéa : La place du 1er Novembre fait pitié
Publié dans El Watan le 18 - 06 - 2019

Les habitants de la ville millénaire de Médéa sont indignés par l'état de dégradation de la légendaire et historique place du 1er Novembre, où Saha El Fouqania, pour les intimes, qui se trouve aujourd'hui livrée à une indescriptible pagaille due à la présence désagréable et inacceptable de vendeurs à la sauvette de bric et de broc et de friperie.
La situation a empiré récemment, depuis l'installation d'un encombrant manège de jeux pour enfants, très bruyant et ennuyeux pour les habitués de cette place.
Jadis considérée comme une superbe vitrine de la cité antique, elle rayonnait après l'indépendance du pays, avec ses belles terrasses et son pittoresque kiosque à musique datant de l'année 1864, où se retrouvaient chaque soir toute une faune d'hommes de culture, d'amateurs du 4e art, de cinéma, de livres, de musique et de sport.
C'était en quelque sorte un monde à part, une grande famille qui se réunissait sur cette esplanade devenue mythique pour réfléchir et débattre des choses de la vie et du quotidien, se souvient un nostalgique de ces lieux si chers aux Médéens.
Devant cette situation scandaleuse et inadmissible, que diront ceux qui ont connu ces lieux autrefois sous de meilleurs atours, qui ont le souvenir impérissable d'une placette vraiment accueillante et sympathique et propre, à la vue de cette clochardisation déterminée d'un espace public si symbolique et si cher au cœur des Médéens ?
Quelle réponse donner à ceux qui se demandent pourquoi avoir toléré cette agression, cette insulte faite à la mémoire collective d'un passé glorieux, puisque le lieu se confond avec une date à forte connotation historique si chère et mémorable d'un long combat héroïque et d'un lourd tribut de souffrances et de sacrifices en pertes de vies humaines pour la libération et l'indépendance du pays ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.