Azzedine Mihoubi nouveau SG du RND    Merci, El Khadra !    Montage automobile, les vrais coupables !    Chantiers à l'arrêt, crédits bloqués, patrons en prison: L'économie nationale en panne    Un pétrolier algérien contraint de se diriger vers les eaux territoriales iraniennes    Un accueil triomphal aux champions d'Afrique    Savoir goûter à la vie    Equipe nationale: Une progression remarquable    Un mort et deux blessés sur le 4ème périphérique    Bouira: 49,99% le taux de réussite au baccalauréat    Une locomotive calcinée et près de 7 hectares de chaumes ravagés par les flammes    Le festival de la chanson oranaise revient    Iran : Téhéran rappelle aux Etats-Unis leur situation géographique    Initiative du Forum de la Société civile : Un panel pour piloter un dialogue national    Coïncidant avec la finale de la CAN : Les marches populaires dans une ambiance de stade    Chine : Huawei lève le voile sur son propre système d'exploitation    CAN-2019: En fête, l'Algérie championne d'Afrique 29 ans après    Distinction : L'Algérien Bennacer élu meilleur joueur du tournoi    Ambiance : Alger en "feu" fête la deuxième étoile continentale des "Verts"    Bourses : Les actions européennes reculent dans un climat tendu    Solaire : Saint-Etienne (France) passe au vert    Invité à la Radio : Karim Younes contre ceux qui rejettent toutes les initiatives et ceux qui veulent d'un dialogue sans les mesures d'apaisement    Alger: 90 établissements hôteliers réceptionnés au cours des 3 prochaines années    Maroc : Son implication dans le trafic de drogues, un danger direct pour la paix et la sécurité    Et le peuple algérien créa le «Hirak» !    Côte d'Ivoire : Polémique sur l'usage des réseaux sociaux par les stars du coupé décalé    Hadj Ghermoul libéré    Quatre narcotrafiquants arrétés    Prés de 30 millions de dollars en 5 mois    L'Asus Rog Phone 2 aura droit à un Snapdragon 855 Plus    Apple va probablement abandonner ses claviers papillon    COMMERCE : Plus de 2800 infractions enregistrées depuis début juin    CADETS DE LA NATION : 99.46% de taux de réussite au Bac    En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Un soldat tué et deux blessés    Peine de mort contre trois hommes    L'onction qui trahit la manœuvre ?    Pas de représentant algérien à la CAF    Arrestation des voleurs de portables en série    Abdelkader Zoukh placé sous contrôle judiciaire    Téhéran évoque des "accusations délirantes"    Ankara lance une riposte contre le PKK après l'attaque à Erbil    sortir ...sortir ...sortir ...    Hommage au grand maître Benaïssa    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Un navet en salade    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aïn Témouchent : Le flou entoure la centrale électrique de Terga
Publié dans El Watan le 25 - 06 - 2019

La centrale électrique de Terga, appartenant à Sharikat Kahraba Terga (SKT détenue à 51% par Sonelgaz et à 49% par Sonatrach), n'est plus pilotée par la société AOM depuis fin 2017.
Les Témouchentois sont dans l'ignorance de cet événement, eux qui avaient été choqués par les rumeurs sur sa gestion délictueuse, la précédente APW s'en étant émue lors d'une session. Ces accusations apparaissent en définitive comme n'étant pas infondées, car indirectement confirmées au regard des raisons ayant entraîné la résiliation du contrat d'exploitation et de maintenance liant AOM à SKT.
Pour rappel, la création d'Algerian O&M company (AOM) entre Sonelgaz, pour 40% des parts, et 60% entre la japonaise JGC et l'omanaise Sogex, est intervenue pour répondre au souci de tirer profit de l'expérience des deux partenaires étrangers dans le domaine de l'exploitation et la maintenance de centrales de production d'électricité et de sécurité industrielle. «Les objectifs recherchés à travers ce partenariat consistaient notamment en la création d'une société appelée à devenir leader en matière d'exploitation et de maintenance des centrales de tout type» a-t-il été officiellement indiqué. Par ailleurs, AOM devait intervenir également sur la centrale électrique de Koudiet Edraouch (El Tarf), sœur jumelle de celle de Terga. Or AOM est actuellement en phase de dissolution.
Le fait saillant est que cet aboutissement s'est effectué d'une manière peu orthodoxe, puisque Sonelgaz a d'abord dû racheter les parts détenues par les partenaires étrangers dans AOM pour ensuite dénoncer le contrat la liant à SKT et enfin la dissoudre. Selon un document interne de Sonelgaz en circulation à Témouchent, il est fait deux reproches à AOM, celui «d'avoir eu recours quasi exclusivement au recrutement du personnel algérien, pour la plupart issu des filiales de Sonelgaz et percevant des salaires sans commune mesure avec les pratiques en vigueur au sein du groupe».
De la sorte, ni l'érection d'une société appelée à devenir leader en matière d'exploitation et de maintenance des centrales de tout type n'a été réalisée ni le transfert de know how ne s'est effectué. Mais encore, il «s'ajoute des manquements graves aux engagements contractuels tant sur le plan de la gestion technique que sur le plan de la gestion administrative, financière et comptable de la société.
C'est au demeurant cette situation critique qui avait amené le top management de Sonelgaz à dénoncer ce partenariat et à procéder au rachat des actions détenues par la partie étrangère défaillante». Il reste que les responsables du gâchis au détriment du pays et de son économie n'ont pas été inquiétés, aucune enquête judiciaire n'ayant été déclenchée. Selon de «méchantes» langues, il apparaît au bout du compte qu'AOM n'aurait été qu'un habillage pour faciliter l'acquisition d'équipements ou pièces de rechange de la centrale sans devoir passer par de contraignants avis d'appels d'offres internationaux en matière de transparence sur les montants des marchés.
Dans l'affaire, les seuls perdants sont la centaine de cadres «surpayés» au tarif international par AOM, pour, selon les mêmes «méchantes» langues, garantir leur silence sur la réalité de sa gestion. Certains d'entre eux ont «sagement» fait le deuil de la perte des «acquis» en matière de revenus mirobolants, acceptant d'être repris par Sonelgaz sur la base d'émoluments conformes à la grille des salaires de SKT.
Ils ont dû démissionner d'AOM, souscrivant ainsi à toute prétention à une quelconque indemnisation. Par contre, une minorité a tenté de ruer dans les brancards en faisant appel à la justice pour obtenir une réparation tenant compte du préjudice subi, mais en vain. D'autres, enfin, plus avisés, capitalisant le savoir-faire acquis, se sont mis au service d'autres multinationales à l'étranger.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.