Pour remplir une prison il faut bien vider quelque chose de l'extérieur    Les écuries d'Augias    Le général-major à la retraite Kamel Abderrahmane dépose plainte contre l'ancien chef de la Garde républicaine    Importation de véhicules neufs : Le cahier des charges, les incohérences d'une démarche    Entretien par visioconférence du ministre du Tourisme avec l'ambassadeur émirati à Alger    Direction de la pêche de la wilaya : Réouverture aujourd'hui de la poissonnerie du port    Maroc : Manifeste d'artistes contre la «répression» et la «diffamation»    Litiges territoriaux entre la Grèce et la Turquie : La Grèce appelle à un sommet d'urgence de l'Union européenne    Gouvernement de compétences indépendantes ou des législatives anticipées : Les partis politiques dos au mur en Tunisie    Championnat féminin : La JF Khroub déclarée championne    MO Béjaia : Réunion des actionnaires aujourd'hui    MC Alger : La liste des libérés pas encore établie    Seulement 22 plages autorisées à la baignade à Boumerdès    Ténès : Quel sort pour la station d'épuration des eaux usées ?    Chlef : Une série d'incendies de forêt sur le littoral    Ancien maire de Souk Ahras, moudjahid et fervent défenseur des couches défavorisées : Hemana Boulaâres tire sa révérence    Hommage à Abderrahmane Rebah    Ibn Sina et Descartes : A bas bruit    Ecole supérieure de la Gendarmerie nationale de Zéralda : sortie de 7 promotions d'officiers    Les opérateurs économiques tenus de déclarer leurs dépôts avant fin août    Football - Nationale 2: Une composante très discutable    Ligue des champions d'Europe: Pour qui sonnera le glas ?    Tébessa: Le directeur des travaux publics écroué pour corruption    Skikda: Installation du nouveau procureur général    Le projet de loi en cours: Les rixes avec armes blanches sévèrement punies    Plaidoyer pour une révision des textes de loi: 1.537 incendies de forêts en deux mois    Covid-19: 69 décès et plus de 4.000 contaminations parmi les effectifs de la Santé    Polémique autour d'une agence naissante    Des produits locaux de nouveau libres à l'export    Aéroport d'Es-Senia: Quarante smartphones saisis    Du comment lire l'avenir dans la paume de sa main !    Tiaret: Réinhumation des restes de quatre chouhada    La doyenne de la wilaya n'est plus    Affaire de l'enregistrement sonore : liberté provisoire pour Halfaia    Les souscripteurs invités à finaliser les démarches administratives et financière    Benbouzid n'exclue pas un reconfinement    Zeghmati, ‘'sabre au clair'' !    "Allo Chorta", une application mobile pour signaler tous les crimes    L'ambassadeur US annonce la fin de sa mission et salue l'évolution des relations    Hydrocarbures en méditerranée orientale: la tension monte entre Athènes et Ankara    Mali: la Cédéao appelle à l'arrêt des manifestations pour "continuer le dialogue"    COUR D'ALGER : Le nouveau président installé dans ses fonctions    Farès fonce vers le Lazio    La mise en garde de l'avocat de Prince Ibara    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans    Le comédien Bachir Benmohamed n'est plus    Pression et répression à Hong Kong    L'Europe doute des résultats de la présidentielle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crise politique : Benflis réclame un retour à la légitimité des urnes
Publié dans El Watan le 15 - 07 - 2019

Le président du parti Talaie El Hourriyet, Ali Benflis, a plaidé, hier, en faveur d'un retour à la légitimité des urnes pour sortir de l'impasse politique, et ce, à travers la tenue d'une élection présidentielle «propre». «La légitimité se construit grâce à la crédibilité des urnes.
C'est aux Algériens, qui manifestent par millions, d'exprimer leurs volontés à travers les urnes. Pour cela, il faut des élections propres», a estimé Ali Benflis dans un enregistrement vidéo publié sur sa page Facebook.
Au préalable, le président de Talaie El Hourriyet a exigé l'installation d'une commission nationale «indépendante», composée de «personnes crédibles, intègres et propres», qui aura pour mission l'organisation et la supervision du processus électoral, une des revendications d'une partie de l'opposition qui s'est réunie récemment à Aïn Benian.
«L'administration sera écartée du processus électoral grâce à cette commission qui doit aussi être indépendante financièrement», a-t-il ajouté.
Au chapitre des prérogatives de cette commission, le président de Talaie El Hourriyet a cité l'assainissement des listes électorales «pour éviter la fraude» et la mise en place de commissions nationales et de wilayas neutres pour assurer la surveillance des centres et bureaux de vote.
Outre la répartition du temps de parole des candidats à la radio et à la télévision, ladite commission aura pour tâche d'annoncer les résultats du scrutin présidentiel, a-t-il précisé. «C'est de cette manière que le processus électoral sera totalement sécurisé.
Quel que soit le Président qui sera élu, le peuple reconnaîtra sa victoire en raison de la régularité du vote», a souligné l'ancien chef de gouvernement et candidat malheureux à la présidentielle, jugeant nécessaire un dialogue entre les forces politiques.
Il y a une semaine, les Forces du changement, regroupant entre autres les partis politiques dirigés par Ali Benflis, Abdallah Djaballah, Abderrezak Makri, Noureddine Bahbouh et Soufiane Djilali, avaient appelé à la création d'une instance de dialogue en vue d'organiser une élection présidentielle, excluant la participation des «symboles de l'ancien régime».
Des forces de l'alternative démocratique, comme le FFS, le RCD ou le PT, avaient refusé de participer à cette réunion.
«Ceux qui ont participé à la conférence de Aïn Benian ne prétendent nullement posséder la vérité absolue», a précisé Ali Belflis, notant que les divergences d'opinions politiques constituent une «richesse» de la scène politique. «Le document de Aïn Benian propose une sortie de crise.
Il y a d'autres forces qui proposent des solutions de sortie de crise. La solution réside dans la crédibilité des élections. Lorsque les élections seront propres, les solutions pacifiques viendront ensuite», a conclu l'ex-chef de gouvernement sous la présidence de Bouteflika.
.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.