Derrar évoque une situation épidémiologique inquiétante    Foot-sélection nationale (U20): six cas testés positifs au Covid-19    USMA: 5 cas positifs au Covid-19 "totalement asymptomatiques"    ASSE : Le feuilleton Boudebouz serait définitivement terminé !    Amendement de la Constitution: paroles des animateurs du 19e jours de la campagne référendaire    Démantèlement d'une bande criminelle spécialisée dans l'escroquerie via les réseaux sociaux    Le conseil de la Choura de l'UMA: l'accord du cessez-le-feu en Libye, un indicateur encourageant    Appel à renforcer l'itinéraire technique pour développer la céréaliculture    Des ventes promotionnelles pour dynamiser la vente des livres    MICRO-ENTREPRISES : Les attributions du ministre délégué fixées    Tournoi ITF de Monastir: Ibbou directement dans le tableau final    Djaballeh appelle au boycott des produits français    CAMPAGNE REFERENDAIRE : Djerad défend le projet de révision de la Constitution    EDUCATION NATIONALE : Le calendrier des compositions fixé en 2 phases    MASCARA : Un nouveau siège pour la radio locale    REMISE DES CLES DES LOGEMENTS LPP : Les souscripteurs appelés à finaliser les démarches administratives    Plaidoyer pour l'ouverture des frontières    Man United : Solskjaer laisse Pogba et Van de Beek sur le banc. Il s'explique    L'amendement de la Constitution, acte "fondateur d'un Etat moderne et démocratique"    Mahrez remonté contre la déformation de ses propos    Mohamed Islam Bakir en renfort    Trois anciens walis dans la tourmente    Tebboune en autoconfinement pour cinq jours    Les délires d'un haineux    ONU: le traité interdisant les armes nucléaires pourra entrer en vigueur dans 90 jours    Un fléau à Mostaganem    Pavé au chocolat    Convalescence    La Révolution, série française et uchronique prévue sur Netflix    Le retour de la vieille garde prétorienne    Petit vampire de Joann Sfar, de la BD au grand écran    Le Royal Opera House : Vente d'un tableau de Hockney pour survivre à la pandémie    Le projet d'amendement constitutionnel accorde une bonne place aux jeunes dans l'Algérie nouvelle    10 décès et 250 nouveaux cas    Les correspondants de presse déplorent la rétention de l'information    Le Soudan se rapproche d'Israël    "Il y a autant d'intérêts multiples pour que la paix se fasse simplement"    L'Algérie, un pays toujours pas sûr pour l'UE    Naissance d'un comité de soutien à Mohamed Tadjadit    La passion retrouvée    USM Blida: Entre les exigences du public et la réalité    L'ambassadeur de France en Algérie au « Le Quotidien d'Oran »: «Pour l'Algérie et la France, les défis sont communs»    Importations: La menace de trop pour la filière pomme de terre    Et l'ennui naquit à l'université !    Le foncier industriel sous la loupe    L'ISSUE DES BRAVADES    Le MSP pointe du doigt Macron    Libye/accord de cessez-le-feu: appels à la mise en œuvre d'"un acquis majeur"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Alger, 22e vendredi : La révolution pacifique supplante tout
Publié dans El Watan le 19 - 07 - 2019

Des centaines de milliers de personnes ont marché à Alger, aujourd'hui, 22e vendredi de la révolution pacifique. Les Algériens ne perdent pas de vue leurs objectifs : « Etat démocratique, civil non militaire » et une « justice indépendante».
A 11h du matin, la center d'Alger était occupé par un dispositif policier imposant. Des centaines de véhicules et des milliers de policiers sont déployés. Une petite foule, le noyau dur de manifestants, était là avant l'heure, comme pour narguer le pouvoir en place et donner du courage aux marcheurs qui devraient arriver plus tard. A midi, ils étaient plusieurs centaines à réclamer un « Etat civil, non militaire » et à dire « Non aux élections avec les gangs ». Plusieurs manifestants ont été interpellés, parfois de manière musclée, par les services de sécurité.
L'équilibre des forces changera totalement après la prière de vendredi. 13h45. Une foule nombreuse, sortie de la mosquée Ben Badis et des ruelles avoisinantes, envahit la rue Abane Ramdane et prend la direction de la grande poste. Le slogan phare reste « Daoula madania », écrit sur des pancartes et scandé par des milliers de poitrines. Le centre ville ne cesse d'accueillir les manifestants qui arrivent de la rue Didouche, du boulevard Amirouche et de partout.
A 14h30, une marée humaine submerge Place Audin. Parmi les manifestants, l'avocat Salah Dabouz, en grève de la faim depuis une dizaine de jours, mais qui a tenu à prendre part à cette marche, sur un fauteuil roulant.
Quelques mètres plus loin, Karim Tabbou et Mostefa Bouchachi, marchent, au milieu de la foule, l'air heureux. Les slogans hostiles à Gaid Salah, le chef d'état-major de l'armée sont légions. Outre la chanson « Dites à El Gaid » qui a eu un grand succès, les marcheurs ont invité le chef de l'armée à « partir et d'amener avec lui le chef de l'Etat par intérim Bensalah ». Les juges et les médias ont été également la cible des manifestants qui reprochent aux premiers d'avoir mis en prison des manifestants innocents et aux seconds d'avoir « trahi le hirak ».
#Alger: » Le peuple veut l'indépendance » pic.twitter.com/RSNdNV5DOH
— elwatan.com (@elwatancom) 19 juillet 2019
Les manifestants de ce 22 vendredi ont insisté sur la libération des détenus d'opinion : « Libérez nos enfants », « Libérez Bouregâa ». La foule, du moins une bonne partie des manifestants, a exprimé son refus d'engager un dialogue ou de participer à des élections avant la libération de tous les détenus d'opinions. « Quel dialogue ? D'abord libérez les détenus du Hirak », lit-on sur un écriteau brandi par un sexagénaire à proximité de la FAC centrale. d'autres marcheurs, en revanche, ont hissé une banderole pour dire : « Oui pour un dialogue nationale avec Youcef Khatin et Taleb Ibrahimi ».
Les manifestants, dont la plupart ont arboré les couleurs des Fennecs (qui disputeront ce soir la finale de la CAN face au Sénégal) ont adressé des messages « footballistiques » aux détenteurs du pouvoir. « Nous vous bâterons 7+8 à 0 », « le foot nous ne fait pas oublier le Hirak ». Un des manifestants a écrit : « La victoire en finale de la CAN est un bonheur provisoire. La restitution de la patrie procure un bonheur éternel ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.