«Le dialogue doit prendre en considération les craintes légitimes de l'opposition»    Plus de 82 % des citoyens satisfaits des services de police    Omari insiste sur l'accompagnement des projets agricoles    Les modalités de fonctionnement d'un compte d'affectation spéciale fixées au JO    Rentrée sociale et balance des paiements au menu    Signature d'une convention entre le secteur des forêts et l'unité d'ingénierie    Hassan Rabehi à Ouargla évoque le rôle capital des médias    ARRESTATION DU DIRECTEUR DE L'AGENCE FONCIERE D'ORAN : Plusieurs hauts responsables impliqués dans un scandale immobilier    TISSEMSILT : Des coupures intempestives d'électricité au quotidien    30 milliards de dollars dilapidés au ministère du Travail    CLASSEMENT MONDIAL DES ARMEES : L'ANP parmi les 30 puissances mondiales    COUR SUPREME : Tayeb Louh placé sous mandat de dépôt    COUR DE JUSTICE DE MOSTAGANEM : Le nouveau président et le procureur général installés    Drame du concert de Soolking : 5 morts et 17 blessés    BIR EL DJIR (ORAN) : Le nouveau maire suspendu par le wali    RENTREE SCOLAIRE A MASCARA : Plus de 230.000 élèves bientôt sur les bancs de classes    JUSTICE : Zeghmati veut nettoyer son secteur    Naples: Lozano a signé (officiel)    Real Madrid: Neymar, un pied qui inquiète    Vers la fin du pouvoir militaire ?    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Les souscripteurs montent au créneau    Benflis insiste sur le départ du gouvernement    Amrani reste    Velud : "Je suis confiant pour la qualification"    «Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région»    L'ONU craint une fragmentation    Le Soudan se dote de nouvelles institutions    Une nouvelle coalition pour barrer la route à Matteo Salvini    Le projet de convention nationale finalisé aujourd'hui    Où en est l'aménagement du futur parc de Sidi-Ghilès ?    "Il y a beaucoup d'arnaques"    Tôt ou tard, le rêve redémarrera !    Grande offensive des affaires religieuses    Où est passé le ministre des Moudjahidine ?    Ligue 2 : Le RCA et l'OMA autorisés à jouer à domicile    Slimani : Tout pour aider son nouveau club    CAN-2019 (U23) : La sélection nationale en stage à Sidi Moussa    Un sommet avant le SommetV: Poutine en villégiature à Bormes-les-Mimosas    Constantine - Marchés des fruits et légumes: Chute relative des prix et timide reprise des activités    Après d'importants travaux de restauration: Les Arènes d'Oran ouvertes aux visiteurs    Tiaret: Le cimetière, ce lieu de rencontre des vivants    Artistes en herbe à l'affiche    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Appel à l'investissement privé    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Javier Bardem appelle à protéger les océans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Alger, 22e vendredi : La révolution pacifique supplante tout
Publié dans El Watan le 19 - 07 - 2019

Des centaines de milliers de personnes ont marché à Alger, aujourd'hui, 22e vendredi de la révolution pacifique. Les Algériens ne perdent pas de vue leurs objectifs : « Etat démocratique, civil non militaire » et une « justice indépendante».
A 11h du matin, la center d'Alger était occupé par un dispositif policier imposant. Des centaines de véhicules et des milliers de policiers sont déployés. Une petite foule, le noyau dur de manifestants, était là avant l'heure, comme pour narguer le pouvoir en place et donner du courage aux marcheurs qui devraient arriver plus tard. A midi, ils étaient plusieurs centaines à réclamer un « Etat civil, non militaire » et à dire « Non aux élections avec les gangs ». Plusieurs manifestants ont été interpellés, parfois de manière musclée, par les services de sécurité.
L'équilibre des forces changera totalement après la prière de vendredi. 13h45. Une foule nombreuse, sortie de la mosquée Ben Badis et des ruelles avoisinantes, envahit la rue Abane Ramdane et prend la direction de la grande poste. Le slogan phare reste « Daoula madania », écrit sur des pancartes et scandé par des milliers de poitrines. Le centre ville ne cesse d'accueillir les manifestants qui arrivent de la rue Didouche, du boulevard Amirouche et de partout.
A 14h30, une marée humaine submerge Place Audin. Parmi les manifestants, l'avocat Salah Dabouz, en grève de la faim depuis une dizaine de jours, mais qui a tenu à prendre part à cette marche, sur un fauteuil roulant.
Quelques mètres plus loin, Karim Tabbou et Mostefa Bouchachi, marchent, au milieu de la foule, l'air heureux. Les slogans hostiles à Gaid Salah, le chef d'état-major de l'armée sont légions. Outre la chanson « Dites à El Gaid » qui a eu un grand succès, les marcheurs ont invité le chef de l'armée à « partir et d'amener avec lui le chef de l'Etat par intérim Bensalah ». Les juges et les médias ont été également la cible des manifestants qui reprochent aux premiers d'avoir mis en prison des manifestants innocents et aux seconds d'avoir « trahi le hirak ».
#Alger: » Le peuple veut l'indépendance » pic.twitter.com/RSNdNV5DOH
— elwatan.com (@elwatancom) 19 juillet 2019
Les manifestants de ce 22 vendredi ont insisté sur la libération des détenus d'opinion : « Libérez nos enfants », « Libérez Bouregâa ». La foule, du moins une bonne partie des manifestants, a exprimé son refus d'engager un dialogue ou de participer à des élections avant la libération de tous les détenus d'opinions. « Quel dialogue ? D'abord libérez les détenus du Hirak », lit-on sur un écriteau brandi par un sexagénaire à proximité de la FAC centrale. d'autres marcheurs, en revanche, ont hissé une banderole pour dire : « Oui pour un dialogue nationale avec Youcef Khatin et Taleb Ibrahimi ».
Les manifestants, dont la plupart ont arboré les couleurs des Fennecs (qui disputeront ce soir la finale de la CAN face au Sénégal) ont adressé des messages « footballistiques » aux détenteurs du pouvoir. « Nous vous bâterons 7+8 à 0 », « le foot nous ne fait pas oublier le Hirak ». Un des manifestants a écrit : « La victoire en finale de la CAN est un bonheur provisoire. La restitution de la patrie procure un bonheur éternel ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.