La mobilisation populaire demeure intacte    "La corruption est une atteinte aux droits de l'Homme"    Le marché de voitures toujours fermé    L'AEP des communes de la daïra de Sidi Naâmane renforcée    Les employés de l'EPMC investissent la rue    Pénurie de véhicules    Une production record de tomate industrielle    «La Caisse pourrait revoir le seuil des remboursements actuels des soins médicaux»    L'ONU craint une escalade    Le Premier ministre tunisien délègue ses pouvoirs    Reprise des violences autour de Tripoli    Guenina et Meftahi de la partie face au WAT    Kadri : "Nous visons une victoire au Khroub"    L'ombre du passé    Un accord européen pour répartir les 356 migrants    Alger rit, Algérie pleure    Qui en est responsable ?    "La création doit s'inspirer de la question identitaire"    Deux grands rendez-vous à Aïn Témouchnent    Monarchie de juillet / 1re République (1830-1842)    L'acteur espagnol Javier Bardem appelle à protéger les océans    Compétitions africaines des clubs : Mission difficile pour les Canaris    MC Oran : Les Hamraoua à l'assaut de l'Aigle sétifien    Coupe arabe : La JSS contrainte de gagner face au CA Bizerte    Al Merreikh - JSK (aujourd'hui à 18h30) : Velud : «J'ai déjà battu Al Merreikh mais les matchs ne se ressemblent pas»    Oued R'hiou (Relizane) : Saisie d'armes à feu et d'un drone    Réhabilitation des hôtels publics à Tizi Ouzou : Trois structures livrées en novembre    «Book Exchange» au jardin botanique du Hamma, à Alger : Echangez vos livres contre d'autres    Dialogue: Sofiane Djilali pose ses conditions    5 morts et 32 blessés à Alger: Un concert vire au drame    Douanes: Plusieurs marchandises soumises à l'autorisation de circuler    Chlef: Installation du président et du procureur général de la Cour    Bouira: 19 têtes bovines et 30 moutons volés    Relizane, Naâma, Tlemcen: Des armes et plus de 280 kg de kif saisis    Tiaret: L'affichage des listes des logements sociaux reporté    Plus de 1 300 réfugiés rapatriés en l'espace de 24 heures    Martin Griffiths met en garde contre la fragmentation du pays    Découverte du cadavre d'un jeune homme à El Matmar    Medane n'est plus manager général de la sélection    Les manoeuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région    La maison traditionnelle Kabyle célébrée à Tazerouts    "Possibilité de ne pas recourir à l'importation du blé"    Hanni débute fort    Le Hirak, acte 27    Bensalah nomme de nouveaux ambassadeurs    La police veut démanteler le Mouvement islamique    Tayeb Louh en prison    CLASSEMENT MONDIAL DES ARMEES : L'ANP parmi les 30 puissances mondiales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le ministre de l'Enseignement supérieur exige des en-têtes en anglais
Projet d'éradication du français à l'université
Publié dans El Watan le 23 - 07 - 2019

Enième diversion. Les recteurs et chefs des établissements universitaires sont instruits d'utiliser l'anglais dans les en-têtes des documents officiels.
Dans une correspondance datée du dimanche 21 juillet 2019, le ministre de l'Enseignement supérieur, Bouzid Tayeb, exhorte les responsables des universités d'utiliser l'arabe et l'anglais dans les en-têtes de leurs correspondances et documents officiels pour «une meilleure visibilité des activités académiques et scientifiques» des universités.
La décision prise par l'ancien recteur de l'université de Batna 2 (2015-2019) s'inscrit dans le cadre d'un projet qui lui tient à cœur depuis sa prise de fonction, le 1er avril dernier : remplacer progressivement le français par l'anglais. Sur sa page Facebook, le ministre a en effet annoncé, en juin dernier, le lancement d'un sondage pour le renforcement de la place de l'anglais aux dépens de l'autre langue étrangère, le français.
Périodiquement, il rend publics les résultats chiffrés de son «National poll» (sondage national) sans expliquer étrangement la méthode utilisée ! Enfonçant le clou, Bouzid Tayeb avait déclaré le 8 juillet à l'université Mentouri de Constantine que «le français ne vous mène nulle part !» Il précise que sa décision a été prise suite «à la demande des étudiants qui veulent que leurs diplômes soient reconnus à l'étranger, au Japon à titre d'exemple».
Appartenant à la première promotion d'enseignant d'anglais de l'Algérie indépendante, le pédagogue Ahmed Tessa parle de «pure populisme d'un monolingue frustré de ne pas avoir maîtrisé le français durant sa scolarité». «Il (le ministre) s'imagine anglophone. Ah, la bonne blague ! C'est comme si moi francophone bon teint je me proclame demain arabisant pur jus.
Il veut nous faire revenir aux années 1990/91 quand les wahhabites saoudiens et qataris demandaient à leurs partisans algériens d'exiger l'anglais à la place du français. C'est un combat d'arrière-garde pour cacher le vrai problème : comment expliquer la faillite de l'enseignement des langues, y compris de l'arabe ?
Question taboue depuis quatre décennies», estime l'auteur de L'impossible éradication de l'enseignement du français en Algérie (Ed. Barzakh). Pour M. Tessa, les pro-anglais ont tous inscrit leurs enfants dans les classes francophones et dans les écoles privées et le lycée français Alexandre Dumas d'Alger.
«Ils savent que la sociolinguistique s'oppose scientifiquement à cette croisade antifrançais. Je lance un défi aux partisans de cette folie pour un débat pédagogique et scientifique sur tous les plateaux TV. C'est un massacre programmé de nouveau. Ce sont aussi l'arabe et tamazight qui vont payer le prix», s'alarme-t-il.
«Démarche illégale»
Le syndicaliste du CNES, Abdelmadjid Azzi, confronté à la réalité de l'enseignement des langues à l'université, estime que la décision du ministre est «ridicule». «Il peut même les faire (en-têtes) en chinois, ce n'est pas comme ça qu'on renforce la langue anglaise», assène-t-il.
Des observateurs s'interrogent sur la pertinence d'une décision «illégale» prise par un membre d'un gouvernement «illégitime». La Constitution algérienne recense deux langues nationales officielles : l'arabe et le tamazight.
Si M. Bouzid ignore royalement cette dernière, il ne fait pas trop cas de la Loi fondamentale qui exige dans son article 2 d'œuvrer à «l'épanouissement de la langue arabe et à la généralisation de son utilisation dans les domaines scientifiques et technologiques, ainsi qu'à l'encouragement de la traduction vers l'arabe à cette fin».
Le ministre ignore également les instructions de l'Etat, qui exige de rédiger les documents officiels en arabe. Pire, il lui adjoint une autre langue, a fortiori étrangère : l'anglais.
Des experts ont adressé au ministre des questions auxquelles il ne semble pas prêt à répondre : quel a été le bilan de l'arabisation et celui des différents départements des langues à travers le pays (ENS, ILE, etc.) ? Quels sont les moyens humains et matériels que le département de Ben Aknoun (Alger) compte mettre en place pour «renforcer» l'enseignement de l'anglais ?
Et pourquoi un tel débat alors que l'université souffre d'autres maux ? Un coup d'œil au site du ministère (www.mesrs.dz) renseigne sur le sérieux de la démarche de Bouzid Tayeb : les rubriques sont presque exclusivement en arabe et en français alors que la partie réservée à l'anglais se résume à des titres mal traduits.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.