USM Alger : La saison n'est pas encore terminée pour les Rouge et Noir    Secousses telluriques à Mila : "l'Etat n'abandonnera pas ses citoyens"    Berraki : pas de dégâts ou de dysfonctionnements au niveau du barrage de Beni Haroun    Les Algériens interdits d'entrée en Suisse    Ounoughi évoque l'affaire de Madjer avec l'Anep    Covid 19 : 529 nouveaux cas, 429 guérisons et 9 décès en Algérie durant les dernières 24 heures    PARTI FLN : Le SG invité à Moscou pour participer à un sommet    EXPLOSION DE BEYROUTH : L'Algérie envoie un hôpital militaire de campagne    JUSTICE : Vaste mouvement dans le corps des magistrats    NOUVEAU CHEF D'ETAT-MAJOR DE LA GN : Le général Yahia Ali Oulhadj installé dans ses fonctions    REUNION GOUVERNEMENT-WALIS MERCREDI ET JEUDI PROCHAINS : Vers un mouvement dans le corps des walis    FRANÇAIS BLOQUES EN ALGERIE : Plus de 40 000 personnes rapatriées depuis mars    POUR NON-RESPECT DES MESURES PREVENTIVES : Fermeture de près de 5400 commerces à Alger    MASCARA : Les personnels de la santé dénoncent le manque de transport    Liban: le bilan de l'explosion du port de Beyrouth atteint 154 morts    Palestine : raids aériens israéliens sur la bande de Ghaza    L'Ogebc se dirige vers une exploitation optimale des sites du patrimoine    Pêche: un décret pour l'organisation des pécheurs artisans en coopératives    Fusion MCA-GSP : l'AGex du MCA largement en faveur de la fusion    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Explosion de Beyrouth: aides algériennes au Liban    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Djerrar opéré avec succès    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Deux Algériens légèrement blessés    13 décès et 551 nouveaux cas en 24 heures    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Feux de forêts : Arrestation d'au moins 10 individus    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    FAUSSES SAINTETES    L'apocalypse à Beyrouth    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le ministre de l'Enseignement supérieur exige des en-têtes en anglais
Projet d'éradication du français à l'université
Publié dans El Watan le 23 - 07 - 2019

Enième diversion. Les recteurs et chefs des établissements universitaires sont instruits d'utiliser l'anglais dans les en-têtes des documents officiels.
Dans une correspondance datée du dimanche 21 juillet 2019, le ministre de l'Enseignement supérieur, Bouzid Tayeb, exhorte les responsables des universités d'utiliser l'arabe et l'anglais dans les en-têtes de leurs correspondances et documents officiels pour «une meilleure visibilité des activités académiques et scientifiques» des universités.
La décision prise par l'ancien recteur de l'université de Batna 2 (2015-2019) s'inscrit dans le cadre d'un projet qui lui tient à cœur depuis sa prise de fonction, le 1er avril dernier : remplacer progressivement le français par l'anglais. Sur sa page Facebook, le ministre a en effet annoncé, en juin dernier, le lancement d'un sondage pour le renforcement de la place de l'anglais aux dépens de l'autre langue étrangère, le français.
Périodiquement, il rend publics les résultats chiffrés de son «National poll» (sondage national) sans expliquer étrangement la méthode utilisée ! Enfonçant le clou, Bouzid Tayeb avait déclaré le 8 juillet à l'université Mentouri de Constantine que «le français ne vous mène nulle part !» Il précise que sa décision a été prise suite «à la demande des étudiants qui veulent que leurs diplômes soient reconnus à l'étranger, au Japon à titre d'exemple».
Appartenant à la première promotion d'enseignant d'anglais de l'Algérie indépendante, le pédagogue Ahmed Tessa parle de «pure populisme d'un monolingue frustré de ne pas avoir maîtrisé le français durant sa scolarité». «Il (le ministre) s'imagine anglophone. Ah, la bonne blague ! C'est comme si moi francophone bon teint je me proclame demain arabisant pur jus.
Il veut nous faire revenir aux années 1990/91 quand les wahhabites saoudiens et qataris demandaient à leurs partisans algériens d'exiger l'anglais à la place du français. C'est un combat d'arrière-garde pour cacher le vrai problème : comment expliquer la faillite de l'enseignement des langues, y compris de l'arabe ?
Question taboue depuis quatre décennies», estime l'auteur de L'impossible éradication de l'enseignement du français en Algérie (Ed. Barzakh). Pour M. Tessa, les pro-anglais ont tous inscrit leurs enfants dans les classes francophones et dans les écoles privées et le lycée français Alexandre Dumas d'Alger.
«Ils savent que la sociolinguistique s'oppose scientifiquement à cette croisade antifrançais. Je lance un défi aux partisans de cette folie pour un débat pédagogique et scientifique sur tous les plateaux TV. C'est un massacre programmé de nouveau. Ce sont aussi l'arabe et tamazight qui vont payer le prix», s'alarme-t-il.
«Démarche illégale»
Le syndicaliste du CNES, Abdelmadjid Azzi, confronté à la réalité de l'enseignement des langues à l'université, estime que la décision du ministre est «ridicule». «Il peut même les faire (en-têtes) en chinois, ce n'est pas comme ça qu'on renforce la langue anglaise», assène-t-il.
Des observateurs s'interrogent sur la pertinence d'une décision «illégale» prise par un membre d'un gouvernement «illégitime». La Constitution algérienne recense deux langues nationales officielles : l'arabe et le tamazight.
Si M. Bouzid ignore royalement cette dernière, il ne fait pas trop cas de la Loi fondamentale qui exige dans son article 2 d'œuvrer à «l'épanouissement de la langue arabe et à la généralisation de son utilisation dans les domaines scientifiques et technologiques, ainsi qu'à l'encouragement de la traduction vers l'arabe à cette fin».
Le ministre ignore également les instructions de l'Etat, qui exige de rédiger les documents officiels en arabe. Pire, il lui adjoint une autre langue, a fortiori étrangère : l'anglais.
Des experts ont adressé au ministre des questions auxquelles il ne semble pas prêt à répondre : quel a été le bilan de l'arabisation et celui des différents départements des langues à travers le pays (ENS, ILE, etc.) ? Quels sont les moyens humains et matériels que le département de Ben Aknoun (Alger) compte mettre en place pour «renforcer» l'enseignement de l'anglais ?
Et pourquoi un tel débat alors que l'université souffre d'autres maux ? Un coup d'œil au site du ministère (www.mesrs.dz) renseigne sur le sérieux de la démarche de Bouzid Tayeb : les rubriques sont presque exclusivement en arabe et en français alors que la partie réservée à l'anglais se résume à des titres mal traduits.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.