Lutte contre la criminalité : Arrestation d'une bande de malfaiteurs s'adonnant au trafic de psychotropes…    Son procès en appel programmé le 23 janvier: Sit-in de solidarité avec le journaliste Adlène Mellah    Walis de la République : chacun d'eux a compris qu'il était sacrifiable!    Fiscalité locale: De nouvelles prérogatives pour les APC    Macron : une communication sans fin, mais sans beaucoup de réponses    Ligue des champions : JSS-Ahly du Caire, vendredi à 20h00: Les Bécharis au pied de la pyramide    Football - Ligue 1: Le CRB dos au mur, le leader et son dauphin en expédition    Volleyball - Coupe d'Algérie - Tour préliminaire: Les cendrillons en quête d'exploits    Dans les starting-blocks    Affaire de la petite Nihal: L'enquête des gendarmes achevée    Tlemcen: Plus de 10 tonnes de kif saisies en une année    Je suis certain que je doute !    Aïn Temouchent: La journée des communes à Aghlal    L'APN prend part à la réunion de la commission des affaires politiques, de la sécurité et des droits de l'Homme de l'UPM à Strasbourg    Les cours du pétrole stables en Asie    Vingt-deux équipes dont le GSP au rendez-vous de Tunis    L'Algérien Dib élu président de la zone I nord    Les arbitres des équipes algériennes connus    «La colonisation et l'occupation continuent de saper le développement» de l'Etat de Palestine    Tout accord Maroc-UE incluant les territoires sahraouis, sont nuls et non avenus    Les représentants des membres de l'UA se penchent sur le dossier des personnes déplacées    Des mesures pour le parachèvement des travaux du projet du stade de Bordj Menaïel    Les chasseurs tirent la sonnette d'alarme    69 millions DA pour des projets de développement à Aïn Sidi Chérif    Le secteur de l'assurance automobile domine sur celui des catastrophes naturelles    Sensibilisation sur l'opération des déclarations annuelles des salaires et des salariés    L'urgence de les récupérer et numériser    Théâtre régional Kateb-Yacine de Tizi-Ouzou    L'operette séduit le public tlemcenien    Les députés britanniques le rejettent massivement    Le Snapo accuse les importateurs "véreux" !    Les Algériens indésirables en France ?    Gouvernance vertueuse    Vers la réforme du Bac    Commerce : Tout sur les soldes d'hiver 2019 qui débuteront demain à Alger    Ressources en eau : Une demande annuelle de 12,9 milliards de m3 à l'horizon en 2030    Après les 4 000 logements distribués à Alger : 40 000 seront distribués à travers le pays avant la fin du mois en cour    Isolé dans la région, vers quels pays le Venezuela se tournera-t-il?    Attentat terroriste contre un complexe hôtelier à Nairobi : L'Algérie condamne "avec force" l'attaque    Le "shutdown" de Donald Trump coûtera bientôt plus cher que son... mur    En exil depuis 28 ans: Il y a 27 ans, Mohamed Boudiaf revenait en Algérie pour présider le Haut-Comité d'Etat    Le sociologue Nacer Djabi interdit de tenir une conférence sur les mouvements amazighs    Djisr El Djazair" : La rencontre d'Alger, le 26 janvier au Mama    Le fauteuil qui attise les appétits    Baghdad Bounedjah sacré    Tahrat forfait face à la Gambie    Enquête au FLN    L'Alliance présidentielle dans l'expectative    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Colloque à Béjaïa et Tamokra : Le savant soufi Elaydli revisité
Publié dans El Watan le 31 - 05 - 2010

Béjaïa et Tamokra ont parlé de la même voix, il y a quelques jours, pour évoquer Sidi Yahia Alaydli, savant soufi, mort en 1477, et qui a fait l'objet d'un colloque auquel ont pris part d'éminentes personnalités, des universitaires notamment.
Fondateur de l'une des toutes premières zaouïas de Kabylie, prodiguant la savoir, Alaydli a été l'élève d'un des plus grands fqih en son temps, Ahmed Ben Ibrahim el Bijaï, mort en 1437 et évolua dans un milieu scientifique exceptionnel aux côtés de Abderrahmane Athaâlibi et Sidi Touati... Pressentant l'invasion espagnole, Aydli prépara assez tôt le repli des ulémas bougiotes vers l'arrière-pays. Auteur de la fameuse Wadhifa commentée par Hocine El Ouartilani (1713-1779) et par El Kharoubi Al Trabelsi, Aydli créera à Tamokra l'une des premières zaouïas institut de la Kabylie. Pour avoir une idée précise du niveau atteint dans cette institution, il faut se référer au traité El Mukadima fil fikh, plus connu sous le nom d'Al Waghlissia, ouvrage du célèbre juriconsult Al Waghlissi, mort en 1384, qui deviendra pendant des siècles l'ouvrage de référence des étudiants. C'est à Tamokra que ce traité a fait l'objet des débats les plus intenses. En effet, les sharh (commentaires) les plus connus de cet ouvrage sont celui d'Ahmed Zeruk Al Barnussi (1443-1493) et celui de Abdelkrim Azzawi. Ce dernier commentaire a fait l'objet d'un abrégé de Abderrahmane Essebagh.
Tous ces ouvrages, qui obéissent à des objectifs pédagogiques précis, avaient été commandés par Yahia Alaydli au moment- même où il était en train de consolider les fondements de son institut. La Wadhifa de Yahia Elaydli, qui a été récitée à Sidi Soufi (Béjaïa) jusqu'aux années 1930 est encore de nos jours un texte de référence à la zaouïa de Tamokra, du cheikh Tahar Aït Aldjet et qui fait partie désormais du patrimoine culturel de la wilaya. Le patrimoine comprend le mausolée du cheikh Alaydli, la mosquée Tighilt, la mosquée Ihoudjan, l'ancienne zaouïa et le hamam Ouguelmine. Des théologiens, des universitaires venus des quatre coins du pays, ainsi que de Tunisie, Anna Maria di Tolla de l'université de Naples, et Judith Sheele dont la communication « Les sources écrites et orales de Yahia Adli) a été lue par M. Aïssani, et se sont relayés pour percer les secrets du soufisme à travers le savant Aydli qui a contribué à former plusieurs disciples qui s'y réfèrent chaque fois qu'il est nécessaire. Les thèmes débattus, tout aussi intéressants les uns que les autres, ont suscité un intérêt particulier parmi un auditoire tout ouïe. Anna Maria Di Tolla est venue de Naples pour discourir sur « Les femmes au sein du mouvement intellectuel à Béjaïa à l'époque de Aydli », alors que Tassadit Yacine de Paris s'est intéressée à « La production littéraire autour des miracles légendes de Aydli ». Ahmed Zerrouk, élève de Aydli, a fait l'objet d'une analyse approfondie de la part de deux intervenants : Talia Saâdou de Tiaret et Sadek Ouali de l'association des ulémas.
Zinedine Kacimi, de l'institut Qira'at d'Alger, Ali Taâouninat de l'université d'Alger ont tenté de percer la personnalité du soufi, de même que Salah Aït Adldjaï de la zaouïa de Tamokra, fils du cheikh Tahar, gardien du temple Gaher du hci, Djelloul El Hadj de Temouchent, Boubaya d'Oran, Sadek Bela, Mohamed Akli, Aït Bouki de l'université de Sétif. S'il faut relever l'importance de la zouïa de Tamokra, bien tenue par le cheikh Salah, il serait malvenu de ne pas citer aussi l'association Gehimab et Djamil Aïssani qui ont su ressusciter des valeurs enfouies et mis en phase en région, avec ses illustres enfants qui, il y a des lustres, avaient su faire rayonner le savoir et les lumières.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.