BANQUE D'ALGERIE : De nouveaux billets de 500 et 1000 Dinars    VIOLENCES BAB EL OUED (ALGER) : 10 policiers blessés et 30 personnes arrêtées    ACCES DIFFICILE AUx MEDICAMENTS DU CANCER : Le ministère de la Santé pointé du doigt    TRIBUNAL DE KSAR CHELLALA (TIARET) : Le procureur de la République agressé    LE MINISTRE AISSA S'INSURGE ! : Les salafistes décrètent la fête du Mawlid, Haram    Air Algérie s'explique et appelle les grévistes «à la raison»    Plusieurs annonces au Sénat    Le trumpisme : entre ruptures et continuité    Les 4 samedis    Y a-t-il un avion dans le pilote ?    La succession du Nigeria est ouverte, l'Algérie en outsider    Les Aiglonnes renoncent au boycott    Beda sur le front    La répudiation politique est-elle l'ADN du FLN ?    Tiasbanine, un plat convivial de saison    Débit minimum à 2 méga et baisse des prix    Un merveilleux «Safar» à travers l'art    Réouverture «au premier trimestre 2019»    Sakta brise le silence    Produits pyrotechniques : Les douaniers procèdent à d'importantes saisies    Nouvelles d'Oran    L'ornière de la violence    «Ce pays qui n'a jamais voulu de moi, je l'aime pourtant !»    Ould Abbès dégagé ?    Des témoins gênants que Ryad va promptement éliminer    Europe - Brexit : pour le meilleur et pour le pire    Le projet de la loi de finances adopté par l'APN    Bouclé hier par les forces de l'ordre: Nuit de rares violences à Bab El-Oued    Oran: Un cadavre de migrant rejeté par la mer    Le service de maternité du CHUO saturé: 1.200 hospitalisations et 800 accouchements en un mois    Lunetterie: Plus de 700.000 articles contrefaits saisis en 2017    La folie des sénatoriales    Ligue 1 : PAC 2 CABBA 0: A sens unique    EN - Mohamed Farès forfait: Belmadi face aux aléas    Ligue 2: Gros chocs à Biskra et Chlef    Aïn Temouchent: Baba Aroudj a sa stèle    Il entamera sa rééducation dans quelques jours    Prévention des risques d'inondations à Alger: Un plan préventif de la SEAAL pour contrôler plus de 60 points noirs    Consolidation de la démocratie participative    Enigme et interrogations    L'Onu lève ses sanctions    30e anniversaire de la proclamation de l'Etat de Palestine : M. Bouteflika réitère le soutien "indéfectible" de l'Algérie au peuple palestinien    Violence aux stades : El Habiri au chevet des policiers blessés à l'issue du match MCA-USMBA    France Football: Ahcène Lalmas au top des 10 icônes oubliées du foot africain    Partenaires pour un hommage à Alloula    Gabon : La Constitution modifiée pour pallier l'absence du président malade    En bref…    Tout un programme pour l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Colloque à Béjaïa et Tamokra : Le savant soufi Elaydli revisité
Publié dans El Watan le 31 - 05 - 2010

Béjaïa et Tamokra ont parlé de la même voix, il y a quelques jours, pour évoquer Sidi Yahia Alaydli, savant soufi, mort en 1477, et qui a fait l'objet d'un colloque auquel ont pris part d'éminentes personnalités, des universitaires notamment.
Fondateur de l'une des toutes premières zaouïas de Kabylie, prodiguant la savoir, Alaydli a été l'élève d'un des plus grands fqih en son temps, Ahmed Ben Ibrahim el Bijaï, mort en 1437 et évolua dans un milieu scientifique exceptionnel aux côtés de Abderrahmane Athaâlibi et Sidi Touati... Pressentant l'invasion espagnole, Aydli prépara assez tôt le repli des ulémas bougiotes vers l'arrière-pays. Auteur de la fameuse Wadhifa commentée par Hocine El Ouartilani (1713-1779) et par El Kharoubi Al Trabelsi, Aydli créera à Tamokra l'une des premières zaouïas institut de la Kabylie. Pour avoir une idée précise du niveau atteint dans cette institution, il faut se référer au traité El Mukadima fil fikh, plus connu sous le nom d'Al Waghlissia, ouvrage du célèbre juriconsult Al Waghlissi, mort en 1384, qui deviendra pendant des siècles l'ouvrage de référence des étudiants. C'est à Tamokra que ce traité a fait l'objet des débats les plus intenses. En effet, les sharh (commentaires) les plus connus de cet ouvrage sont celui d'Ahmed Zeruk Al Barnussi (1443-1493) et celui de Abdelkrim Azzawi. Ce dernier commentaire a fait l'objet d'un abrégé de Abderrahmane Essebagh.
Tous ces ouvrages, qui obéissent à des objectifs pédagogiques précis, avaient été commandés par Yahia Alaydli au moment- même où il était en train de consolider les fondements de son institut. La Wadhifa de Yahia Elaydli, qui a été récitée à Sidi Soufi (Béjaïa) jusqu'aux années 1930 est encore de nos jours un texte de référence à la zaouïa de Tamokra, du cheikh Tahar Aït Aldjet et qui fait partie désormais du patrimoine culturel de la wilaya. Le patrimoine comprend le mausolée du cheikh Alaydli, la mosquée Tighilt, la mosquée Ihoudjan, l'ancienne zaouïa et le hamam Ouguelmine. Des théologiens, des universitaires venus des quatre coins du pays, ainsi que de Tunisie, Anna Maria di Tolla de l'université de Naples, et Judith Sheele dont la communication « Les sources écrites et orales de Yahia Adli) a été lue par M. Aïssani, et se sont relayés pour percer les secrets du soufisme à travers le savant Aydli qui a contribué à former plusieurs disciples qui s'y réfèrent chaque fois qu'il est nécessaire. Les thèmes débattus, tout aussi intéressants les uns que les autres, ont suscité un intérêt particulier parmi un auditoire tout ouïe. Anna Maria Di Tolla est venue de Naples pour discourir sur « Les femmes au sein du mouvement intellectuel à Béjaïa à l'époque de Aydli », alors que Tassadit Yacine de Paris s'est intéressée à « La production littéraire autour des miracles légendes de Aydli ». Ahmed Zerrouk, élève de Aydli, a fait l'objet d'une analyse approfondie de la part de deux intervenants : Talia Saâdou de Tiaret et Sadek Ouali de l'association des ulémas.
Zinedine Kacimi, de l'institut Qira'at d'Alger, Ali Taâouninat de l'université d'Alger ont tenté de percer la personnalité du soufi, de même que Salah Aït Adldjaï de la zaouïa de Tamokra, fils du cheikh Tahar, gardien du temple Gaher du hci, Djelloul El Hadj de Temouchent, Boubaya d'Oran, Sadek Bela, Mohamed Akli, Aït Bouki de l'université de Sétif. S'il faut relever l'importance de la zouïa de Tamokra, bien tenue par le cheikh Salah, il serait malvenu de ne pas citer aussi l'association Gehimab et Djamil Aïssani qui ont su ressusciter des valeurs enfouies et mis en phase en région, avec ses illustres enfants qui, il y a des lustres, avaient su faire rayonner le savoir et les lumières.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.