ENI donne des détails sur son employé atteint du virus    Les expatriés du Groupe Volkswagen jettent l'éponge    Perspectives prometteuses pour le renforcement de la coopération bilatérale    Dziri Billel n'est plus entraineur de l'Usm Alger    Berraf maintient sa démission    Ce qu'il faut savoir    Le prix des masques chirurgicaux flambent    Tebboune appelle à une "extrêmevigilance"    Les avocats continuent de denoncer    Coronavirus en Algérie : L'inquiétude monte à Sétif    ARABIE SAOUDITE : Le président Tebboune en visite d'Etat    L'UA attachée à la tenue d'un référendum au Sahara occidental    Djerad reçoit l'Envoyé spécial du PM britannique pour le partenariat économique avec l'Algérie    ILS SE SERAIENT ACCAPARES DE 600 TERRAINS : Vers la levée de l'immunité de 2 députés FLN    Education: sit-in des enseignants et travailleurs de l'Unpef    Mustapha Berraf renonce à sa démission !    COUR D'ALGER : Le procès Ouyahia-Sellal à nouveau reporté    REMISE DES DECISIONS D'AFFECTATION AADL : Vers la convocation de 120 000 souscripteurs    Le parquet requiert des peines allant de 2 à 10 ans de prison    RENAULT ALGERIE FERME SES PORTES : Près de 1300 travailleurs au chômage technique    Ligue (USM Alger) : séparation à l'amiable avec l'entraîneur Dziri Billel    L'inébranlable détermination des étudiants    Une médaille pour le hirak à Montréal    «Nous devons d'abord évaluer notre potentiel»    La Libye en tête des préoccupations    L'ESS et le PAC accrochés, la JSS nouveau leader    Aït Djoudi optimiste malgré la situation du club    Le choc de titans    La chambre d'accusation renvoie le dossier au 3 mars    Seddik Chihab conteste son exclusion    L'instance présidentielle veut mettre fin aux dysfonctionnements du parti    Sanders confirme son avantage face à Biden    Doute sur la tenue du sommet quadripartite sur la Syrie    L'ONU dénonce la violence israélienne en Cisjordanie    Un changement pour la route    ACTUCULT    Des témoignages poignants sur la Guerre d'Algérie    "Intertextualité et conversation dans l'œuvre de Kateb Yacine"    Lettre écrite par Tahar Djaout après la mort de Mouloud Mammeri (25 février 1989) et publiée par Awal    Coup de mou chez Scorsese    Affluence du public    Boxe/Tournoi pré-olympique: Houmri et Bouloudinats passent en demi-finale    Constitution: l'université a un rôle "pivot" dans l'encadrement du débat de la société    Tizi-Ouzou: Mouloud Mammeri, fondateur de l'anthropologie algérienne    Pour se défaire de la dépendance aux hydrocarbures : Djerad prône une transition vers le solaire    Alger: la distribution de l'eau potable totalement rétablie mercredi avant le délai prévu    Haï Es-Sabah: Plus de 372 kilogrammes de viande impropre à la consommation saisis    Lavrov : les terroristes ne seront pas "les maîtres" à Idlib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Plusieurs manifestants interpellés à Constantine
Marche contre la tenue de la présidentielle
Publié dans El Watan le 16 - 09 - 2019

L'appel lancé lors des forums du vendredi et via les réseaux sociaux pour manifester contre la convocation du corps électoral a eu l'écho escompté. Universitaires, étudiants et citoyens ont répondu massivement à l'action de protestation.
Un rassemblement pacifique, tenu hier à Constantine, a été réprimé par les forces de l'ordre et plusieurs personnes ont été violemment arrêtées. La machine de la répression qui s'est mise en branle dans plusieurs wilayas a confirmé, à partir de la capitale de l'Est, que le forcing électoral n'est plus une vue de l'esprit. Et pour ce faire, le régime en place déploie des moyens conséquents. Si aucun incident n'est à signaler lors des marches des vendredi et mardi, celle d'hier a dérogé à la règle. Elle a essuyé les effets d'une politique de représailles qui se manifeste avec insistance à chaque attroupement citoyen.
L'appel lancé lors des forums de vendredi et via les réseaux sociaux pour manifester contre la convocation du corps électoral a eu l'écho escompté. Universitaires, étudiants et citoyens ont répondu massivement à une action contestataire pour rejeter, encore une fois, la feuille de route que le pouvoir veut appliquer contre la volonté populaire. C'est aussi pour dénoncer la politique du fait accompli qui vise à consacrer une consultation électorale, après l'adoption par les deux Chambres du Parlement, en un temps record, du texte de l'amendement de la loi électorale et de celui portant création d'une autorité indépendante des élections.
En rejoignant le point de ralliement devant le palais de la Culture El Khalifa, vers 10h, les manifestants n'étaient pas surpris, outre mesure, de constater qu'un dispositif sécuritaire était déjà en place. Banderoles et pancartes brandies, ils se sont mis à scander les slogans habituels, hostiles au chef d'état-major et à tous les autres symboles du système.
Au bout d'une quinzaine de minutes, des agents de la force publique se sont approchés du rassemblement pour visiblement le disperser. Face à cette tentative de les faire taire, les manifestants ont repris de plus belle le slogan «Dawla madania, machi askaria !». Plusieurs d'entre eux ont été empoignés et embarqués manu militari dans un fourgon, en dépit des protestations de la foule. De jeunes hirakistes ainsi que deux journalistes, Amor Chabbi, du site électronique Atlas Times et notre collègue Noureddine Nesrouche ont été emmenés au commissariat central de police dans le quartier du Coudiat.
Les deux journalistes ont été libérés en fin de matinée. Les autres jeunes étaient toujours dans les locaux de la police à l'heure où nous mettions sous presse.
Mais personne ne s'est laissé abattre par cette intervention musclée. «Beaucoup d'entre nous ont été molestés, d'autres interpellés, mais rien n'altèrera notre engagement», a déclaré un universitaire qui a tenté de s'interposer lors de ces arrestations. Les manifestants se sont mis à scander : «Dawla madania, machi boulicia !», pour entonner ensuite la célèbre chanson du hirak «Makanche el vote, wallah ma ndirouh !» (Il n'y aura pas de vote, il ne se fera pas). Et d'entreprendre, en forçant le cordon sécuritaire, une marche à travers les artères principales de la ville, encadrés par les forces de l'ordre. Interrompus plusieurs fois, les marcheurs ont réussi à mener leur action jusqu'au bout. Ce fut un test de mobilisation, en dehors des marches hebdomadaires, qui a tenu toutes ses promesses.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.