Les hauteurs de Bordj Bou-Arréridj revêtus de neige    Des conditions d'hébergement lamentables    Man City : Mahrez toujours remonté contre Leicester    Belmadi évoque le retour de Soudani en sélection    APN : Loukal met en avant l'importance de l'amendement de la loi organique relative aux lois de Finances    Belmadi : «Cela fait un bon moment que je suis le parcours de Spano-Rahou, Halaïmia et Zorgane»    Crise en Bolivie: Morales se réfugie au Mexique, une présidentielle avant le 22 janvier    Asphyxie au monoxyde de carbone à Constantine: hausse du nombre d'interventions des secours    10e Fica : trois courts métrages projetés à Alger    FP: les recommandations comme feuille de route pour améliorer la performance des établissements    CNAC de Sétif: financement depuis janvier dernier de 122 projets    Les états de l'OCI saisissent la Cour internationale de justice    Présidentielle : les soutiens encombrants de Tebboune    Le portrait du président Chadli parmi les objets jetés    Chlef: affectation d'un quota supplémentaire de 1.000 logements    Le docteur Mohamed Boughlali de retour chez les Verts    Les Chipolopolo à pied d'œuvre à Alger    Où se jouera le derby MCA-CRB ?    Une femme se plaint d'y être inscrite à son insu    La Turquie commence à renvoyer des terroristes étrangers    Trois Palestiniens tués et 470 blessés en octobre    L'UE prolonge les sanctions contre le gouvernement de Maduro    Les écoles primaires paralysées hier    L'UE octroie 55 millions d'euros d'aide humanitaire    Réquisitoire imparable contre l'amnésie officialisée    Ateliers de formation cinématographique    De précieux manuscrits médiévaux divisent l'Islande et le Danemark    Une année de réclusion avec 6 mois de sursis à l'encontre de 21 détenus pour atteinte à l'unité nationale    Festival international de danse contemporaine: l'Algérie, l'Egypte, le Maroc et la Tunisie à l'honneur    Bouira: Une bouteille de gaz butane explose, un blessé grave    Mascara: Deux frères tués dans un accident de la route    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed: Ouverture du procès des 42 détenus du Hirak    Contrôle des changes: La note de la Banque d'Algérie fait toujours jaser    DTN : nouveaux staffs des sélections nationales de jeunes: De surprenantes désignations    Le boulimique penchant de l'exécutif Bedoui à s'attaquer aux sensibles dossiers    Vaccination contre la grippe : plus de 46.400 doses réceptionnées    26 wilayas au salon des arts plastiques    Les équilibres généraux et l'organisation de l'économie Des contraintes et des exigences pour la prochaine étape de développement    Projet de loi sur les hydrocarbures Sonatrach continuera à développer le conventionnel    Les manifestations se poursuivent    Para-athlétisme/Mondiaux-2019: L'Algérie provisoirement 5e au classement    Elections législatives : L'Espagne retourne aux urnes dans un climat crispé    Six mois de prison requis contre "Spécifique"    Création d'un fichier national des hooligans    Le courroux des producteurs    Marché pétrolier international Le panier de l'Opep établi à 61,98 dollars le baril    Cinéma : 10e Fica: projection de "Fatwa", un film dénonçant la montée de l'extrémise en Tunisie    Oum El Bouaghi : signature d'accord pour la gestion de deux salles de cinéma    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'opposant Samir Benlarbi placé en détention provisoire
Publié dans El Watan le 18 - 09 - 2019

Le régime intensifie sa répression contre le hirak. Après Karim Tabbou, c'était au tour du militant Samir Benlarbi d'être placé en détention provisoire, hier, par le tribunal de Bir Mourad Raïs d'Alger, pour «atteinte à l'unité du territoire national» et «diffusion de tracts susceptibles de porter atteinte à l'intérêt national», a affirmé l'avocat et le défenseur des droits de l'homme Mustapha Bouchachi.
«Ces poursuites sont contraires aux procédures. Il n'y a pas de véritable crime qu'aurait perpétré Samir Benlarbi», a-t-il fustigé dans une déclaration publique à la sortie du tribunal de Bir Mourad Raïs. Selon lui, les poursuites engagées par le régime contre des militants du hirak ont «des arrière-pensées politiques auxquelles on tente de donner un caractère légal».
L'incarcération d'un des membres les plus actifs du hirak intervient quelques jours seulement après le placement en détention préventive de l'opposant Karim Tabbou, coordinateur national de l'Union démocratique et sociale (UDS), par le juge d'instruction près le tribunal de Koléa pour «atteinte au moral des troupes» de l'armée.
Le militant Samir Benlarbi a été «kidnappé par des individus qui se sont présentés comme étant des éléments des services de sécurité et conduit vers une destination inconnue», a dénoncé, avant-hier, l'avocat Abdelghani Badi, membre du collectif de défense du porte-parole de l'UDS. Comme celle de Karim Tabbou, l'incarcération de l'ex-membre du mouvement d'opposition Barakat a provoqué une vague d'indignation au sein de la classe politique et de la société civile. Réagissant à son interpellation, le président du RCD, Mohcine Belabbas, a dénoncé une «violation de la loi» et des «accusations préfabriquées», avant d'appeler à la libération des détenus du hirak.
Pour sa part, le FFS a condamné cette énième «arrestation dans des circonstances obscures et inadmissibles». Il a réclamé l'«arrêt immédiat des intimidations policières et juridiques et la libération de tous les détenus politiques et d'opinion comme gage de bonne volonté et l'introduction à toute initiative de sortie de crise».
Le président du RAJ, Abdelouhab Fersaoui, a fustigé, quant à lui, les agissements «scandaleux» du régime «qui ne participent pas à l'apaisement de la situation du pays et ne feront qu'envenimer le climat politique délétère».
De son côté, la LADDH, tout en affichant sa solidarité avec Samir Benlarbi, s'est indignée face à ces nouvelles «atteintes aux libertés publiques». Décidé de passer en force en fixant la date de l'élection présidentielle au 12 décembre, rejetée toutes les semaines par les manifestants, le pouvoir a durci ces derniers temps sa répression contre le hirak. Vendredi dernier, 22 manifestants, interpellés lors du 30e vendredi, le 13 septembre à Alger, ont été placés en détention provisoire par le juge d'instruction près le tribunal de Sidi M'hamed pour «incitation à attroupement», «incitation à attroupement sur les réseaux sociaux» et «atteinte à la sécurité de l'Etat», selon le Comité national pour la libération des détenus (CNLD).
Arrêtés, dimanche dernier à Constantine, lors d'une marche contre l'élection présidentielle réprimée par la police, trois manifestants, présentés le lendemain devant le tribunal de Ziadia (Constantine), ont été placés en détention provisoire, selon la CNLD. Ils sont poursuivis pour «attroupement», «incitation à attroupement» et «participation à une manifestation non autorisée». Par ailleurs, une quarantaine de personnes, arrêtées depuis mi-juin en possession du drapeau amazigh, sur ordre du général Gaïd Salah, sont poursuivies pour «atteinte à l'unité nationale» et sont toujours en détention préventive à Alger.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.