Décès du sociologue et historien Abdelmadjid Merdaci    Le Président opère un mouvement partiel dans le corps diplomatique    Des intellectuels appellent à la libération des détenus politiques et d'opinion    Cession des biens immobiliers de l'Etat: plus de 747.000 dossiers régularisés    Régularisation foncière: une priorité de l'Etat    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Corée en Algérie    Opep+: la Russie appelle tous les pays membres à respecter le taux maximal de conformité    Mostaganem: 5 personnes secourues et 4 corps sans vie repêchés en mer    L'ALGERIE, UN MONDE À L'ENVERS.    Khaled Drareni emprisonné : la liberté d'expression condamnée à Alger.    Covid-19: 228 nouveaux cas, 158 guérisons et 9 décès    Médéa: un individu arrêté pour trafic illicite de munitions réelles    JO: publication du décret présidentiel portant convocation du corps électoral    Abderrahmane Hammad prend ses fonctions à la tête du Comité olympique et sportif algérien    Le chef des ex-Farc confesse «haïr» son organisation pour les atrocités commises    Plaidoyer pour la dissolution de l'APN    Le dernier délai fixé au 5 octobre    Neghiz plaide la cause de Mebarakou    Recours introduit pour la sanction de Mellal    Révision constitutionnelle: L'Initiative des forces nationales de réforme appelle à une "large" participation au débat et au vote    Régime sec    Signature de six conventions avec Algérie Poste    75 permis de chasse délivrés    Les commerçants en colère demandent la réouverture du marché    Plus de 668 000 têtes à vacciner    Sensibilisation des jeunes issus des zones d'ombre    13,4 millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire et de protection, selon l'ONU    Le Bébête Show, version élections US    La renaissance de Mohammed Dib, le Simorgh    Le 11 septembre oublié ?    Des critères de diversité pour la catégorie «meilleur film» aux Oscars    Tizi Ouzou : Les distributeurs de lait saisissent les autorités    Crise syrienne : Trump reconnaît avoir envisagé d'«éliminer» Al Assad    Vers l'abolition du règlement de Dublin sur les demandes d'asile    La France regrette que le gouvernement ne soit toujours pas formé    CORONA, l'ennemi sans nom    La fille des Aurès    Les non-dits    Mahrez a repris les entraînements    La traditionnelle nouba de la rentrée de Lila Borsali passe au virtuel    USM Bel-Abbès: Les supporters réclament une société nationale    La Protection civile dresse son bilan: Plus de 7 millions d'estivants et 7 noyades depuis le 15 août    Quatrième périphérique: Deux morts et deux blessés graves dans un accident    Paix et subterfuges    Détournement, dilapidation de deniers publics...: 8 ans de prison pour Ould-Abbès et 4 pour Barkat    Au boulot, citoyens !    Le procès en appel de Mahieddine Tahkout reporté    Les promesses du ministre des Finances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'opposant Samir Benlarbi placé en détention provisoire
Publié dans El Watan le 18 - 09 - 2019

Le régime intensifie sa répression contre le hirak. Après Karim Tabbou, c'était au tour du militant Samir Benlarbi d'être placé en détention provisoire, hier, par le tribunal de Bir Mourad Raïs d'Alger, pour «atteinte à l'unité du territoire national» et «diffusion de tracts susceptibles de porter atteinte à l'intérêt national», a affirmé l'avocat et le défenseur des droits de l'homme Mustapha Bouchachi.
«Ces poursuites sont contraires aux procédures. Il n'y a pas de véritable crime qu'aurait perpétré Samir Benlarbi», a-t-il fustigé dans une déclaration publique à la sortie du tribunal de Bir Mourad Raïs. Selon lui, les poursuites engagées par le régime contre des militants du hirak ont «des arrière-pensées politiques auxquelles on tente de donner un caractère légal».
L'incarcération d'un des membres les plus actifs du hirak intervient quelques jours seulement après le placement en détention préventive de l'opposant Karim Tabbou, coordinateur national de l'Union démocratique et sociale (UDS), par le juge d'instruction près le tribunal de Koléa pour «atteinte au moral des troupes» de l'armée.
Le militant Samir Benlarbi a été «kidnappé par des individus qui se sont présentés comme étant des éléments des services de sécurité et conduit vers une destination inconnue», a dénoncé, avant-hier, l'avocat Abdelghani Badi, membre du collectif de défense du porte-parole de l'UDS. Comme celle de Karim Tabbou, l'incarcération de l'ex-membre du mouvement d'opposition Barakat a provoqué une vague d'indignation au sein de la classe politique et de la société civile. Réagissant à son interpellation, le président du RCD, Mohcine Belabbas, a dénoncé une «violation de la loi» et des «accusations préfabriquées», avant d'appeler à la libération des détenus du hirak.
Pour sa part, le FFS a condamné cette énième «arrestation dans des circonstances obscures et inadmissibles». Il a réclamé l'«arrêt immédiat des intimidations policières et juridiques et la libération de tous les détenus politiques et d'opinion comme gage de bonne volonté et l'introduction à toute initiative de sortie de crise».
Le président du RAJ, Abdelouhab Fersaoui, a fustigé, quant à lui, les agissements «scandaleux» du régime «qui ne participent pas à l'apaisement de la situation du pays et ne feront qu'envenimer le climat politique délétère».
De son côté, la LADDH, tout en affichant sa solidarité avec Samir Benlarbi, s'est indignée face à ces nouvelles «atteintes aux libertés publiques». Décidé de passer en force en fixant la date de l'élection présidentielle au 12 décembre, rejetée toutes les semaines par les manifestants, le pouvoir a durci ces derniers temps sa répression contre le hirak. Vendredi dernier, 22 manifestants, interpellés lors du 30e vendredi, le 13 septembre à Alger, ont été placés en détention provisoire par le juge d'instruction près le tribunal de Sidi M'hamed pour «incitation à attroupement», «incitation à attroupement sur les réseaux sociaux» et «atteinte à la sécurité de l'Etat», selon le Comité national pour la libération des détenus (CNLD).
Arrêtés, dimanche dernier à Constantine, lors d'une marche contre l'élection présidentielle réprimée par la police, trois manifestants, présentés le lendemain devant le tribunal de Ziadia (Constantine), ont été placés en détention provisoire, selon la CNLD. Ils sont poursuivis pour «attroupement», «incitation à attroupement» et «participation à une manifestation non autorisée». Par ailleurs, une quarantaine de personnes, arrêtées depuis mi-juin en possession du drapeau amazigh, sur ordre du général Gaïd Salah, sont poursuivies pour «atteinte à l'unité nationale» et sont toujours en détention préventive à Alger.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.