Des enseignants protestent devant le siège du ministère de l'Education    Appel à l'arrêt de «l'instrumentalisation de la justice»    Djaballah poursuit en justice Tahar Missoum    Une coordination internationale de la diaspora installée le 1er novembre    Les avocats dénoncent les nouvelles taxes    Des «GAG» à plus de 10 milliards de DA par le Conseil des ministres…    Pedro Sanchez sous pression de la droite en Espagne    Londres demande officiellement le report du Brexit    La police disperse les manifestants à Hong Kong    L'autre révolution des Tunisiens    Les Libanais crient liberté, révolution    Daesh derrière le bouclier d'Erdogan    Le football local victime de bricolage    L'Algérie dans le groupe D en compagnie du Maroc    Taoufik Makhloufi et Walid Bidani honorés à Alger    Championnats du monde de Karaté Do (Cadets-juniors et espoirs)    D'autres actions des supporters en vue    Le rendez-vous de Benflis    "Synapse" de Noureddine Zerrouki en compétition officielle    L'Afrique dans toute sa splendeur    Un espace de tous les arts    Esquisse d'une subversion plombée par la justification    Le mouvement littéraire en Algérie affecté par l'absence de critique    Participation du Crasc d'Oran avec la présentation de 4 nouvelles publications    Monaco : Des stats impressionnantes pour le duo Ben Yedder-Slimani    Saisie de plus de 47 kg de kif traité    En dépit du déficit: «Le système de sécurité sociale n'est pas en faillite»    Visioconférence à l'Ecole supérieure de police «Ali Tounsi»: Unification de la terminologie sécuritaire utilisée dans les médias    Le PDG d'Air Algérie à l'APS: La sécurité des avions, les prix des billets et la réduction des effectifs    Tizi Ouzou: Un mort et un blessé dans une fusillade    La convergence se dessine entre le politique et le syndical    Près de 240 nouveaux cas depuis le début de l'année: Campagne de sensibilisation sur le dépistage du cancer du sein    «Papicha» ou le drame de la censure?    Bordj-Bou-Arreridj : Réunion du Conseil exécutif de la wilaya    L'enseignement religieux : Une pratique séculaire dans les ksour et oasis de Ghardaïa    Syrie: Paix toujours fragile au deuxième jour de la trêve entre Turcs et Kurdes    Grand prix Chantal Biya de cyclisme au Cameroun : L'Algérien Azzedine Lagab toujours en tête    Jeux Méditerranéens 2021 : Noureddine Bedoui préside une réunion interministérielle consacrée aux préparatifs    L'euro et le yuan remplaceront-ils le dollar pour les prêts extérieurs de la Russie en 2020?    Salah-eddine Dahmoune met en garde la "fitna"    Finances: M. Loukal aux plénières des Assemblées annuelles de la BM et du FMI à Washington    Guerre drogue au Mexique: Un fils du Mexicain "El Chapo" arrêté, puis libéré par des narcos surarmés    M'SILA : Pose de 514 km de câbles de fibres optiques en 2019    Des milliers de manifestants à Londres pour un second référendum    Recul de la facture d'importation    Sonatrach explique son projet    Six candidats prennent rendez-vous    Priorité aux jeunes auteurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mohamed Charfi se veut rassurant quant à la «sincérité» du scrutin
Autorité de préparation et de surveillance des élections
Publié dans El Watan le 19 - 09 - 2019

Les engagements de l'armée de rompre avec l'ère de «faiseuse de Présidents» et l'«indépendance» dont jouit l'Autorité de préparation et de surveillance des élections constituent des gages à même de garantir la «sincérité» du prochain scrutin présidentiel, prévu le 12 décembre 2019, a indiqué, hier, le président de l'Autorité de préparation et de surveillance des élections, Mohamed Charfi.
«C'est une chance que notre Armée nationale populaire s'engage à ne plus s'immiscer dans la ‘‘construction des Présidents'. C'est un pas important qu'on doit considérer comme un acquis et s'en prévaloir demain et pour l'éternité. Les gens doivent prendre conscience qu'une déclaration comme celle d'El Djeïch, qui affirme que ‘‘l'ère de la fabrication des Présidents est révolue'' est une rupture qui est annoncée», a affirmé Mohamed Charfi, invité de la Chaîne III de la Radio nationale.
Cet engagement de l'institution militaire constitue, à ses yeux, «l'une des garanties qui nous assurent que nous, en tant qu'Autorité, allons réussir sans interférences et sans aucune pression». «Toute pression, toute interférence sur l'autorité va démentir cet engagement de l'institution militaire. C'est un des acquis les plus importants de la période que nous traversons», a ajouté le président de l'Autorité de préparation et de surveillance des élections.
Après plus de sept mois de mobilisation populaire exemplaire, le hirak continue de s'opposer à la tenue rapide d'une présidentielle, n'y voyant qu'un moyen pour le «système» de se maintenir à la tête du pays. Interrogé sur le risque d'une nouvelle annulation des élections, à l'instar de celles du scénario du 4 juillet, il a souligné que les conditions ne sont pas les mêmes. «La mise en place de cette Autorité répond à une demande du mouvement populaire. Cela a été fait. Maintenant, il appartient à cette Autorité de faire en sorte que son fonctionnement, ses engagements, les moyens dont elle dispose puissent rassurer les gens, qu'elle puisse effectivement exercer ses attributions convenablement et conformément à la loi à cette fin de sincérité du scrutin», a souligné Mohamed Charfi, l'ex-ministre de la Justice.
En outre, la loi confère à cette Autorité une «indépendance de toute allégeance politique», a-t-il précisé. «Notre volonté, en acceptant cette mission, est de ne pas permettre d'interférence de quelque sorte, qui puisse altérer la finalité pour laquelle nous avons accepté cette responsabilité», a insisté Mohamed Charfi. L'orateur a noté que le gouvernement, en acceptant de mettre en place cette Autorité, «est aussi convaincu de la nécessité de ne plus influencer, de quelque manière que ce soit, la sincérité du scrutin».
L'invité de la Radio met en garde contre une éventuelle fraude électorale en soutenant que «l'intransigeance sera totale». Mohamed Charfi a affirmé avoir conscience de l'ampleur de la mission qui l'attend à la tête de l'Autorité de surveillance des élections : «C'est un grand défi, et nous le ressentons comme cela. Nous le ressentons comme un défi positif au service du pays.» Mohamed Charfi invite les citoyens à s'inscrire sur les listes électorales et à être présents dans les bureaux de vote : «La sincérité du scrutin dépend aussi du citoyen lui-même. Dans les bureaux de vote, le citoyen a un rôle à jouer à notre côté. Avec nous à côté des citoyens, je pense que la transparence et la sincérité du scrutin seront assurées à 100%.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.