Illizi: installation du commissaire d'Etat près le tribunal administratif    Journée internationale de la paix, une célébration en contexte de Covid et de confits    La défense arrache difficilement un second renvoi    Un terroriste abattu et un pistolet mitrailleur récupéré à Jijel    Le Président Tebboune : si le peuple veut le changement, il est temps de l'opérer    Le timing se précise    Ighil prolonge d'une année    Un attaquant étranger pour boucler le recrutement    Timide reprise des cours    La colère des transporteurs    L'icone du malouf Hamdi Bennani n'est plus    Accès libre aux journalistes à la Cour d'Alger    Boukadoum retourne à Bamako    La production pétrolière reprend sur plusieurs sites en Libye    La répression israélienne s'intensifie    La faute de goût de Nasser    Madrid se prépare à restreindre la liberté de mouvement    Le plan de relance en quête de mode d'emploi et de moyens : Entre les urgences de l'heure et les défis de la transformation économique    La pénurie de liquidités en Algérie : Un défi macroéconomique qui requiert un plan global et cohérent de mesures    Boukaroum exclu de l'AG    La fille des Aurès    Les non-dits    La science du projecteur expliquée aux daltoniens que nous sommes !    Les citoyens interpellent le wali    Entre enthousiasme et appréhensions    19 harraga arrêtés au large d'Arzew    Le Sébaou, un fleuve spolié    Les femmes en force à Jijel    Un espace de coworking ouvre ses portes à Tizi Ouzou    Mention spéciale pour l'Algérien Ali Mehaoudi    Les zaouias, l'autre obstacle qui freine l'épanouissement du peuple algérien    Parution du livre Béjaïa, terre de lumières de Rachik Bouanani    Un projet de musée dédié au costume traditionnel    USM Bel Abbès : Le club de la Mekerra peine à garder ses cadres    L'Algérie ne renoncera point à la récupération des restes mortuaires de ses résistants    Ils revendiquent la régularisation de leur situation professionnelle: Sit-in des travailleurs du pré-emploi devant la wilaya    ASO Chlef: Un effectif à reconstruire    Crise sanitaire: Les offres d'emploi en forte baisse    Pour le lancement des travaux du réservoir d'eau: Les habitants des cités AADL Ain El-Beida interpellent le wali    Tebboune rencontre des responsables de médias: Internet, rentrée scolaire, liberté d'expression…    Conseil des ministres: Feu vert pour l'exploitation artisanale des gisements d'Or    ECORCHURE    Les comportements-barrières d'antan    Vers la révision de la loi sur la Monnaie et le Crédit et la prise en charge des risques de change    Rosthom Fadhli, nouveau gouverneur de la Banque d'Algérie    203 nouveaux cas, près de 50.000 au total    L'Arabie saoudite va-t-elle suivre ?    BRAVADE AVEUGLE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





On adopte la règle du pollueur payeur
Environnement à Bordj Bou Arréridj
Publié dans El Watan le 23 - 09 - 2019

Puisque l'incinération des déchets laisse échapper des gaz polluant l'atmosphère, les enfouir provoque la dégradation de la nappe phréatique, il est judicieux de recourir à une autre alternative plus propre, plus économique, plus respectueuse de l'environnement et censée optimiser la durée de vie des CET : le recyclage.
Un procédé attribué à l'Agence nationale des déchets (AND), chargée de fournir l'assistance et l'accompagnement aux collectivités locales dans le domaine de la gestion des déchets, du tri au traitement jusqu'à l'incinération ou le recyclage, avant d'introduire le produit dans le circuit économique.
Ainsi, la wilaya de Bordj Bou Arréridj a d'ores et déjà procédé à l'opération de collecte en rassemblant des tonnes de papier, de plastique et de bois et assimilés. Le projet d'installation d'un centre de tri aux normes internationales a nécessité une enveloppe de 15 milliards de centimes. Bon nombre de facilitations et d'encouragements ont été mis en œuvre à travers les dispositifs Ansej et CNAC en direction des jeunes pour la création de leurs start-up dans des filières spécifiques, telles que le papier, le carton, les matières plastiques et les métaux.
Les projets de récupération des déchets spéciaux, tels les batteries et des huiles usagées sont également soutenus par l'Etat. Dans cette optique, il a été décidé de lancer une action intitulée «Quartiers propres» au niveau de 16 villes algériennes, dont Bordj Bou Arréridj, visant à impliquer le citoyen dans l'assainissement de son entourage immédiat. Cette mission a pour but d'encourager le traitement des déchets destinés au recyclage pour réduire le volume des ordures dans les CET, et optimiser leur durée de vie.
Exception faite des entreprises qui tournent au rythme d'un circuit fermé, les autres, qui continuent de rejeter les déchets, sont soumises au contrôle et à la taxation, conformément à la règle du pollueur payeur et aux décrets ministériels relatifs à la pollution atmosphérique et au rejet des liquides industriels, indique la directrice de la station de surveillance de l'environnement de Bordj Bordj Bou Arréidj, Mme Azrouh.
«Nous procédons deux fois par mois au prélèvement des eaux de baignade du littoral de Béjaïa et de l'oued d'Akbou, soumis aux analyses pour connaître le taux de pollution de l'eau et éventuellement la cause de mortalité des poissons. Nous avons également sous notre contrôle le CET de Rabta, une commune qui jouxte un oued charriant des eaux polluées. Et bientôt, nous effectuerons les analyses sur des métaux lourds au niveau de notre station, l'unique pour les wilayas de Bordj Bou Arréridj, Sétif, Béjaïa, Msila et Bouira», explique la même responsable.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.