Réveil de la classe politique    En attente du feu vert des autorités pour la reprise    Mellal lâché par ses proches collaborateurs    230 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Arrestation de la directrice d'une résidence universitaire    3,5 sur l'échelle ouverte de Richter    Guardiola : «Mahrez mérite d'avoir plus de temps de jeu, mais...»    Le Care pointe l'absence de données économiques    Omerta sur la liste des concessionnaires    «La station de dessalement de Douaouda fournira 100 000 m3 d'eau»    Les arrêts de travail déclarés par internet à la CNAS    L'Union européenne reste le premier fournisseur de l'Algérie    Guterres propose Jan Kubis pour le poste d'envoyé spécial    5 chasseurs tués et 3 autres grièvement blessés par l'explosion d'une bombe artisanale    Une nouvelle caravane de migrants vers les Etats-Unis    Un deuxième "impeachment" historique    Les émeutiers cherchaient à "capturer et assassiner" des élus    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Le RCD fustige le gouvernement    Bonne opération pour l'OM, l'ASO et la JSS    La belle "remontada" des Verts face au Maroc    "Je ne céderai jamais à la pression de la rue"    Ni Bouzenad ni Laroussi à la rescousse    Les joueurs arrêtent la grève    Début de sprint pour l'OM    Système ou pratiques ?    Un citoyen en appelle à Karim Younès    Baisse drastique des visas pour les Algériens    Vers un autre recensement du vieux bâti    Les mesures de confinement reconduites    L'opération vaccination sera-t-elle lancée dans les délais ?    Des cabines électriques mobiles à la rescousse    Le terroir et le travail de la terre en exposition à la galerie Le Paon    Les Libyens revendiquent la paternité de Chachnaq    La formation de Bennabi lui a permis de faire des applications dans les sciences    Les lauréats du Prix du président de la République distingués    Une nouvelle stratégie pour renforcer le rôle des microentreprises et des start-up    Lancement du concours du meilleur conte illustré sur Yennayer    Erdogan se fait inoculer le vaccin chinois CoronaVac    Google soutient le plan d'immigration de Biden    Les Etats-Unis sanctionnent le concepteur du vaccin iranien contre la Covid-19    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?    Les faits têtus de la réalité    Meftah: Une usine de biscuits prend feu    Deux mandats de dépôt pour détournement au Trésor public    Retour au point de départ    Tébessa: Si la place de la Victoire m'était contée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jusqu'où ira la justice ?
Le procès historique s'est ouvert hier au tribunal militaire de Blida
Publié dans El Watan le 24 - 09 - 2019

Le procès très attendu des généraux Toufik, Tartag et Khaled Nezzar ainsi que de Louisa Hanoune et du frère de l'ex-Président, Saïd Bouteflika, s'est ouvert hier au tribunal militaire de Blida. Les journalistes qui se sont rendus sur place, espérant pouvoir couvrir l'événement, ont été maintenus à bonne distance du tribunal par un imposant dispositif de sécurité.
Contre toute attente, l'ex-coordinateur des services secrets et conseiller à la sécurité du Président déchu, le général-major à la retraite Bachir Tartag, a refusé hier de comparaître devant le tribunal militaire de Blida, aux côtés de l'ancien patron du DRS, le général de corps d'armée à la retraite Mohamed Mediène, le frère-conseiller du Président, Saïd Bouteflika, et la secrétaire générale du PT, Louisa Hanoune. Le tribunal a pris acte et entamé le procès en rejetant la demande d'ajournement.
Le procès tant attendu des deux anciens patrons des services secrets, le général de corps d'armée à la retraite Mohamed Mediène et le général-major-major à la retraite Bachir Tartag, de Saïd Bouteflika, frère-conseiller du Président déchu, et de Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des travailleurs, s'est ouvert hier au tribunal militaire de Blida, en l'absence des journalistes, tous refoulés par un service d'ordre intraitable, constitué de gendarmes et de militaires qui filtraient tous les accès. Seuls les avocats, une vingtaine en tout, et des membres de la famille des accusés ainsi que la dizaine de témoins ont été autorisés à assister à l'audience, ouverte dès 8h.
Selon le collectif de la défense, dès le début du procès, le président a fait l'appel des accusés, dont un, Bachir Tartag, a fait défaut. Détenu à la prison militaire de Blida, mitoyenne au tribunal, il a refusé de comparaître pour des raisons qu'il n'a pas évoquées. Le président a pris acte de cette décision, puis procédé à l'appel des témoins, une dizaine, tous présents.
Parmi ces derniers, l'ex-président du Conseil constitutionnel et ancien ministre de la Justice, Tayeb Belaiz, le conseiller et le secrétaire particulier du Président déchu, respectivement Mohamed Ali Boughazi et Mohamed Rougab, ainsi que Habba Okbi, ex-secrétaire général de la Présidence. Le reste des témoins sont des militaires. Toujours selon la même source, de nombreux avocats ont plaidé l'incompétence du tribunal à juger des civils, parmi eux, ceux du général Toufik et de Saïd Bouteflika.
Composé d'une dizaine de membres, le collectif de la défense de Louisa Hanoune a mis en avant le statut de députée, dont jouissait la secrétaire générale du PT le 27 mars dernier, «l'orsqu'elle s'est réunie avec le frère-conseiller du Président encore en exercice à cette époque. Elle était protégée par l'article 126 de la Constitution qui lui garantissait l'immunité parlementaire. De ce fait, les poursuites dont elle fait l'objet sont caduques».Pour leur part, les avocats de Mohamed Mediène ont axé leur plaidoirie sur l'état de santé de ce dernier, ramené, nous ont-ils déclaré, sur une chaise roulante. «Il était très affaibli, le visage livide, incapable de bouger les mains.
Son état de santé était très affecté», affirme un de ses avocats, précisant : «Nous avons demandé au tribunal d'ajourner le jugement jusqu'à ce que l'état de santé de l'accusé s'améliore. Dans des conditions pareilles, il ne peut pas suivre les débats ni répondre à toutes les questions.» Au courant de la décision de ne pas se présenter au tribunal, ou pas, l'avocat de Bachir Tartag n'a pas soufflé mot en raison de l'absence de son mandant.
Après avoir entendu les demandes de la défense, le président du tribunal a mis l'examen de celles-ci en délibéré et levé l'audience vers 11h30. Une pause qui permet aussi bien aux robes noires qu'aux accusés de prendre un temps de répit. Et alors que tout le monde s'attendait à un report du procès, dès la reprise de l'audience, vers 13h30, les avocats n'ont plus quitté le tribunal. Ce dernier a rejeté les demandes de la défense et entamé les débats qui, jusqu'en fin de journée, se poursuivaient toujours.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.