Le gouvernement entretient le suspense    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Diego maradona s'èteint à 60 ans    "Les malades sont livrés à eux-mêmes"    1.025 nouveaux cas et 20 décès    Les instructions de Djerad aux walis    L'hommage de Messi à Maradona    Victimes du terrorisme: la législation algérienne peut constituer une référence pour l'ONU    Autodétermination : les Sahraouis en ont assez d'attendre un "mirage" promis par l'ONU    Le président de l'ARAV présente ses condoléances à la famille du moudjahid Saïd Bouhadja    Importance de coordonner les efforts pour la protection des catégories vulnérables    L'ancien ministre Abdelkader Ouali placé en détention provisoire    Arabie saoudite : Khashoggi avait reçu des menaces avant sa mort, selon un ami    Conflit au Tigré : des émissaires africains vont tenter une médiation    Sport / préparation olympique : 34 athlètes perçoivent des subventions du MJS    Attaque contre une station saoudienne: l'Opep fermement attachée à la stabilité du marché pétrolier    Séisme à Skikda : l'Etat disposé à prendre toutes les mesures pour la prise en charge des sinistrés    PORT D'ANNABA : Exportation de 41000 tonnes de clinker vers Haïti et la République Dominicaine    KHENCHELA : Raccordement "prochain" de 450 foyers au réseau de gaz    MASCARA : Deux arrestations et saisie d'hallucinogènes    La RASD appelle l'UA à prendre des mesures plus fermes contre le Maroc    Ligue 1: USMA-ESS, un choc pour lancer la saison    FIFA Best : Les 5 nominés pour le titre d'entraineur de l'année    LDC : Le programme de ce mercredi    Un scooter propre et innovant    Yacine Mebarki Condamné à un an de prison    Numérisation en cours    «Nous jouerons le haut du tableau»    La FAF soutiendra le candidat sud-africain    Déjà en phase de modernisation    Des marchés couverts désertés par les commerçants et la clientèle    Vous parlez au nom de qui ?    Maïssa Bey sur les traces d'Amara Lakhous    Dans le Sud irakien, le narguilé, c'est l'affaire des ébénistes    Des mesures pour faire face à une situation d'urgence    Les banques publiques difficilement vendables    Renvoi du verdict au 8 décembre prochain    Liberté pour Yacine Mebarki    Le sujet qui fâche    Musée Public National des Antiquités d'Alger : Acquisition de nouvelles pièces archéologiques    Bouira: Assainissement du foncier industriel : 109 lots récupérés    Arabie saoudite : un site d'Aramco touché par un missile    Maroc-Sahara Occidental: «Une reprise des hostilités préméditée»    Pénurie de Lovenox: Le ministre accuse l'automédication    Tlemcen: Un projet pour sécuriser l'alimentation en eau    LA NATURE DU CIEL ET LE POIDS DU COUFFIN    Le tourisme grand perdant    Macron provoque la tempête !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De lourds chefs d'accusation contre Tabbou
Tribunal de Sidi M'hamed
Publié dans El Watan le 03 - 10 - 2019

Entendu hier par le juge d'instruction près le tribunal de Sidi M'hamed d'Alger, Karim Tabbou est poursuivi pour de nouveaux chefs d'accusation qui s'ajoutent à celui retenu contre lui auparavant, à savoir «atteinte au moral de l'armée».
Le coordinateur de l'Union démocratique et sociale (UDS) et militant politique, Karim Tabbou, est maintenu sous mandat de dépôt. Entendu hier par le juge d'instruction près le tribunal de Sidi M'hamed d'Alger, il est poursuivi pour de nouveaux chefs d'accusation qui s'ajoutent à celui retenu contre lui auparavant, à savoir «atteinte au moral de l'armée». Selon Me Aïssa Rahmoune, l'ancien député du FFS est poursuivi cette fois-ci pour «atteinte à l'unité du territoire national», «incitation à attroupement suite à l'appel à manifester lancé à la veille du 5 juillet dernier, par des personnalités nationales», «des publications sur Facebook et sur une page de l'UDS sur le même réseau qu'il ne gère pas».
«Il s'agit de sa première audition par le juge d'instruction. Car, il avait refusé de répondre au juge, vendredi passé, sans la présence de ses avocats», explique notre interlocuteur. Pour rappel, Karim Tabbou a été interpellé, jeudi matin, chez lui, soit moins de 24 heures après sa mise en liberté provisoire par le juge près la cour de Tipasa.
Il est poursuivi, cette fois-ci, en vertu des articles 77, 78 et 79 du code de procédure pénale. L'article 77 stipule que «l'attentat, dont le but a été de détruire ou de changer le régime, soit d'inciter les citoyens ou habitants à s'armer contre l'autorité de l'Etat ou s'armer les uns contre les autres, soit à porter atteinte à l'intégrité du territoire national, est puni de la peine de mort». L'article 78 évoque le complot contre le régime : «Le complot ayant pour but les crimes mentionnés à l'article 77, s'il a été suivi d'un acte commis ou commencé pour en préparer l'exécution, est puni de la réclusion à temps de 10 à 20 ans. Si le complot n'a pas été suivi d'un acte commis ou commencé pour en préparer l'exécution, la peine est celle de la réclusion à temps de 5 à 10 ans.
Il y a complot dès que la résolution d'agir est concertée et arrêtée entre deux ou plusieurs personnes.» L'article 79 porte sur la punition de «l'atteinte à l'unité nationale» : «Quiconque, hors les cas prévus aux articles 77 et 78, a entrepris, par quelque moyen que ce soit, de porter atteinte à l'intégrité du territoire national, est puni d'un emprisonnement d'une durée d'un à dix ans et d'une amende de 3000 à 70 000 DA.»
L'épée de Damoclès
Me Aïssa Rahmoune estime que ces poursuites ont un caractère politique, même si elles sont couvertes de l'aspect juridique. «Ces articles ont toujours existé dans le code pénal algérien et depuis la période du parti unique. Rien n'a changé. Ils visent à protéger le pouvoir et à réprimer les opposants à l'ordre établi, notamment les opposants politiques», déplore-t-il. Selon lui, ces poursuites contre Karim Tabbou et contre des jeunes du hirak confirment que l'épée de Damoclès est suspendue au-dessus de la tête de tous les Algériens qui «s'opposent au pouvoir en place et à ses agendas politiques».
Pour rappel, Me Mustapha Bouchachi avait introduit un appel auprès de la chambre d'accusation près la cour d'Alger contre la décision de la mise sous mandat de dépôt du coordinateur de l'UDS. «On ne connaît pas encore la date de cette audience», indique Aïssa Rahmoune.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.