Le comité de village de Tighilt-Mahmoud perpétue les valeurs de "Tajmaat"    Le développement des zones d'ombre passe par la promotion de leurs habitants    Décès du sociologue et historien Abdelmadjid Merdaci    Le Président opère un mouvement partiel dans le corps diplomatique    Des intellectuels appellent à la libération des détenus politiques et d'opinion    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Corée en Algérie    Opep+: la Russie appelle tous les pays membres à respecter le taux maximal de conformité    Cession des biens immobiliers de l'Etat: plus de 747.000 dossiers régularisés    Régularisation foncière: une priorité de l'Etat    L'ALGERIE, UN MONDE À L'ENVERS.    Khaled Drareni emprisonné : la liberté d'expression condamnée à Alger.    Médéa: un individu arrêté pour trafic illicite de munitions réelles    JO: publication du décret présidentiel portant convocation du corps électoral    Abderrahmane Hammad prend ses fonctions à la tête du Comité olympique et sportif algérien    Le chef des ex-Farc confesse «haïr» son organisation pour les atrocités commises    Plaidoyer pour la dissolution de l'APN    Le dernier délai fixé au 5 octobre    Neghiz plaide la cause de Mebarakou    Recours introduit pour la sanction de Mellal    Révision constitutionnelle: L'Initiative des forces nationales de réforme appelle à une "large" participation au débat et au vote    Régime sec    Signature de six conventions avec Algérie Poste    13 décès et 232 nouveaux cas en 24 heures    76 harragas interceptés en 24 heures    75 permis de chasse délivrés    Sensibilisation des jeunes issus des zones d'ombre    13,4 millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire et de protection, selon l'ONU    Le Bébête Show, version élections US    La renaissance de Mohammed Dib, le Simorgh    Le 11 septembre oublié ?    Des critères de diversité pour la catégorie «meilleur film» aux Oscars    Tizi Ouzou : Les distributeurs de lait saisissent les autorités    Crise syrienne : Trump reconnaît avoir envisagé d'«éliminer» Al Assad    Vers l'abolition du règlement de Dublin sur les demandes d'asile    La France regrette que le gouvernement ne soit toujours pas formé    CORONA, l'ennemi sans nom    La fille des Aurès    Les non-dits    Mahrez a repris les entraînements    La traditionnelle nouba de la rentrée de Lila Borsali passe au virtuel    USM Bel-Abbès: Les supporters réclament une société nationale    La Protection civile dresse son bilan: Plus de 7 millions d'estivants et 7 noyades depuis le 15 août    Quatrième périphérique: Deux morts et deux blessés graves dans un accident    Paix et subterfuges    Détournement, dilapidation de deniers publics...: 8 ans de prison pour Ould-Abbès et 4 pour Barkat    Au boulot, citoyens !    Le procès en appel de Mahieddine Tahkout reporté    Les promesses du ministre des Finances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Béjaïa : Que reste-il du message d'Octobre 1988 ?
Publié dans El Watan le 06 - 10 - 2019

Il n'y avait pas eu foule hier, 5 octobre, sur l'esplanade de la maison de la Culture de Béjaïa pour commémorer le 31e anniversaire de la révolte populaire réprimée dans le sang en octobre 1988 dans le pays.
L'appel de l'Association des victimes de cette répression (AVO 88) n'a pas intéressé les milliers de marcheurs qui sortent, joyeux, les vendredis, ni même les contingents de manifestants de mardi. Le scénario du désintérêt est le même depuis quelques années déjà, où le rendez-vous est commémoré par les mêmes fidèles à la mémoire des victimes d'Octobre 88.
Mais, le mouvement populaire du 22 février a fait espérer, pour beaucoup, un retour d'intérêt pour ces dates symboliques des mouvements populaires de l'Algérie indépendante. Le rassemblement d'hier devait démarrer à 10h pile. 10h et quart, 35 personnes patientent à l'ombre pour entamer la cérémonie de recueillement au pied de la stèle qui fait office du très modeste «mémorial» des victimes d'Octobre 88.
La stèle est une bougie de béton érigée sur un socle nu où des passants ont pris l'habitude de venir s'asseoir. La peinture blanche qui la recouvre déborde sur sa plaque commémorative dont on a de la peine à distinguer l'inscription.
A 10h30, on est une cinquantaine de militants à être présents, dont trois femmes. Le groupe se rassemble et suit les porteurs d'une gerbe de fleurs pour parcourir les quelques mètres qui les séparent de la stèle. Les lieux ne sont pas nettoyés. Ils le seront tout juste au moment où la cérémonie commence, en ramassant les bouteilles, les sachets et autres détritus qui gisent sur le socle de la stèle.
A chaque 5 octobre, le constat est le même. La commune qui a réalisé la stèle «oublie» de faire balayer les lieux et d'ordonner un coup de peinture pour l'occasion. La date n'est pas dans l'agenda des commémorations officielles. La bougie en béton ne s'allume pas.
Il y a longtemps qu'elle ne porte plus l'ampoule qui représente sa flamme. Elle n'est qu'un tas de béton que l'abandon et l'oubli ont vidé de sa symbolique. Hier, la poignée d'animateurs de l'association AVO 88 a cherché à voir sur les lieux une des caméras de télévision qui couvrent le «hirak».
Pas trace de la presse. «Nous sommes venus au nom du collectif Hachemi Cherif». Rabah Rezgui, ancien militant du PAGS, met un point d'honneur à le souligner dans de telles occasions. La minute de silence à laquelle il a appelée est observée la main levée, les cinq doigts bien écartés, figurant le 5 Octobre.
Un imam est appelé pour lire la Fatiha. Il demande à connaître la date qu'on commémore. «Le 5 octobre 1981…», commence-t-il à discourir. «1988, ya cheikh, 88», lui susurre-t-on. Que reste-t-il du message d'Octobre 1988 ? «Le mouvement d'aujourd'hui n'est que le prolongement des combats d'avant», dit un militant.
Les parents des victimes, membres de l'association, sont encore, 31 ans après, à rappeler que leurs enfants ne sont pas des accidentés du travail, comme les considèrent encore les pouvoirs publics. «Nos droits sont bafoués. Nos enfants sont des martyrs de la démocratie», tonne Abdelaziz Yahiaoui, ex-président de l'association.
Cinq jeunes citoyens sont tombés le 9 octobre 1988 dans la ville de Béjaïa. Le plus jeune d'entre eux avait 17 ans. Leurs familles touchent une pension comme simples victimes du travail, soumis au régime de la Cnas. Depuis des années, elles se battent pour un statut de martyrs pour les victimes d'Octobre et pour la reconnaissance officielle de la journée du 5 Octobre. L'actualité leur donne raison : le message d'Octobre est ignoré.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.