SIDI BEL ABBES : Campagne de sensibilisation sur les risques du monoxyde de carbone    Les hauteurs de Bordj Bou-Arréridj revêtus de neige    Man City : Mahrez toujours remonté contre Leicester    Belmadi évoque le retour de Soudani en sélection    APN : Loukal met en avant l'importance de l'amendement de la loi organique relative aux lois de Finances    Belmadi : «Cela fait un bon moment que je suis le parcours de Spano-Rahou, Halaïmia et Zorgane»    Crise en Bolivie: Morales se réfugie au Mexique, une présidentielle avant le 22 janvier    10e Fica : trois courts métrages projetés à Alger    FP: les recommandations comme feuille de route pour améliorer la performance des établissements    CNAC de Sétif: financement depuis janvier dernier de 122 projets    L'UE octroie 55 millions d'euros d'aide humanitaire    Les états de l'OCI saisissent la Cour internationale de justice    Présidentielle : les soutiens encombrants de Tebboune    Le portrait du président Chadli parmi les objets jetés    Chlef: affectation d'un quota supplémentaire de 1.000 logements    Le docteur Mohamed Boughlali de retour chez les Verts    Les Chipolopolo à pied d'œuvre à Alger    Où se jouera le derby MCA-CRB ?    Une femme se plaint d'y être inscrite à son insu    La Turquie commence à renvoyer des terroristes étrangers    Trois Palestiniens tués et 470 blessés en octobre    Les écoles primaires paralysées hier    Méli-mélo pomme-chocolat    L'UE prolonge les sanctions contre le gouvernement de Maduro    Réquisitoire imparable contre l'amnésie officialisée    Ateliers de formation cinématographique    De précieux manuscrits médiévaux divisent l'Islande et le Danemark    Une année de réclusion avec 6 mois de sursis à l'encontre de 21 détenus pour atteinte à l'unité nationale    Festival international de danse contemporaine: l'Algérie, l'Egypte, le Maroc et la Tunisie à l'honneur    Bouira: Une bouteille de gaz butane explose, un blessé grave    Mascara: Deux frères tués dans un accident de la route    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed: Ouverture du procès des 42 détenus du Hirak    Contrôle des changes: La note de la Banque d'Algérie fait toujours jaser    DTN : nouveaux staffs des sélections nationales de jeunes: De surprenantes désignations    Le boulimique penchant de l'exécutif Bedoui à s'attaquer aux sensibles dossiers    Vaccination contre la grippe : plus de 46.400 doses réceptionnées    26 wilayas au salon des arts plastiques    Les équilibres généraux et l'organisation de l'économie Des contraintes et des exigences pour la prochaine étape de développement    Projet de loi sur les hydrocarbures Sonatrach continuera à développer le conventionnel    Les manifestations se poursuivent    Para-athlétisme/Mondiaux-2019: L'Algérie provisoirement 5e au classement    Elections législatives : L'Espagne retourne aux urnes dans un climat crispé    Six mois de prison requis contre "Spécifique"    Création d'un fichier national des hooligans    Le courroux des producteurs    Marché pétrolier international Le panier de l'Opep établi à 61,98 dollars le baril    Cinéma : 10e Fica: projection de "Fatwa", un film dénonçant la montée de l'extrémise en Tunisie    Oum El Bouaghi : signature d'accord pour la gestion de deux salles de cinéma    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Béjaïa : Que reste-il du message d'Octobre 1988 ?
Publié dans El Watan le 06 - 10 - 2019

Il n'y avait pas eu foule hier, 5 octobre, sur l'esplanade de la maison de la Culture de Béjaïa pour commémorer le 31e anniversaire de la révolte populaire réprimée dans le sang en octobre 1988 dans le pays.
L'appel de l'Association des victimes de cette répression (AVO 88) n'a pas intéressé les milliers de marcheurs qui sortent, joyeux, les vendredis, ni même les contingents de manifestants de mardi. Le scénario du désintérêt est le même depuis quelques années déjà, où le rendez-vous est commémoré par les mêmes fidèles à la mémoire des victimes d'Octobre 88.
Mais, le mouvement populaire du 22 février a fait espérer, pour beaucoup, un retour d'intérêt pour ces dates symboliques des mouvements populaires de l'Algérie indépendante. Le rassemblement d'hier devait démarrer à 10h pile. 10h et quart, 35 personnes patientent à l'ombre pour entamer la cérémonie de recueillement au pied de la stèle qui fait office du très modeste «mémorial» des victimes d'Octobre 88.
La stèle est une bougie de béton érigée sur un socle nu où des passants ont pris l'habitude de venir s'asseoir. La peinture blanche qui la recouvre déborde sur sa plaque commémorative dont on a de la peine à distinguer l'inscription.
A 10h30, on est une cinquantaine de militants à être présents, dont trois femmes. Le groupe se rassemble et suit les porteurs d'une gerbe de fleurs pour parcourir les quelques mètres qui les séparent de la stèle. Les lieux ne sont pas nettoyés. Ils le seront tout juste au moment où la cérémonie commence, en ramassant les bouteilles, les sachets et autres détritus qui gisent sur le socle de la stèle.
A chaque 5 octobre, le constat est le même. La commune qui a réalisé la stèle «oublie» de faire balayer les lieux et d'ordonner un coup de peinture pour l'occasion. La date n'est pas dans l'agenda des commémorations officielles. La bougie en béton ne s'allume pas.
Il y a longtemps qu'elle ne porte plus l'ampoule qui représente sa flamme. Elle n'est qu'un tas de béton que l'abandon et l'oubli ont vidé de sa symbolique. Hier, la poignée d'animateurs de l'association AVO 88 a cherché à voir sur les lieux une des caméras de télévision qui couvrent le «hirak».
Pas trace de la presse. «Nous sommes venus au nom du collectif Hachemi Cherif». Rabah Rezgui, ancien militant du PAGS, met un point d'honneur à le souligner dans de telles occasions. La minute de silence à laquelle il a appelée est observée la main levée, les cinq doigts bien écartés, figurant le 5 Octobre.
Un imam est appelé pour lire la Fatiha. Il demande à connaître la date qu'on commémore. «Le 5 octobre 1981…», commence-t-il à discourir. «1988, ya cheikh, 88», lui susurre-t-on. Que reste-t-il du message d'Octobre 1988 ? «Le mouvement d'aujourd'hui n'est que le prolongement des combats d'avant», dit un militant.
Les parents des victimes, membres de l'association, sont encore, 31 ans après, à rappeler que leurs enfants ne sont pas des accidentés du travail, comme les considèrent encore les pouvoirs publics. «Nos droits sont bafoués. Nos enfants sont des martyrs de la démocratie», tonne Abdelaziz Yahiaoui, ex-président de l'association.
Cinq jeunes citoyens sont tombés le 9 octobre 1988 dans la ville de Béjaïa. Le plus jeune d'entre eux avait 17 ans. Leurs familles touchent une pension comme simples victimes du travail, soumis au régime de la Cnas. Depuis des années, elles se battent pour un statut de martyrs pour les victimes d'Octobre et pour la reconnaissance officielle de la journée du 5 Octobre. L'actualité leur donne raison : le message d'Octobre est ignoré.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.