Sénégal: Mauvaise nouvelle pour Sadio Mané    COUR SUPREME : Chakib Khelil, Djoudi et Tou convoqués    LE PARTI TOURNE LA PAGE D'OUYAHIA : Vers l'effondrement du RND ?    Delort déjà à l'aise parmi ses frères !    PLUS DE 600.000 CANDIDATS CONCERNES : Début aujourd'hui des épreuves du Bac    Le récent mouvement populaire que notre pays connait témoigne de la vitalité du peuple algérien    Le ministère tunisien rejette les pseudo-partis politiques nouvellements créés    Bensalah et Bedoui sommés de partir    Maîtrise des déchets et protection de l'environnement    Pour le régime Bouteflika, la chute est brutale    Ali Ghediri écroué    Le bleu pour le Soudan sur les réseaux sociaux    Le gouvernement de Hong Kong essuie des critiques de son camp    L'UE insiste sur le traité négocié avec Londres    Le fils de Ould Abbès sous mandat de dépôt    Guichet unique pour les handicapés    «Le résultat du match CSC-USMA est douteux»    Helaïmia s'engage avec les Belges de Beerschot Anvers    Conférence nationale de la société civile, aujourd'hui    Des citoyens bloquent le siège de l'APC de Bouti Sayeh    24 hectares de récoltes sur pied ravagés par le feu    Gendarmerie nationale : Saisie de 9,3 kg de kif traité, une arrestation    «Le certificat prénuptial est très important»    9 affaires de drogue traitées en mai    Fidèle à la mémoire de Fouad Boughanem    Chef d'entreprise en Algérie, il est devenu vendeur de fripe aux «puces» de Montreuil    Le retour de La Dolce Vita    Un spectacle chorégraphique de la troupe "Antonna"    Expositions, concours et rencontres au menu    NAHD: Le CSA cible deux coaches    Conflit à l'ETRAG de Constantine : Le tribunal rejette la plainte de la direction    L'usine étatique d'eau minérale de Laghouat : L'APW dénonce un blocage intentionnel    Mercato d'été    Bouira: Trois morts et quatre blessés dans un accident de la route    11ème congrès international des gynécologues privés: 10 à 12% des couples présentent une infertilité    La protection de l'environnement en question    Dréan: Le marché hebdomadaire adjugé pour 1,7 milliard de cts     Constantine - CHU Constantine: Le DG, le chef de bureau des marchés et un fournisseur sous contrôle judiciaire    MC Oran: A quand le bout du tunnel ?    Volley-ball - Super division - Play down: Les prétendants de sortie    «J'ai couru vers le Nil»* de Alaa El Aswany: Comment la révolution égyptienne a été brisée ?    Mohamed Zerrouki (1902-1957): Un écrivain visionnaire précoce resté méconnu    LES AIGLES EN CARTON    Les Sénats européens et africains expriment leur volonté de promouvoir les valeurs communes    Hommage aux 128 martyrs du Printemps noir    15 pays au rendez-vous    Damas affirme avoir abattu des missiles israéliens ciblant Tel Al-Hara    Autres transitions réussies…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Commémoration du 5 octobre 1988 à Béjaïa : Des acquis menacés
Publié dans El Watan le 06 - 10 - 2018

Sous un ciel gris et pluvieux, quelques dizaines de membres associatifs, des représentants de la société civile et de partis politiques, des militants d'Amnesty Internationale ont répondu à l'appel de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'homme (LADDH), de l'Association des victimes d'Octobre 88 (AVO88), du Rassemblement Actions Jeunesse (RAJ) et du Comité de solidarité avec les travailleurs (CST) pour un rassemblement commémoratif des événements du 5 Octobre 1988 sur l'esplanade de la maison de la culture Taos Amrouche de Béjaïa.
Quelques manifestants portant une gerbe de fleurs avancent lentement vers la stèle commémorative, érigée en forme de bougie, pour se recueillir à la mémoire des victimes. Une bougie sans luminaire. Lors de ce rassemblement, marqué par une minute de silence à la mémoire des martyrs de la démocratie, le président de l'association AVO, Abdelaziz Yahiaoui, réitère d'emblée les principales revendications de son organisation, qui se résument principalement à l'octroi «d'un statut pour les victimes de la répression d'Octobre et la reconnaissance de la date du 5 Octobre 1988 comme journée nationale des libertés démocratiques». De leur côté, les signataires de l'appel, «depuis cette date historique du 5 Octobre 1988, la situation est caractérisée par un marasme économique, une détresse sociale et une dangereuse répression des libertés d'opinion, d'expression, de rassemblement et de réunion».
L'appel cite en exemple «la répression qui s'abat sur le mouvement Mouwatana et l'emprisonnement du blogeur Merzouk Touati, de Saïd Chitour et de tant d'autres qui renseignent sur la nature totalitaire du pouvoir». A cet effet, les signataires appellent à «la reconnaissance officielle du 5 Octobre, l'instauration d'une démocratie authentique et un Etat de droit, où les libertés seront garanties, et la libération de tous les détenus d'opinion en Algérie».
La parlementaire du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), Nora Ouali, estime que «30 ans après ces événements, le constat est amer. Le pouvoir est en train de remettre en cause tous les acquis d'Octobre 1988 en limitant l'action des organisations syndicales, des partis politiques et des associations à travers des lois restrictives et contraignantes». Evoquant le conflit opposant le président de l'APN aux membres de sa même famille politique, les partis de la majorité, Nora Ouali dira que «même l'APN, qui est une instance émanant du peuple, est sous l'emprise du pouvoir exécutif». Pour elle, le régime veut revenir sur tout ce qu'il a lâché sous la pression de la rue il y a 30 ans.
Dans une déclaration lue en public, l'Union démocratique et sociale (UDS), le parti non agréé de Karim Tabbou, constate, concisément, que 30 ans après Octobre 1988 «la démocratie réclamée s'éloigne de plus en plus, particulièrement depuis 1999, malgré toutes les promesses données au lendemain des événements» qui ont embrasé plusieurs wilayas du pays. Car les nouvelles mœurs installées par le régime consistent en l'usage «de tous les stratagèmes pour se maintenir durablement, sinon, éternellement au pouvoir, et d'éloigner le peuple de la vie politique». Pour l'UDS, le despotisme du pouvoir se cristallise également dans le cas du blocage de la création de nouveaux partis politiques d'opposition, comme celui de Karim Tabbou, bien qu'il réponde à toutes les exigences de la loi relative aux partis.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.