Belhimer trace au marqueur le rôle futur du Hirak    L'Algérie applique le principe de réciprocité    Tebboune relence le débat sur lamémoire    Pagaille à l'aéroport d'Alger    "Proche du véhicule neuf", selon Ferhat Aït Ali    Rezig s'en prend de nouveau aux laiteries    Un charnier découvert dans la Ghouta orientale    Contrôle sanitaire en pleine radew    "Je ne suis pas mort"    Le Président Tebboune réitère son engagement à récupérer les restes mortuaires des chouhada    Real : Un rêve d'enfance pour Reinier    Boukadoum reçu par Fayez Al-Sarraj à Tripoli    Industrie: vers une révision de la réglementation en faveur de l'investissement    Ligue 2 (19e j): le RC Arbaâ sur le podium, l'ASM Oran étrillée à Boussaâda    COUR SUPREME : Deux anciens walis de Skikda placés en détention provisoire    DEBRAYAGE DANS LE CYCLE PRIMAIRE : Les enseignants menacent de boycotter les examens    ORAN : 10 nouveaux appareils d'analyses médicales pour le CHU    BELHIMER SOULIGNE LES BIENFAITS DU HIRAK : Vers le 22 février, ‘'journée nationale''    Air Algérie: la Justice ordonne l'arrêt immédiat de la grève du PNC    Amar Belhimer annonce prochainement un encadrement juridiquement    Cumul retraite et nouvelle activité    La course des strapontins s'emballe !    Dortmund-PSG et Atlético-Liverpool pour ouvrir le bal    Hammouche reste confiant pour la suite    Karim Younès nommé médiateur de la République    "Opticharge" lance sa plateforme logistique digitale    Arrestation d'un groupe d'extrême droite qui visait des mosquées    Une famille s'en remet au ministre de l'Habitat    Le trafic routier basculé vers la RN5    Un colis de près de 40 kg de kif rejeté par la mer à Abou-el-Hassan    «La libéralisation du code des collectivités locales est une priorité»    Tizi Ouzou : hommage à la conteuse et poétesse Djedjiga Bourai    Chidekh Azouz présente ses ouvrages à El-Milia    Des journées dédiées au théâtre révolutionnaire    Il était une fois, la halqa et la waâda    ACTUCULT    Coronavirus : Fin de confinement et aucun cas de Covid 19    «Je livrais des uniformes et des armes à l'ALN»    Syrie : L'armée syrienne libère plusieurs localités    RCA – MOB : Les Crabes visent un bon résultat    France : Les incidences positives de l'immigration    En bref…    Ateliers d'art-thérapie pour enfants malades à El Oued : Une première dans la région    Nouvelles opérations de rapatriement: Plus de 70 Subsahariens transférés vers leurs pays d'origine    Ligue 1: ASAM 1 - USMA 1: Un nul équitable    USM Bel-Abbès: Les dettes, un casse-tête pour Benayad    Manifestations pro etcontre une nouvelle Constitution    13 harraga algériens secourus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Commémoration du 5 octobre 1988 à Béjaïa : Des acquis menacés
Publié dans El Watan le 06 - 10 - 2018

Sous un ciel gris et pluvieux, quelques dizaines de membres associatifs, des représentants de la société civile et de partis politiques, des militants d'Amnesty Internationale ont répondu à l'appel de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'homme (LADDH), de l'Association des victimes d'Octobre 88 (AVO88), du Rassemblement Actions Jeunesse (RAJ) et du Comité de solidarité avec les travailleurs (CST) pour un rassemblement commémoratif des événements du 5 Octobre 1988 sur l'esplanade de la maison de la culture Taos Amrouche de Béjaïa.
Quelques manifestants portant une gerbe de fleurs avancent lentement vers la stèle commémorative, érigée en forme de bougie, pour se recueillir à la mémoire des victimes. Une bougie sans luminaire. Lors de ce rassemblement, marqué par une minute de silence à la mémoire des martyrs de la démocratie, le président de l'association AVO, Abdelaziz Yahiaoui, réitère d'emblée les principales revendications de son organisation, qui se résument principalement à l'octroi «d'un statut pour les victimes de la répression d'Octobre et la reconnaissance de la date du 5 Octobre 1988 comme journée nationale des libertés démocratiques». De leur côté, les signataires de l'appel, «depuis cette date historique du 5 Octobre 1988, la situation est caractérisée par un marasme économique, une détresse sociale et une dangereuse répression des libertés d'opinion, d'expression, de rassemblement et de réunion».
L'appel cite en exemple «la répression qui s'abat sur le mouvement Mouwatana et l'emprisonnement du blogeur Merzouk Touati, de Saïd Chitour et de tant d'autres qui renseignent sur la nature totalitaire du pouvoir». A cet effet, les signataires appellent à «la reconnaissance officielle du 5 Octobre, l'instauration d'une démocratie authentique et un Etat de droit, où les libertés seront garanties, et la libération de tous les détenus d'opinion en Algérie».
La parlementaire du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), Nora Ouali, estime que «30 ans après ces événements, le constat est amer. Le pouvoir est en train de remettre en cause tous les acquis d'Octobre 1988 en limitant l'action des organisations syndicales, des partis politiques et des associations à travers des lois restrictives et contraignantes». Evoquant le conflit opposant le président de l'APN aux membres de sa même famille politique, les partis de la majorité, Nora Ouali dira que «même l'APN, qui est une instance émanant du peuple, est sous l'emprise du pouvoir exécutif». Pour elle, le régime veut revenir sur tout ce qu'il a lâché sous la pression de la rue il y a 30 ans.
Dans une déclaration lue en public, l'Union démocratique et sociale (UDS), le parti non agréé de Karim Tabbou, constate, concisément, que 30 ans après Octobre 1988 «la démocratie réclamée s'éloigne de plus en plus, particulièrement depuis 1999, malgré toutes les promesses données au lendemain des événements» qui ont embrasé plusieurs wilayas du pays. Car les nouvelles mœurs installées par le régime consistent en l'usage «de tous les stratagèmes pour se maintenir durablement, sinon, éternellement au pouvoir, et d'éloigner le peuple de la vie politique». Pour l'UDS, le despotisme du pouvoir se cristallise également dans le cas du blocage de la création de nouveaux partis politiques d'opposition, comme celui de Karim Tabbou, bien qu'il réponde à toutes les exigences de la loi relative aux partis.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.