Tebboune subit une intervention chirurgicale réussie sur le pied droit    La demande de liberté provisoire de Rachid Nekkaz rejetée    Les procès en appel de 11 hirakistes renvoyés au 10 mars    Le détenu Mohamed Baba-Nedjar en grève de la faim    Interrogations sur le rôle de l'Anie    Nouveau procès pour le général Saïd Bey    «L'exploitation du schiste n'est pas pour demain»    Pas de marchandises à exporter, ni de navires algériens sillonnant les océans    Quand l'offre dépasse la demande    Taïeb Hafsi invité par Cap-Horizon 2054    L'huile d'olive "Dahbia" finaliste au Dubaï Olive Oil 2021    Perturbation du trafic vers Thenia et Tizi Ouzou    Les Tunisiens ne décolèrent pas    Il veut rendre à l'Amérique son rôle phare dans le monde    L'Espagne ne doit pas céder au «chantage» du Maroc    Réunion d'urgence sur les violences au Darfour    Un prêtre porté disparu dans le Sud-Ouest    Duel à distance entre l'ESS et le MCA    "La JSK n'est pas en crise"    Les Rouge et Noir visent la quatrième victoire de suite    Quatre nouveaux entraîneurs remplacés en une semaine    Les Sanafir se méfient des Aigles    Souibaah et Aiboud également forfaits à Relizane    Découvrez les bienfaits des oméga-3 !    Filets de poulet à la chapelure    Révelez votre beauté, suivez ces rituels    Vu à Alger    Le geste de Setram pour les enfants cancéreux    «Ni repentance ni excuses», tranche Paris    Cheikh Namous, un grand qui a accompagné les plus grands    A Berlin, une danseuse noire pourfend le racisme dans le ballet classique    Les villes sans cœur : l'Algérien vit comme dans un hôtel, toujours prêt à retourner dans son village !    Deux œuvres algériennes en lice    "Il n'y a qu'en Algérie où on conteste nos symboles"    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    Coronavirus : 2849 décès depuis le début de l'épidémie    La dernière Foggara de Tamentit se meurt    Récifs artificiels : en Algérie, des expériences timides    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Créances impayées: La Sonelgaz sommée de sursoir aux coupures d'électricité    Football - Ligue 1: Indécision à tous les niveaux !    L'inspection régionale de la police de l'Ouest dresse son bilan: Plus d'un million de comprimés psychotropes saisis en 2020    Tlemcen - Vaccination contre la Covid-19 : des préparatifs et des interrogations    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sidi Aïssa (Blida) : Une cité livrée à elle-même
Publié dans El Watan le 06 - 06 - 2010

Les habitants de la nouvelle cité des 200 Logements participatifs de Sidi Aïssa (commune de Guerouaou), qui ont reçu leurs clés en novembre dernier, ne savent plus à quel saint se vouer pour voir, enfin, leurs nombreuses doléances prises en charge.
Située non loin de l'université de Blida et de l'Ecole supérieure de l'hydraulique, cette cité demeure livrée à elle-même. Les autorités locales n'ont même pas prévu de bacs destinés au ramassage des ordures ménagères dans cette cité. Certains résidants se disent être dans l'impossibilité d'observer un comportement « civilisé » dans la mesure où ils sont contraints, d'après leurs dires, à jeter les ordures à proximité d'un oued non loin de leur quartier. Les camions destinés au ramassage des ordures ne sont jamais passés par cette cité, nous disent-ils. Et comme mesure temporaire, certains riverains bénévoles n'ont pas trouvé mieux que de brûler, de temps à autres, ces ordures, afin de les éliminer.
Cela provoque de gros nuages de fumée, mais les habitants de la cité préfèrent avoir recours à ce palliatif et aux moyens du bord plutôt que de se retrouver « noyés » dans les amas d'ordures. « Les moustiques font ravage dans notre cité et l'omniprésence de chiens errants constitue un véritable danger pour nos enfants », déplorent des habitants de la cité en question. L'éclairage public fait encore défaut, attisant ainsi le sentiment d'insécurité. Le soir, c'est le tapage nocturne, que provoquent certains jeunes délinquants, qui dérange dans cette cité « obscure ». L'eau du robinet est souvent trouble et les occupants de la cité 200 Logements se disent être obligés de ramener de l'eau potable d'ailleurs. Une corvée en plus pour eux.
« Pour avoir nos logements, nous étions obligés de contracter des dettes auprès des particuliers et des banques. Nous avons fait des pieds et des mains pour avoir un toit et être tranquille par la suite. Aujourd'hui, nous continuons à faire le parcours du combattant à cause de l'indifférence des autorités locales », s'indigne un groupe de riverains de la même cité qui ont envoyé plusieurs requêtes à qui de droit, en vain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.