Présidentielle de 12 décembre : taux de participation global de 39,33 %    Abdelmadjid Tebboune élu Président de la République    Présidentielle: Abdelmadjid Tebboune élu président de la République avec 58,15 % des voix    Présidentielle du 12 décembre : 20 individus arrêtés à Relizane pour entrave à l'opération de vote    Des vents forts vendredi sur plusieurs wilayas du Nord et des Hauts-Plateaux    OGC Nice: Atal, Vieira donne des précisions    Présidentielle: le taux de participation par wilayas annoncé à 15h    Bordj Bou Arréridj: changement du lieu de vote pour "harcèlements d'opposants" au scrutin (ANIE)    Brèves    Bureaux de vote fermés, urnes saccagées    L'Algérie condamne "avec la plus grande force" l'attaque contre l'armée au Niger    Préserver cette institution de solidarité entre générations    Vers le report des 32es de finale de la Coupe d'Algérie    MCO : La voie royale pour les Oranais    Résiliation du contrat du gardien de but Salhi    Casoni viré, Mekhazni-Meguellati pour l'intérim    Ligue-Présidents de club professionnel : Le bras de fer éternel    Un an de prison dont 3 mois fermes contre le dessinateur «Nime»    Nouveaux pourparlers de paix à Juba entre rebelles et Khartoum    Projet de traduction des plus importants écrits algériens en langue française    ACTUCULT    Est-ce un constat amer ou un brûlot ?    Cinq morts dans une attaque des shebab    Fin de la phase aller le 21 décembre    Air Algérie contrainte d'installer une cellule de crise    Un boycott inédit en perspective    165 foyers raccordés au gaz naturel    La frontière algéro-tunisienne ne sera pas fermée    Exportation de 460 000 tonnes de ciment    Eric Zemmour sera jugé le 22 janvier prochain    Bangkok en haut du classement    Le triptyque de l'édification de la citoyenneté    Ouverture de plusieurs ateliers et clubs artistiques et pédagogiques    Trois auteurs présentent leurs nouveautés au public    COP25 sur le climat : La protection de la nature cherche sa place    Formation professionnelle : S'adapter aux évolutions    Constantine: Plus de 8.400 capsules de psychotropes saisies en moins de 10 jours    Marche contre la tenue des élections    FAF - Coupe d'Algérie - 32èmes de finale: ASAM - JSK et CSC - NCM en tête d'affiche    Dans la nuit de la prison d'El-Harrach    Gabon : L'opposant Jean Ping dénonce la " monarchisation de la République "    Tunisie : Les parlementaires doivent être à la hauteur de leur responsabilité    Relizane : Près de 6.400 employés dans le cadre du DAIP concernés par la confirmation    Polémique au Mali : Le chef de la Minusma à Kidal serait sur le départ    Afrique du sud : La Sud-Africaine Zozibini Tunzi est Miss Univers 2019    Oran : L'ex-directeur de l'agence foncière de Bir El-Djir condamné à 3 ans de prison ferme    Maroc: Une pétition déposée au Parlement pour l'abrogation de lois "liberticides"    Patrimoine immatériel du sud: Des Hauts plateaux aux Oasis, la chanson saharienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ecole de journalisme d'Alger : Quelle place pour la production amazighe dans les médias ?
Publié dans El Watan le 13 - 11 - 2019

Des chercheurs se sont attelés à débattre, la semaine dernière, de la place qu'occupe la production amazighe dans les médias (l'entreprise, professionnels, circuits de distribution et réception), à l'occasion d'un colloque national organisé à l'Ecole nationale supérieure de journalisme et des sciences de l'information d'Alger (ENSJSI).
Ainsi, le Dr Latifa Lafer, enseignante à l'université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou, s'est interrogée, entre autres, sur l'existence d'un genre cinématographique amazigh. «La prise en charge du cinéma amazigh par le domaine de la recherche permet de déterminer les critères qui le caractérisent et de répondre à une somme de questions encore posées vingt ans après la sortie des films.
Peut-on aborder ce cinéma par le nombre de films réalisés ? Par la production et le taux de fréquentation ? Par l'utilisation de la langue amazighe ? Par des thèmes et une esthétique particuliers ?», a-t-elle interrogé.
La même universitaire a précisé aussi que le cinéma professionnel reste faible dans les régions amazighes qui souffrent, a-t-elle fait remarquer, d'isolement et d'absence de formation au cinéma. «On ne peut quantifier la production de films et dire qu'il existe des films amazighs sans tomber dans le travers qui a de tout temps biaisé la réflexion sur le cinéma algérien», a-t-elle ajouté. Yasmina Si Ziani, doctorante à l'ENSJSI d'Alger, a abordé la valorisation de l'identité linguistique et culturelle amazighe à travers la presse écrite tout en mettant l'accent sur le cas de la Dépêche de Kabylie.
L'intervenant s'est appuyé sur l'analyse du discours linguistique des articles de presse, rédigés en tamazight, dans le quotidien La Dépêche de Kabylie, parus durant les mois de janvier et février 2018. Ainsi, elle a expliqué que les résultats de son analyse quantitative des 100 articles du corpus préliminaire font état de 59% de sujet ayant trait à la culture, dont 40%. «Parmi ceux-là, le patrimoine avec un pourcentage de plus de 40%, la littérature à 32%, la musique à 15% et la gastronomie à près de 12%», a-t-elle relevé.
Plusieurs thèmes importants ont été également abordés durant ce colloque, à l'image de celui lié à la production féminine dans le cinéma amazigh, traité par Dr Nedjma Zirari, enseignante à l'ENSJSI d'Alger, qui a mis en relief l'image de la femme dans les films amazighs et le rôle de la gent féminine dans la préservation du patrimoine.
Professeur Hassina Kherdouci du département de langue et culture amazighes de Tizi Ouzou a, pour sa part, évoqué le rapport de la société à l'égard de la femme chanteuse kabyle. «Evoquer la chanteuse kabyle et sa relation avec la société nous amènera à savoir s'il y a acte de reconnaissance, donc un regard positif ou négatif et quels sont les éléments déterminants de ce regard», a-t-elle estimé.
Amar Laoufi, enseignant-chercheur à l'université Akli Mohand Oulhadj de Bouira, s'est intéressé au théâtre kabyle tout en mettant en exergue ses contraintes dans la production, circuits de la réception et de la diffusion. «Nous estimons qu'il y a un lien directe entre les conditions de production des œuvres théâtrales et leur récepteurs respectifs», a-t-il souligné.
Notons aussi que Dr Nacer Aoudia, maître de conférences à l'université Abderahmane Mira de Béjaïa, a présenté une communication intitulée «La composante amazighe dans les médias communautaires publics en Algérie. La minorisation par la normalisation et la folklorisation».
Par ailleurs, Hakim Hamzazoui, coordinateur scientifique de ce colloque, a indiqué que les travaux de cette rencontre seront publiés dans un ouvrage collectif.
Par ailleurs, le directeur de l'ENSJSI, Abdeslam Benzaoui, a déclaré, lors de son allocution d'ouverture de cette manifestation scientifique, que le thème du colloque est «un sujet intéressant surtout, a-t-il insisté, qu'il traite de tamazight qui fait partie de notre culture».
Belkacem Mostefaoui, directeur du laboratoire MUSC, a exhorté les enseignants-chercheurs à proposer des concepts de colloques à organiser dans le cadre des travaux de son laboratoire. «Les perspectives de notre laboratoire visent à encourager tous les enseignants de l'école qui veulent proposer des thèmes de colloques», a-t-il déclaré.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.