Les candidats à la présidentielle tenus d'observer le silence électoral à partir de lundi    AFFAIRE BAIRI : 10 ans de prison requis contre l'ancien wali, Nouria Zerhouni    Poursuite du procès d'anciens responsables et hommes d'affaires impliqués dans des affaires de corruption    Mihoubi: la présidentielle, un scrutin "décisif" pour "raffermir" la stabilité du pays    INTEGRATION DES BENEFICIAIRES DU DAIP : 2667 contractuels concernés par la titularisation à Mostaganem    Ligue des champions (Groupe D). ES Tunis 1 – JS Kabylie 0 : Victoire difficile pour le tenant du titre    POUR LA DEUXIEME FOIS : Des Mostaganémois marchent pour la présidentielle    HADJ 2020 - 2021 : Début des inscriptions mercredi    3EME CONFERENCE INTERNATIONALE DE BIOSCIENCES : Les raisons du cancer en débat à Oran    EN RAISON DES TRAVAUX LANCES DANS LA STATION D'EPURATION : Mostaganem sans eau potable depuis des jours    L'Algérie triomphera grâce à la "forte cohésion" entre son peuple et son armée    Le Polisario proteste contre "France2" pour un "documentaire de propagande" sur l'occupation du Sahara occidental    Barça : Messi dépasse Ronaldo    Tayeb Bouzid appelle à l'élaboration d'une stratégie nationale pour faire face aux défis du numérique    Archaïsme et mauvaise gouvernance    Les opérateurs affichent leur inquiétude    Nouvelle domiciliation au stade de Ras El-Oued    La rue divisée à Constantine    Le Congrès américain désavoue Trump    30 000 enfants migrants disparus en Europe    Human Rights Watch dénonce    Gâteau au yaourt, sirop au citron    Crème au concombre    Un nouvel essai en ligne d'Ahmed Cheniki    Le prix Mohia d'Or lancé à Tizi Ouzou    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Le Grand Prix Assia-Djebar, une opportunité de promouvoir le roman algérien à l'international    Mise en exploitation de la bibliothèque de lecture publique dans la commune d'El Mahmal    L'hagiographie dans la poésie melhoun, une ethnographie des grands saints de l'islam    Zerouati : "l'Algérie déterminée à adopter un modèle économique durable"    Groupe C. Pétro Atlético 1- USM Alger 1 : Les Algérois n'arrivent pas à gagner    Serie A : La Juventus perd des points face à la Lazio    Sérieux test pour les Pacistes    Débat télévisé: Dans les coulisses du «face-à-face»    Football - Ligue 1: Le CRB creuse l'écart, des bleus pour le NAHD    Premier débat télévisé entre candidats à la présidentielle: Des réformes urgentes pour dépasser la situation difficile    Financement du 5ème mandat: Ali Haddad enfonce Saïd Bouteflika    Skikda: 19 harraga secourus    Journées d'information à la CNAS: Des allègements en faveur des personnes aux besoins spécifiques    Petrole : La Libye va maintenir sa production autour de 1,25 million de barils par jour    France : Plus de 800 000 manifestants contre la réforme des retraites selon l'Intérieur    Syrie : Erdogan annonce un nouveau sommet Turquie-France-Allemagne-Grande-Bretagne en février    En réplique à la taxation des GAFA : "L'attaque de Trump est en dessous de la ceinture"    Chine : l'achat d'un téléphone conditionné au scan du visage    LPA: Les communes d'Alger procéderont à la convocation des souscripteurs fin décembre    Incendie du centre d'entraînement Flamengo condamné à indemniser les familles des victimes    Cinéma : Trois films algériens primés au festival d'Al Qods    Théâtre : La pièce "Ez'Zaouèche" présentée à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Début officiel de la campagne présidentielle aujourd'hui : Les candidats sur un «terrain miné»
Publié dans El Watan le 17 - 11 - 2019

La campagne électorale s'ouvrira officiellement aujourd'hui, dans un climat des plus tendus. Alors que les Algériens qui battent le pavé chaque vendredi sous le cri qu'il n'y aura pas «d'élections avec les îssabate (les bandes)», il est à s'interroger sur la manière dont se tiendront ces trois semaines de campagne au cours de laquelle les cinq candidats auront la lourde tâche de convaincre les électeurs d'aller aux urnes.
La mission est d'autant plus difficile que les Algériens contestataires dénoncent un simulacre d'élection présidentielle organisée par le régime pour se régénérer. Les premiers signes d'une «drôle de campagne» sont déjà là : à peine installés, les premiers panneaux d'affichage ont été ornés de tags rejetant les élections ou, pour les plus téméraires, de sacs poubelles.
Malgré tout, l'Autorité nationale indépendante des élections (ANIE) s'échine à sauver les apparences, en assurant que les élections se dérouleront dans de «bonnes conditions». Elle a rassemblé hier les cinq candidats au siège du Palais des nations à Club des Pins pour la signature d'une charte d'éthique des pratiques électorales.
Les responsables de l'ANIE multiplient les déclarations faisant croire à une élection ordinaire avec ses «débats», son «temps de parole» et ses règles.
Le vice-président de l'ANIE, Abdelhafid Milat, a ainsi indiqué, dans une déclaration reprise par l'APS, à propos du financement de la campagne électorale, que cette opération est régie par la loi, assurant que l'on «ne permettra pas que des fonds issus d'activités illégales et dont l'origine est inconnue soient utilisés et on interviendra en cas de dépenses excessives et injustifiées pour demander des explications». La répartition du temps de parole des cinq candidats à l'élection présidentielle a, par ailleurs, été fixée suite à un tirage au sort.
Quid des sorties sur le terrain et des meetings populaires ? Les candidats n'ont, pour l'heure, pas communiqué de programmes de sorties sur le territoire national ni de dates de meetings populaires.
Tout porte à croire que l'essentiel de la campagne sera basé sur les débats télévisés et sur les réseaux sociaux. L'ANIE souligne à ce propos que la campagne électorale verra «des débats entre candidats, en cours de préparation en coordination avec l'Autorité de régulation de l'audiovisuel (ARAV)», mettant en exergue le rôle «prépondérant» des médias dans le déroulement régulier et loyal de la campagne électorale.
Cela au moment où la Télévision publique (ainsi que plusieurs chaînes privées) ne couvre pas le hirak et ne donne pas la parole à ceux qui rejettent les élections présidentielles.
Les candidats tentent néanmoins de faire bonne figure en dépit des railleries de la rue et sur les réseaux sociaux. Aussi présentent-ils leurs programmes électoraux comme si de rien n'était, en minimisant l'ampleur des manifestations. Tous affirment, la main sur le cœur, qu'ils aspirent à réaliser les vœux du hirak. Abdelmadjid Tebboune, place son programme sous le slogan «Engagés pour le changement, capables de le réaliser», comportant 54 engagements pour l'instauration d'une «nouvelle République».
Le président du parti Talaie El Hourriyet, Ali Benflis, livre un «serment pour l'Algérie» qui œuvrerait pour un «changement global», conformément aux demandes et aspirations «justes et légitimes» du hirak.
Le président du mouvement El Bina, Abdelkader Bengrina, a déclaré, de son côté, que son programme s'appuie essentiellement sur «le principe de consultation des Algériens sur les voies de sortie de crise, la récupération des fonds volés, la concrétisation de la sécurité alimentaire et territoriale de l'Algérie», tout en apportant son soutien aux exigences du mouvement populaire, hirak.
Enfin, Ayant pour slogan de sa campagne, «Le peuple décide», le candidat Belaïd s'est engagé qu'une fois élu président de la République, il œuvrera à bâtir «des institutions fortes reflétant la place de l'Etat algérien».
Auparavant, nous avons eu droit à une campagne sans candidat – on se rappelle notamment des campagnes électorales où le président Bouteflika avait brillé par son absence –, peut-être aurons-nous cette fois-ci des candidats sans campagne !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.