Ligue 1: Le programme des rencontres de la 10ème journée    Huit activistes condamnés à 10 000 DA d'amende    Le ministre de l'Enseignement supérieur chahuté par les étudiants    Report du procès en appel de Zoukh au 6 février    Attar insiste sur le développement de la pétrochimie    La première session du Cnes «nouveau» se tiendra en février    Aït Ali rencontre les représentants de la filière    Inquiétudes sur l'offre et le prix des viandes    La patrie d'Armstrong et la dignité des peuples : un challenge existentiel    L'Afrique du Sud appelle Biden à annuler la décision de Trump    Rome attend du Caire une collaboration "complète"    Revoilà les manifestations du pain au Soudan    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Charfi répond aux «petits» partis    Leknaoui à la rescousse    Isla de retour, forfait de Rebiai    "Difficile de prédire le vainqueur de la League anglaise"    La rue assaillie par les mécontents    Faible mobilisation des travailleurs    Un mort et trois blessés    Les réactions s'enchaînent en Algérie et en France    Des gargotes pour les haltes solitaires    Lupin ou la consécration des séries télévisées européennes    Mesures à l'encontre des coupables    Mémoires sur le mouvement syndical algérien    Distinction des lauréats du concours de la "Meilleure interprétation théâtrale"    Paroles d'un porte-parole    Jean-Philippe Ould Aoudia : Mémoire, vérité et réconciliation    MO Béjaïa : L'ère Karouf a commencé    US Biskra : La dégringolade semble inexorable    CNAS Alger : Appel à la déclaration annuelle des salaires (DAS 2020)    Le monde en bref...    Des figures historiques oubliées par l'école de la République    Culture : Le sociologue Liess Boukraa s'est éteint    Hadjer Ben Boubakeur. Chercheuse en musicologie : «C'était risqué pour le régime algérien de contrecarrer la musique hirakiste»    Exercices pour soigner les douleurs du nerf sciatique    Football - Ligue 1: Duels des extrêmes à Tlemcen et Alger    Tiaret: Prochaine connexion de la wilaya avec l'autoroute Est - Ouest    Atteinte à la vie privée des enfants: Des télés privées menacées de poursuites judiciaires    ANSEJ, JEUNES, EMPLOIS ET PERIMETRES POIGNANTS    «Salaire dérisoire» et «prime Covid-19 non perçue»: Protestation des communaux devant le siège de l'APC    Constantine: 20 policiers morts du Covid-19 dans la région Est    Examens nationaux: Près de 2 millions d'élèves inscrits via la plateforme du ministère de l'Education    Des histoires à raconter    Mohamed Charfi défend le principe des 4 %    258 nouveaux caset 3 décès en 24 heures    Le nouveau directeur de l'éducation installé    La justice se déjuge    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Exposition : «L'espace d'un instant» de Zineb Sedira au Jeu de paume
Publié dans El Watan le 26 - 11 - 2019

Le Jeu de Paume présente «L'espace d'un instant» jusqu'au 19 janvier 2020, une exposition personnelle de Zineb Sedira qui couvre une période allant de 1998 à aujourd'hui et montre des formes aussi diverses que la vidéo, le film, l'installation et la photographie.
«Les œuvres choisies témoignent de l'intérêt de l'artiste pour les histoires orales, leur collecte, leur enregistrement et leur transmission, mais elles révèlent aussi son intérêt profond pour l'histoire postcoloniale et pour les problèmes liés à la destruction écologique globale due à la surproduction et à la circulation universelle des personnes et des biens», indique le commissariat de l'exposition. Zineb Sedira produira une nouvelle œuvre pour cette exposition grâce au soutien du Jeu de Paume, de l'Institut Valenciá d'Art Moderne (IVAM), du musée Calouste Gulbenkian (Lisbonne) et du Bildmuseet (Suède.
En 2019-2020). Intitulée «Standing here wondering which way to go» (2019), «l'œuvre résulte de sa réflexion sur l'époque utopique des années 1960 et en particulier sur le rôle que l'Etat algérien a joué, suite à son indépendance en 1962, dans les mouvements de libération des pays du continent africain». La partie centrale de l'œuvre, «For a brief instant the world was on fire II», est un diorama : une maquette échelle 1 du Salon de l'artiste dont l'environnement reflète son héritage africain.
La rétrospective révèle toute la diversité d'un itinéraire partagé entre trois pays, l'Algérie, la France et le Royaume-Uni, et d'une œuvre assurément politique qui privilégie le témoignage et les histoires familiales. De vidéos en diaporamas, de photographies en films, «Zineb Sedira réexamine nos histoires de résistance et notre capacité à susciter le changement aujourd'hui».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.