Présidentielle du 12 décembre: Taux de participation global de 39,93%    Présidentielle: l'annonce des résultats définitifs entre le 16 et le 25 décembre    OGC Nice: Atal, Vieira donne des précisions    Présidentielle: le taux de participation par wilayas annoncé à 15h    Bordj Bou Arréridj: changement du lieu de vote pour "harcèlements d'opposants" au scrutin (ANIE)    Bureaux de vote fermés, urnes saccagées    Brèves    Les citoyens hostiles au vote de plus en plus nombreux dans les rues d'Alger    Présidentielle: "une opportunité pour une nouvelle République fondée sur les jeunes"    L'Algérie condamne "avec la plus grande force" l'attaque contre l'armée au Niger    Nouveaux pourparlers de paix à Juba entre rebelles et Khartoum    Préserver cette institution de solidarité entre générations    Vers le report des 32es de finale de la Coupe d'Algérie    MCO : La voie royale pour les Oranais    Résiliation du contrat du gardien de but Salhi    Casoni viré, Mekhazni-Meguellati pour l'intérim    Ligue-Présidents de club professionnel : Le bras de fer éternel    Un an de prison dont 3 mois fermes contre le dessinateur «Nime»    Projet de traduction des plus importants écrits algériens en langue française    ACTUCULT    Est-ce un constat amer ou un brûlot ?    Bangkok en haut du classement    Cinq morts dans une attaque des shebab    Fin de la phase aller le 21 décembre    Air Algérie contrainte d'installer une cellule de crise    165 foyers raccordés au gaz naturel    La frontière algéro-tunisienne ne sera pas fermée    La circulation routière fortement perturbée    Un boycott inédit en perspective    Exportation de 460 000 tonnes de ciment    Eric Zemmour sera jugé le 22 janvier prochain    Le triptyque de l'édification de la citoyenneté    Ouverture de plusieurs ateliers et clubs artistiques et pédagogiques    Trois auteurs présentent leurs nouveautés au public    COP25 sur le climat : La protection de la nature cherche sa place    FAF - Coupe d'Algérie - 32èmes de finale: ASAM - JSK et CSC - NCM en tête d'affiche    Formation professionnelle : S'adapter aux évolutions    Constantine: Plus de 8.400 capsules de psychotropes saisies en moins de 10 jours    Dans la nuit de la prison d'El-Harrach    Maroc: Une pétition déposée au Parlement pour l'abrogation de lois "liberticides"    Relizane : Près de 6.400 employés dans le cadre du DAIP concernés par la confirmation    Polémique au Mali : Le chef de la Minusma à Kidal serait sur le départ    Afrique du sud : La Sud-Africaine Zozibini Tunzi est Miss Univers 2019    Gabon : L'opposant Jean Ping dénonce la " monarchisation de la République "    Tunisie : Les parlementaires doivent être à la hauteur de leur responsabilité    La voie de la vérité historique    Oran : L'ex-directeur de l'agence foncière de Bir El-Djir condamné à 3 ans de prison ferme    Patrimoine immatériel du sud: Des Hauts plateaux aux Oasis, la chanson saharienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le poids des contentieux affecte les rapports entre Alger et Paris : Des relations en clair-obscur
Publié dans El Watan le 22 - 06 - 2010

La visite de Claude Guéant, secrétaire général de l'Elysée, avant-hier à Alger, est venue « lever les malentendus et continuer la concertation entre les deux pays », nous a indiqué, hier, une source algérienne qui a requis l'anonymat. « Les intérêts communs sont tellement immenses que l'Algérie et la France ne peuvent pas se permettre de se tourner plus longtemps le dos », précisera notre source. D'ailleurs, M. Guéant n'a pas manqué de déclarer que les présidents Bouteflika et Sarkozy « souhaitent faire vivre l'amitié qui unit les deux pays avec plus d'intensité ». Sauf que du côté algérien, « on a voulu avoir un interlocuteur de poids et qui soit conforme à l'esprit des relations d'Etat à Etat » en parlant de la personne de Claude Guéant et en écorchant au passage Bernard Kouchner, ministre des Affaires étrangères.
Le ministre est devenu persona non grata depuis février dernier, après que le Journal du dimanche (JDD) lui eut demandé quand les relations entre les deux pays seraient réparées. « La génération de l'indépendance algérienne est encore au pouvoir. Après elle, ce sera peut-être plus simple », avait-il lâché sans aucune ambiguïté. La France a, donc, dépêché, un Claude Guéant, en poste depuis mai 2007 à l'Elysée et qui accompagne Sarkozy depuis huit ans, il a été son directeur de cabinet notamment au ministère de l'Intérieur, puis celui des Finances et son directeur de campagne à la présidentielle après que Jacques Chirac eut refusé de le nommer préfet de police. Mais M. Guéant a été, également, directeur général de la Police nationale en 1994, quand Charles Pasqua était ministre de l'Intérieur. De nombreux dossiers, qualifiés de sensibles, affectent les relations entre Alger et Paris. Les archives détenues par la France, l'affaire des moines de Tibhirine, celle du diplomate algérien Mohamed Ziane Hasseni, l'inscription de l'Algérie sur la liste des pays à risque dans le transport aérien et d'autres dossiers qui fâchent.
Mystère et coup de gueule
Du coup, les relations entre l'Algérie et la France ne peuvent se libérer du mystère qui les entoure et des coups de gueule des responsables des deux pays. Le président Liamine Zeroual avait refusé de croiser Jacques Chirac à New York en janvier 2007. Bouteflika est lynché médiatiquement pour s'être rendu en France lorsqu'il tombe malade, alors qu'il n'hésite pas à porter des critiques, parfois acerbes, contre ce pays. Des relations qui restent également marquées – malgré tous les discours officiels des deux côtés – par les séquelles de la période du terrorisme en Algérie. Le message crypté envoyé par Paris, durant les années 1990, disait du pouvoir algérien : « Passera pas le printemps (PPP) ». Et les décideurs algériens qui n'hésitaient pas à renvoyer sous forme cryptée également : « Passera plusieurs hivers (PPH) ». « Il y a beaucoup de choses qui se passent entre nos deux pays, beaucoup de choses », avait déclaré Bernard Kouchner en mai 2008 lors de sa visite à Alger. Aujourd'hui, « l'Algérie pèse par sa manne financière et c'est une raison majeure qui incite les Français à faire des mains et des pieds pour normaliser les relations bilatérales », nous indiquait, hier, une source du palais d'El Mouradia. Des relations qu'on avait cru normalisées pour un bon bout de temps, avec le traité d'amitié signé en mars 2003 après le bain de foule spontané et réel accueillant Jacques Chirac dans les rues d'Alger.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.