Un panel qui n'aura pas de sens si le mouvement populaire n'obtient pas satisfaction sur ses préalables    Pouvoir-opposition: Dialogue de sourds, divergences et risque de statuquo    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    Un bien détestable président    LE JUSTE MILIEU    Finale de la CAN 2019: Algérie-Sénégal, vendredi à 20h00: Rendez-vous avec l'histoire    ASMO - Malgré les instructions du wali: Le bricolage se poursuit    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Neuf individus arrêtés: Un trafic de véhicules et de faux et usage de faux démantelé    Remchi: 71 familles recasées dans le cadre du RHP    Le Hirak : ne pas brouiller son message nationaliste !    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    M. Chahar Boulakhras, P-DG de la Sonelgaz, à la Radio : "Nous avons connu un pic historique de 15 133 mégawatts"    CAN-2021: Tirage au sort ce jeudi au Caire    Récompense : Des tablettes des avancées technologiques du jeu remises aux quarts-de-finaliste    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Utilisation en ligne des techniques de sensibilisation à la protection de l'environnement: 30 étudiants de l'Est du pays en formation à El-Tarf    Alors que les citoyens dénoncent la suspension de l'AEP durant cette période caniculaire : Les responsables concernés restent imperturbables !    Sahel : Bamako salue le rôle «éminent» de l'Algérie    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Pour accompagner la dynamique nationale de développement : Nécessité de renforcer la production de l'énergie électrique    Le calvaire des usagers    Les Verts en quête d'une 2e étoile    Les résultats connus aujourd'hui    Création d'un comité de suivi    Mahdjoub Bedda placé sous mandat de dépôt    Les 13 personnalités du Forum civil    Les élues démocrates répondent à Trump    Constantine : les lauréats du concours Cheikh Abdelhamid-Benbadis récompensés    Real : Zidane sur le point de perdre 3 de ses joueurs favoris ?    MAHIEDDINE TAHKOUT : Zoukh de nouveau devant la Cour Suprême    Les C400X et C400GT arrivent    Ils seront plus de onze millions à la rentrée prochaine    Les étudiants résistent    Du 28 au 30 septembre à Tébessa    ACTUCULT    Une nouvelle initiative de dialogue lancée    Une statistique qui profite à l'Algérie avant la finale    Une médiation morte avant de commencer    Baisse drastique des réserves de change    Exposition collective d'arts plastiques    30 wilayas au Salon national des arts traditionnels et cultures populaires    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le poids des contentieux affecte les rapports entre Alger et Paris : Des relations en clair-obscur
Publié dans El Watan le 22 - 06 - 2010

La visite de Claude Guéant, secrétaire général de l'Elysée, avant-hier à Alger, est venue « lever les malentendus et continuer la concertation entre les deux pays », nous a indiqué, hier, une source algérienne qui a requis l'anonymat. « Les intérêts communs sont tellement immenses que l'Algérie et la France ne peuvent pas se permettre de se tourner plus longtemps le dos », précisera notre source. D'ailleurs, M. Guéant n'a pas manqué de déclarer que les présidents Bouteflika et Sarkozy « souhaitent faire vivre l'amitié qui unit les deux pays avec plus d'intensité ». Sauf que du côté algérien, « on a voulu avoir un interlocuteur de poids et qui soit conforme à l'esprit des relations d'Etat à Etat » en parlant de la personne de Claude Guéant et en écorchant au passage Bernard Kouchner, ministre des Affaires étrangères.
Le ministre est devenu persona non grata depuis février dernier, après que le Journal du dimanche (JDD) lui eut demandé quand les relations entre les deux pays seraient réparées. « La génération de l'indépendance algérienne est encore au pouvoir. Après elle, ce sera peut-être plus simple », avait-il lâché sans aucune ambiguïté. La France a, donc, dépêché, un Claude Guéant, en poste depuis mai 2007 à l'Elysée et qui accompagne Sarkozy depuis huit ans, il a été son directeur de cabinet notamment au ministère de l'Intérieur, puis celui des Finances et son directeur de campagne à la présidentielle après que Jacques Chirac eut refusé de le nommer préfet de police. Mais M. Guéant a été, également, directeur général de la Police nationale en 1994, quand Charles Pasqua était ministre de l'Intérieur. De nombreux dossiers, qualifiés de sensibles, affectent les relations entre Alger et Paris. Les archives détenues par la France, l'affaire des moines de Tibhirine, celle du diplomate algérien Mohamed Ziane Hasseni, l'inscription de l'Algérie sur la liste des pays à risque dans le transport aérien et d'autres dossiers qui fâchent.
Mystère et coup de gueule
Du coup, les relations entre l'Algérie et la France ne peuvent se libérer du mystère qui les entoure et des coups de gueule des responsables des deux pays. Le président Liamine Zeroual avait refusé de croiser Jacques Chirac à New York en janvier 2007. Bouteflika est lynché médiatiquement pour s'être rendu en France lorsqu'il tombe malade, alors qu'il n'hésite pas à porter des critiques, parfois acerbes, contre ce pays. Des relations qui restent également marquées – malgré tous les discours officiels des deux côtés – par les séquelles de la période du terrorisme en Algérie. Le message crypté envoyé par Paris, durant les années 1990, disait du pouvoir algérien : « Passera pas le printemps (PPP) ». Et les décideurs algériens qui n'hésitaient pas à renvoyer sous forme cryptée également : « Passera plusieurs hivers (PPH) ». « Il y a beaucoup de choses qui se passent entre nos deux pays, beaucoup de choses », avait déclaré Bernard Kouchner en mai 2008 lors de sa visite à Alger. Aujourd'hui, « l'Algérie pèse par sa manne financière et c'est une raison majeure qui incite les Français à faire des mains et des pieds pour normaliser les relations bilatérales », nous indiquait, hier, une source du palais d'El Mouradia. Des relations qu'on avait cru normalisées pour un bon bout de temps, avec le traité d'amitié signé en mars 2003 après le bain de foule spontané et réel accueillant Jacques Chirac dans les rues d'Alger.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.