Bruxelles ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    Maroc-Affaire des écoutes: le militant Omar Radi déplore une campagne de "salissage"    Bloqué à Johannesburg depuis 4 mois : L'énième cri de désespoir de Makhloufi    La DGSN commémore le 58e anniversaire de l'indépendance par un riche programme    Industriel public: recul de 6,7% de la production durant le 1er trimestre 2020    ALGER : 7909 logements AADL livrés le 5 juillet    Lancement d'une nouvelle version du site web officiel du MDN    Coronavirus : 441 nouveaux cas,311 guérisons et 6 décès en Algérie durant les dernières 24h    CORONAVIRUS ALGERIE : Benbouzid se prononce sur le ‘'reconfinement''    Décès du général-Major Hassen Alaïmia    FETE DE L'INDEPENDANCE ET DE LA JEUNESSE : Le président Tebboune décrète une nouvelle grâce présidentielle    441 nouveaux cas confirmés et 6 décès en Algérie    AFFLUENCE RECORD D'ESTIVANTS A ORAN : La plage de Kristel prise d'assaut    BANQUE D'ALGERIE : Emission de nouveaux billets et pièces de monnaie    Restes mortuaires des 24 martyrs: funérailles solennelles à la hauteur des sacrifices    Les restes mortuaires de 24 chefs de la Résistance populaire inhumés au Carré des martyrs du cimetière d'El-Alia    Un procès à huis clos !    Quels moyens pour respecter le protocole sanitaire ?    Laskri compte piloter une liste    Poussée populaire et promesse d'une nouvelle Algérie    Incertitudes sur le rituel du sacrifice du mouton    Sachez-que    Sept blessés lors d'une tentative d'attentat près du port de Mogadiscio    Trudeau hésite à aller à Washington pour un sommet sur le nouvel Aléna    Arrivée du cortège funèbre des restes de 24 chefs de la Résistance populaire au cimetière d'El-Alia    Les martyrs de la Mitidja : les oubliés de l'Histoire    La «longue liste» des auteurs retenus dévoilée    L'ONU cherche toujours un émissaire pour la Libye    L'Algérie et la France doivent affronter le problème de la Mémoire qui hypothèque les relations bilatérales    Un activiste devant la justice    Banque Mondiale : L'Algérie passe à la catégorie pays à revenu intermédiaire inférieur    "Oran doit s'attendre à un 4e pic de contamination"    26 décès et 1 500 personnes infectées    Benrahma inscrit un triplé contre Wigan    "Je ne spéculerai pas sur l'avenir de Messi"    Voici le contenu de la mise au point    Des dizaines de morts dans des combats en Syrie    Le témoignage glaçant d'un employé turc du consulat saoudien    MO Béjaïa: Club en quête d'assainissement    Meilleurs joueurs africains (1ère partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Chlef: La CNAS veut améliorer ses prestations    L'Emir Abdelkader : « Un guerrier, un homme d'Etat, un apôtre de la paix »    Nouvelles approches sur les crimes de «la Main rouge» contre les Algériens    A quoi sert un musée ?    Marche de la diaspora algérienne à Montréal    Les journalistes indésirables dans la salle d'audience    L'Algérie exportera 50 millions de gants vers l'Espagne    L'infrangible lien...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sahel : L'ONU alerte sur l'insécurité croissante au Mali
Publié dans El Watan le 06 - 01 - 2020

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a déploré, dans un récent rapport trimestriel sur le Mali remis aux membres du Conseil de sécurité, les retards politiques dans l'application de l'Accord de paix de 2015 et l'insécurité croissante dans un pays où «les groupes terroristes gagnent du terrain».
«Je suis préoccupé par les retards persistants dans la mise en œuvre de l'Accord de paix», a-t-il indiqué en évoquant les difficultés du «dialogue national inclusif» et «l'insécurité croissante à travers le pays, notamment le manque de redéploiement des forces de défense et de sécurité maliennes dans le Nord».
Antonio Guterres a précisé que «la nouvelle détérioration de la situation sécuritaire au Mali et dans la région du Sahel dans son ensemble est alarmante. Les groupes terroristes gagnent du terrain, tandis que les attaques contre les forces de sécurité nationales et internationales se poursuivent sans relâche». Selon son rapport, les pertes au sein de l'armée malienne, entre octobre et décembre, ont augmenté de 116% comparé aux trois mois précédents, avec 193 morts. Dans le même temps, 68 attaques contre la force de l'ONU Minusma ont été dénombrées, contre 20 au cours de la période précédente.
Le tableau que dresse l'ONU de la situation sécurité au Mali rejoint celui effectué récemment par le ministère allemand de la Défense qui estime aussi que «le cas du Mali est des plus alarmants». Dans une note classée secret défense, révélée par l'agence de presse DPA, les autorités allemandes soutiennent que les groupes terroristes y agissent en toute impunité, en partie avec l'appui des populations locales. La faible densité démographique et l'absence de l'Etat, ajoutent-elles, «favorisent le développement des activités terroristes et criminelles».
Le secrétaire général de l'ONU a noté aussi que, concernant le processus politique, «l'incertitude domine» sur les suites du dialogue national inclusif engagé par le pouvoir et son impact sur une réforme constitutionnelle. En décembre, des membres de la société civile et de la classe politique ont achevé une semaine de travaux par un appel à de nouvelles élections et à une révision de la Constitution.
Mais les discussions ont été boycottées par la plupart des partis de l'opposition, ce qui rend la démarche peu crédible. «Les divergences entre les principales parties prenantes sur l'orientation des discussions peuvent rendre difficile l'émergence de recommandations concrètes fondées sur un consensus», a ainsi estimé le chef de l'ONU.
Certains soulignent qu'une réforme constitutionnelle est indispensable pour entraîner des modifications institutionnelles.
D'autres mettent en avant le préalable de la création d'un Sénat comme le prévoit l'Accord de paix pour assurer la meilleure représentation des populations locales avant un changement de Constitution, a-t-il expliqué.





Mise en place d'une unité de forces spéciales : Berlin décline l'offre de Paris
Au Mali, les Français de la force «Barkhane» devront faire sans les Allemands. Dans une réponse à une question écrite posée par des députés de l'opposition du Bundestag, le gouvernement d'Angela Merkel a confirmé avoir décliné la proposition française de construire une coalition internationale contre les groupes terroristes qui sévissent au Sahel, précise le quotidien Le Figaro sur son site. Le texte, datant de novembre, a été révélé la semaine dernière par l'agence de presse allemande DPA. «Le ministère de la Défense a répondu par un refus à la demande de la France d'un soutien à la construction d'une unité de forces spéciales (Combined Joint Special Operations Task Force/CJSOTF), qui était aussi adressée à d'autres nations européennes», selon des extraits cités par les médias allemands et relayés par Le Figaro. Quelques semaines plus tard, une deuxième «demande identique» a aussi été «refusée», précise le gouvernement dans sa réponse aux élus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.