Montpellier : Delort retourne le couteau dans la plaie du PSG    Sétif: démantèlement d'un réseau de trafic de pièces archéologiques datant de l'époque romaine    Une délégation de l'APN prend part à la 14e session de l'APM à Athènes    Le ministère du Commerce disposé à apporter toute l'aide nécessaire aux éleveurs    Libye: le règlement de la crise est lié à l'engagement des parties libyennes    Presse électronique: nécessaire régularisation juridique pour mettre fin aux "ambiguïtés"    ACCIDENTS DE LA CIRCULATION : 45 décès et 1494 blessés en une semaine    Mouvement de protestation du PNC: poursuite des perturbations des vols d'Air Algérie    OUVERTURE D'UN CONSULAT IVOIRIEN AU SAHARA OCCIDENTAL : L'Algérie dénonce une violation du droit international    RECUPERATION DES FONDS TRANSFERES VERS L'ETRANGER : Un dispositif sous tutelle du ministère de la Justice    LOGEMENTS AADL : Nasri ordonne la finalisation des projets programmés    LUTTE CONTRE LE COMMERCE INFORMEL DES OISEAUX PROTEGES : Vers l'installation d'une commission mixte à Oran    ORAN : Saisie de plus de 58 tonnes de tabac à chiquer    Ferhat Ait Ali charge les opérateurs de l'électroménager    Ennahda, «l'homme malade» de la politique tunisienne    L'an II de la révolution algérienne .Les mots du Hirak    Le procès de l'ancien DGSN, Abdelghani Hamel, reporté au 11 mars    Hausse des frais du visa aux consulats algériens    Les Sang et Or n'y arrivent plus    L'année du sacre du Chabab ?    Belhocini file en tête avec 10 buts    "C'est frustrant d'avoir perdu deux points face au PAC"    Le Targui    À tout jamais…    Un an d'assiduité au hirak    Poutine limoge l'un de ses conseillers emblématiques    La communauté indigène visée par un autre assassinat    Lancement prochain d'une opération de pêche préventive    Près de 1 900 morts, mais l'OMS se veut rassurante    Mandat d'arrêt contre 700 personnes pro-Gulen    ACTUCULT    Exposition géante sur la guerre d'Algérie dans l'Oise    Mouni Benkhodja expose le "Corpo" et ses tourments    L'engagement de Mouloud Feraoun durant la guerre en débat    Graeme Allwright : l'âme des «protest singers» en France    LFP/Sanctions : Cinq entraîneurs suspendus    Le Président Tebboune reçoit le Directeur du département Moyen-Orient, Afrique du Nord et Asie centrale au FMI    El-Bayadh - Projets en retard : des responsables mis en demeure    Tiaret: Des distributeurs automatiques hors service    Plus de 207 km de fibre optique réalisés en 2019    Amnesty Algérie: Le Hirak, une mobilisation «exceptionnelle»    Procès de Kaddour Chouicha à Oran: Verdict le 3 mars    En réaction à la «répression policière»: Les enseignants du primaire appellent à une action nationale    Blida: 15.400 logements en construction à Meftah    Tlemcen: Une caravane pas comme les autres dans les écoles    Un charnier découvert dans la Ghouta orientale    Tebboune relence le débat sur lamémoire    "Je ne suis pas mort"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La cotation du Sahara Blend algérien perd près de 7 dollars
En raison d'un repli du marché pétrolier en 2019
Publié dans El Watan le 18 - 01 - 2020

Le Sahara Blend se classe au sixième rang en termes de valeur de cotation en 2019, après l'angolais Girassol (66,11 dollars/baril), le guinéen équatorial Zafiro (65,74 dollars/baril), le nigérian, Bonny light (65,63 dollars/baril), le saoudien Arab light (64,96 dollars/baril), et l'émirati Murban (64,72 dollars/baril).
Dans un contexte de repli général des prix sur le marché pétrolier mondial en 2019, la cotation du Sahara Blend, référence algérienne sur le marché londonien, a baissé de près de 7 dollars, selon le dernier rapport de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) répercuté par l'APS.
L'OPEP indique que le cours du brut algérien, s'est établi à 64,49 dollars le baril, en raison du ralentissement de la demande sur les marchés internationaux sous l'effet, notamment, de la guerre commerciale. Elle précise que la moyenne annuelle des prix du brut algérien est passée de 71,44 dollars/baril en 2018 à 64,49 dollars en 2019, soit une baisse de 6,95 dollars/baril (-9,72%).
Le Sahara Blend se classe au sixième rang en termes de valeur de cotation en 2019, après l'angolais Girassol (66,11 dollars/baril), le guinéen équatorial Zafiro (65,74 dollars/baril), le nigérian, Bonny light (65,63 dollars/baril), le saoudien Arab light (64,96 dollars/baril), et l'émirati Murban (64,72 dollars/baril). Il est à savoir que le prix du brut algérien est établi en fonction des cours du Brent, référence de la mer du Nord, avec une prime additionnelle pour ses qualités physico-chimiques.
Sur le mois de décembre, le prix du pétrole algérien a progressé toutefois de 4,24 dollars pour atteindre 68,10 dollars/baril contre 63,96 dollars en novembre. Cette hausse de 6,6% s'explique notamment par l'optimisme affiché fin 2019, quant aux perspectives des fondamentaux du marché pétrolier, à la suite de l'apaisement des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine et de la poursuite des efforts de stabilisation du marché menés par l'OPEP et ses alliés. Ces évolutions ont tiré le prix du panier de l'OPEP à la hausse pour atteindre en décembre 66,48 dollars le baril, le prix le plus élevé depuis avril 2019.
S'agissant de la cotation annuelle pour 2019, l'Organisation indique, dans son rapport mensuel, que le prix moyen du panier de l'OPEP a baissé de 5,74 dollars (-8,2%) par rapport à 2018, pour s'établir à 64,04 dollars/baril.
Il s'agit, selon la même source, du niveau le plus bas en trois ans, pour le panier de l'OPEP. «Les prix du pétrole ont subi une pression sur l'année en raison du conflit commercial entre les Etats-Unis et la Chine, qui a contribué à affaiblir l'économie mondiale et à ralentir la croissance de la demande de pétrole en 2019», est-il noté dans le rapport de l'OPEP. En outre, la croissance rapide de l'offre de pétrole hors OPEP, en particulier de la production de schiste américain, qui a augmenté plus que la croissance de la demande mondiale de pétrole au cours de l'année, a également pesé sur les prix du pétrole, souligne l'organisation.
Le rapport de l'OPEP indique, par ailleurs, que la production de l'Algérie, en 2019, a atteint 1,023 million de barils par jour (mbj), soit une légère baisse de 17 000 barils par rapport à la production moyenne de 2018 (1,040 mbj). Globalement, les pays de l'Organisation ont produit 29,860 mbj en 2019, contre 31,860 mbj en 2018, selon des sources secondaires.
Ainsi, l'OPEP a retiré effectivement du marché 2,004 millions des marchés internationaux, en application de l'accord de baisse signé avec dix producteurs non membres de l'Organisation, à leur tête la Russie. Sur le mois de décembre, l'OPEP a produit 29,444 mb, en baisse de 161 000 barils/jour comparativement à novembre. Concernant ses prévisions pour l'année 2020, l'OPEP a révisé à la hausse la croissance de la demande de pétrole de 0,14 mbj par rapport aux estimations du mois précédent.
La croissance devrait s'établir à 1,22 mbj, reflétant principalement une amélioration des perspectives économiques pour 2020. En conséquence, la demande mondiale totale de pétrole devrait passer de 99,77 mbj en 2019 à 100,98 mbj en 2020, selon le rapport mensuel de l'OPEP.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.