Mancity : Guardiola fait une annonce de taille pour son avenir    Nécessité pressante d'un réseau d'assainissement pour la zone industrielle de Hassi Ameur    Man City : Sterling est fan de Zidane    Centre nautique d'Oran: piscines dotées de bassins en Inox, une première en Afrique    Arbitrages d'investissement: l'Algérie est dotée des outils pour sanctuariser les intérêts de l'Etat    Tebboune évoque la fermeture des frontières avec le Maroc    DANS UNE ENTREVUE ACCORDEE A UNE CHAINE DE TELEVISION RUSSE : Tebboune nie toute exploitation du gaz de schiste    Mohamed Bedjaoui impliqué lui aussi    MOSTAGANEM : Les distributeurs de lait ne décolèrent pas    PROMOTION DU DIALOGUE SOCIAL : Une nouvelle approche pour le règlement des contentieux    LUTTE CONTRE LE DISCOURS DE HAINE : Zeghmati présente l'avant-projet de loi    FRANCE : Quatre frères et sœurs algériens arrêtés à Bordeaux    Football/Professionnalisme: "Les pouvoirs publics s'engagent à prendre en charge les doléances des clubs"    L'Afrique du Sud continuera à exhorter le Maroc à respecter les résolutions de l'ONU sur le Sahara occidental    Haftar menace de s'opposer militairement à la Turquie    Vers le déploiement d'une mission de l'UA    Revoilà l'ingérence russe !    «Le Hirak a sauvé l'Etat national de l'effondrement»    Marche des robes noires aujourd'hui à Béjaïa    Montréal aux couleurs algériennes    "Depuis le 22 février 2019, le peuple algérien s'est autonomisé"    Serport annonce ses grands projets    Choc des extrêmes à Biskra    Résonances autour d'une année de contestations    Fausses adresses    15 732 personnes prises en charge par l'Onaea    Constantine : les habitants du quartier Rahmani-Achour protestent    L'espace attenant au siège de la daïra d'El-Milia squatté    ACTUCULT    L'œuvre visionnaire d'un écrivain engagé    "Mon art est un langage de liberté et de solidarité"    Mort du DJ et producteur britannique Andrew Weatherall    Avec la série Hunters, la chasse aux nazis prend des accents «comics»    Mouloudia d'Alger : Neghiz sera sur le banc face à l'USMA    Report du derby USMA – MCA : Une décision politique    En bref…    Fin en vue du blocage politique en Tunisie    Transport ferroviaire : Un secteur à la traîne    Arrêt de l'importation des kits CKD/SKD : Abdelmadjid Tebboune met fin au «montage» automobile    Le pianiste Simon Ghraichy anime un récital    70e Berlinale : Projection de Nardjes A…, un documentaire sur le hirak    La statue de Constantin dans un état lamentable    Hassi bounif: 160 kilos de viandes rouge et blanche et 105 kilos d'abats saisis    80 employés du PNC et 7 syndicalistes licenciés: Reprise des vols d'Air Algérie    Publicité, presse électronique, professionnalisation...: Les promesses de Belhimer    La CHine lancerait les premiers tests sur l'homme fin avril    Le PNC suspend sa grève    4morts et 32 blessés en 24 heures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le baril algérien a perdu près de 7 dollars en 2019
Pétrole
Publié dans Le Midi Libre le 18 - 01 - 2020

Les cours du brut algérien, le Sahara Blend, ont perdu près de sept dollars en 2019, s'établissant à 64,49 dollars le baril, en raison du ralentissement de la demande sur les marchés internationaux sous l'effet, notamment de la guerre commerciale.
Les cours du brut algérien, le Sahara Blend, ont perdu près de sept dollars en 2019, s'établissant à 64,49 dollars le baril, en raison du ralentissement de la demande sur les marchés internationaux sous l'effet, notamment de la guerre commerciale.
Selon le dernier rapport mensuel de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), la moyenne annuelle des prix du brut algérien est passée, de 71,44 dollars/baril en 2018 à 64,49 dollars en 2019, soit une baisse de 6,95 dollars/baril (-9,72%). Le Sahara Blend a été le sixième brut le plus cher en 2019, après l'Angolais Girassol (66,11 dollars/ baril), le Guinéen équatorial Zafiro (65,74 dollars/baril), le Nigerian Bonny light (65,63 dollars/baril), le Saoudien Arab light (64,96 dollars/baril), et l'Emirati Murban (64,72 dollars/baril).
Le prix du brut algérien est établi en fonction des cours du Brent, brut de référence de la mer du Nord, côté sur le marché de Londres, avec une prime additionnelle pour ses qualités physico-chimiques appréciées par les raffineurs. La baisse du Sahara Blend intervient dans un contexte de repli général des prix au marché pétrolier mondial, en 2019. Le prix moyen du panier de l'Opep a baissé de 5,74 dollars (-8,2%) par rapport à 2018, pour s'établir à 64,04 dollars/baril. Il s'agit du niveau le plus bas en trois ans pour le panier de l'Opep, selon la même source. "Les prix du pétrole ont subi une pression sur l'année, en raison du conflit commercial entre les Etats-Unis et la Chine, qui a contribué à affaiblir l'économie mondiale et à ralentir la croissance de la demande de pétrole en 2019", est-il noté dans le rapport de l'Opep. En outre, la croissance rapide de l'offre de pétrole hors Opep, en particulier de la production de schiste américain, qui a augmenté plus que la croissance de la demande mondiale de pétrole au cours de l'année, a également pesé sur les prix du pétrole, souligne l'Organisation.
Sur le mois de décembre seul, le prix du pétrole algérien a progressé toutefois, de 4,24 dollars pour atteindre 68,10 dollars/ baril contre 63,96 dollars en novembre. Cette hausse de 6,6% s'explique notamment, l'optimisme affiché fin 2019 quant aux perspectives des fondamentaux du marché pétrolier, à la suite de l'apaisement des tensions commerciales entre les Etats- Unis et la Chine, et de la poursuite des efforts de stabilisation du marché, menés par l'Opep et ses alliés.Ces évolutions ont tiré le prix du panier de l'Opep à la hausse, pour atteindre en décembre 66,48 dollars le baril, le prix le plus élevée depuis avril 2019. Le rapport de l'Opep indique, par ailleurs, que la production de l'Algérie en 2019, a atteint 1,023 million de barils par jour (Mbj), soit une légère baisse de 17.000 barils, par rapport la production moyenne de 2018 (1,040 Mbj). Globalement, les pays de l'organisation ont produit 29,860 Mbj en 2019, contre 31,860 Mbj en 2018, selon des sources secondaires.
Ainsi, l'Opep a retiré effectivement du marché, 2,004 millions des marchés internationaux, en application de l'accord de baisse signé avec dix producteurs nonmembres de l'Organisation, à leur tête la Russie. Sur le mois de décembre seul, l'Opep a produit 29,444 Mb, en baisse de 161.000 barils/jour, comparativement à novembre. Concernant ses prévisions pour l'année 2020, l'Opep a révisé à la hausse la croissance de la demande de pétrole de 0,14 Mbj, par rapport aux estimations du mois précédent. La croissance devrait s'établir à 1,22 Mbj, reflétant principalement une amélioration des perspectives économiques pour 2020. En conséquence, la demande mondiale totale de pétrole devrait passer de 99,77 Mbj en 2019, à 100,98 Mbj en 2020, selon le rapport mensuel de l'Opep.
Selon le dernier rapport mensuel de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), la moyenne annuelle des prix du brut algérien est passée, de 71,44 dollars/baril en 2018 à 64,49 dollars en 2019, soit une baisse de 6,95 dollars/baril (-9,72%). Le Sahara Blend a été le sixième brut le plus cher en 2019, après l'Angolais Girassol (66,11 dollars/ baril), le Guinéen équatorial Zafiro (65,74 dollars/baril), le Nigerian Bonny light (65,63 dollars/baril), le Saoudien Arab light (64,96 dollars/baril), et l'Emirati Murban (64,72 dollars/baril).
Le prix du brut algérien est établi en fonction des cours du Brent, brut de référence de la mer du Nord, côté sur le marché de Londres, avec une prime additionnelle pour ses qualités physico-chimiques appréciées par les raffineurs. La baisse du Sahara Blend intervient dans un contexte de repli général des prix au marché pétrolier mondial, en 2019. Le prix moyen du panier de l'Opep a baissé de 5,74 dollars (-8,2%) par rapport à 2018, pour s'établir à 64,04 dollars/baril. Il s'agit du niveau le plus bas en trois ans pour le panier de l'Opep, selon la même source. "Les prix du pétrole ont subi une pression sur l'année, en raison du conflit commercial entre les Etats-Unis et la Chine, qui a contribué à affaiblir l'économie mondiale et à ralentir la croissance de la demande de pétrole en 2019", est-il noté dans le rapport de l'Opep. En outre, la croissance rapide de l'offre de pétrole hors Opep, en particulier de la production de schiste américain, qui a augmenté plus que la croissance de la demande mondiale de pétrole au cours de l'année, a également pesé sur les prix du pétrole, souligne l'Organisation.
Sur le mois de décembre seul, le prix du pétrole algérien a progressé toutefois, de 4,24 dollars pour atteindre 68,10 dollars/ baril contre 63,96 dollars en novembre. Cette hausse de 6,6% s'explique notamment, l'optimisme affiché fin 2019 quant aux perspectives des fondamentaux du marché pétrolier, à la suite de l'apaisement des tensions commerciales entre les Etats- Unis et la Chine, et de la poursuite des efforts de stabilisation du marché, menés par l'Opep et ses alliés.Ces évolutions ont tiré le prix du panier de l'Opep à la hausse, pour atteindre en décembre 66,48 dollars le baril, le prix le plus élevée depuis avril 2019. Le rapport de l'Opep indique, par ailleurs, que la production de l'Algérie en 2019, a atteint 1,023 million de barils par jour (Mbj), soit une légère baisse de 17.000 barils, par rapport la production moyenne de 2018 (1,040 Mbj). Globalement, les pays de l'organisation ont produit 29,860 Mbj en 2019, contre 31,860 Mbj en 2018, selon des sources secondaires.
Ainsi, l'Opep a retiré effectivement du marché, 2,004 millions des marchés internationaux, en application de l'accord de baisse signé avec dix producteurs nonmembres de l'Organisation, à leur tête la Russie. Sur le mois de décembre seul, l'Opep a produit 29,444 Mb, en baisse de 161.000 barils/jour, comparativement à novembre. Concernant ses prévisions pour l'année 2020, l'Opep a révisé à la hausse la croissance de la demande de pétrole de 0,14 Mbj, par rapport aux estimations du mois précédent. La croissance devrait s'établir à 1,22 Mbj, reflétant principalement une amélioration des perspectives économiques pour 2020. En conséquence, la demande mondiale totale de pétrole devrait passer de 99,77 Mbj en 2019, à 100,98 Mbj en 2020, selon le rapport mensuel de l'Opep.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.