"Les choses commencent à s'apaiser"    Tebboune, à coeur ouvert    Le PNC suspend sa grève    Les défis de l'Algérie 2020-2025, selon Mebtoul    La LFP maintient à son tour la 20e journée pour aujourd'hui    Ronaldo adoube Mbappé !    4morts et 32 blessés en 24 heures    La CHine lancerait les premiers tests sur l'homme fin avril    L'AS Roma vise un jeune buteur brésilien    Tournoi international ITF juniors-Tableau double: le Chypriote Chapides et l'Espagnol Salmeron sacrés    Le conteur Mahi Seddik au 3e Festival du conte de Larache (Maroc)    TSA nous menace de poursuites judiciaires pour avoir publié l'interview de Mr Hadj Nacer sans “autorisation”.    Un 53e vendredi grandiose à Alger    Foot/Coupe arabe des nations U20: l'Algérie bat la Palestine 1-0    REVISION DE LA CONSTITUTION : Le projet prêt d'ici le début de l'été    EX-MINISTRES ET WALIS CITES DANS DES AFFAIRES DE CORRUPTION : La justice retient des charges contre d'anciens responsables    AIR ALGERIE : Le PNC décide la suspension de la grève    L'Espagne dispute à l'Algérie ses eaux territoriales    MOSTAGANEM : Le chef de cabinet de la wilaya placé sous mandat de dépôt    MASCARA : La BRI arrête 4 dealers à Tighennif    MASCARA : Un mort sur la RN 14    TIARET : Saisie de 195 kg de viande congelée impropre à la consommation    LE 22 FEVRIER DECRETE JOURNEE NATIONALE : 1er anniversaire du hirak, tout a changé    M'sila: inhumation du poète et chercheur Ayache Yahiaoui à Ain Khadra    Boxe/Tournoi pré-olympique: élimination de Sara Kali en 8es de finale    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    La réponse du clan Neymar à la déclaration de Messi    Slimane Laïchour. officier de l'ALN, messager de Krim Belkacem, Mohamedi Saïd et le colonel Amirouche : «Le maquis est une leçon de courage, d'humilité, une leçon de la mort, mais aussi une leçon de la vie»    Le pianiste Simon Ghraichy anime un récital à Alger    Psychotropes: impératif de revoir la loi de 2004    Journée nationale de la fraternité: instances et partis valorisent la décision du Président Tebboune    Bendouda s'entretient avec l'ambassadeur de Russie sur l'ouverture de centres culturels    CRAAG: Secousse de magnitude 4.3 degrés enregistrée à Jijel    Promotion du dialogue social: une nouvelle approche pour le règlement des contentieux    2020, an II de la nouvelle Algérie    Président Tebboune: l'Algérie peut jouer le rôle d'un arbitre "impartial" dans la crise libyenne    Syrie: la vie reprend son cours normal à Alep et Idleb à l'aune des victoires de l'armée    Polisario: "le Maroc n'est qu'une puissance militaire occupante" du Sahara occidental    Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée    L'UA encourage le Mali à dialoguer avec les chefs terroristes    Khalifa Haftar reçu par le ministre russe de la Défense    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    Les chemins vers l'art    …sortir ...sortir ...sortir ...    La femme, une icône du pacifisme de la révolution    Travaux de maintenance du réseau électrique: Des perturbations dans l'alimentation électrique dans trois communes    Es Sénia: Plus de 158 tonnes de tabac à chiquer saisies    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les procès de l'année 2019 sans aucun effet
Classement de l'Algérie dans l'Indice de perception de la corruption
Publié dans El Watan le 26 - 01 - 2020

Le classement de Transparency International pour l'année 2019, rendu public à la fin de la semaine écoulée, révèle encore une fois que les mesures de lutte contre le phénomène de la corruption entreprises par les pouvoirs publics ont montré leurs limites et n'aboutissent pas à des résultats efficients.
L'Algérie est toujours aussi mal classée dans l'indice de perception de la corruption établi par l'ONG Transparency International. Avec une 106e place mondiale sur 180 pays examinés, l'Algérie maintient une image de pays à forte présence des pratiques de corruption dans les secteurs public et privé.
Le classement de Transparency International pour l'année 2019, rendu public à la fin de la semaine écoulée, révèle encore une fois que les mesures de lutte contre ce phénomène entreprises par les pouvoirs publics ont montré leurs limites et n'aboutissent pas à des résultats efficients. L'année 2019 a pourtant été celle des mises en détention de hauts responsables de l'Etat ainsi que des oligarques ayant bénéficié de marchés douteux et de largesses de la part du Trésor public.
Des sommes colossales ont été dévoilées lors des premiers procès ayant concerné la gestion du secteur de l'automobile et de l'immobilier. D'anciens Premiers ministres et ministres ont été condamnés à des peines allant jusqu'à 15 années d'emprisonnement pour «corruption» et «abus de pouvoir».
Ces épisodes et chroniques judiciaires n'ont toutefois pas eu d'impact sur le classement de l'Algérie, qui a même réussi à perdre une place par rapport à son classement de l'année 2018, où elle était à la 105e position. Est-ce à dire que le phénomène de corruption est au cœur même du fonctionnement du système et faire tomber des têtes ne suffit pas à endiguer ce mal ?
C'est en tout cas ce que suggère ce classement, qui confirme l'inefficience des mécanismes de lutte existants en Algérie, qui semblent être loin de répondre aux exigences d'une lutte efficace et aboutissant à des résultats.
Le secteur de la justice est ainsi mis à l'index car n'arrivant pas à mener une chasse en profondeur contre ce phénomène prenant racine dans tous les secteurs d'activité et les administrations.
L'indice de Transparency International octroie un score de 35 points sur 100 à l'Algérie sur une échelle de perception de la corruption allant d'un score de 0 pour l'extrême corruption à 100 pour un pays sans corruption. Ce faible score assène une gifle à l'appareil judiciaire, qui est appelé à réformer ses méthodes de lutte et à s'autonomiser du pouvoir exécutif.
L'Algérie partage, dans le classement de Transparency International, la 106e place avec l'Albanie, le Brésil, la Mongolie, la Côte d'Ivoire, la Macédoine du Nord et l'Egypte. Alors que ses voisins les plus proches, à savoir la Tunisie et le Maroc, obtiennent des scores moins calamiteux avec respectivement la 74e et la 80e places pour cette année 2019.
La Chine partage avec le Maroc la 80e position alors que Cuba arrive à 60e place. L'Ethiopie est, quant à elle, classée à 96e place alors que le Sri Lanka est à la 93e. Dans le monde arabe, les Emirats arabes unis sont classés 21e sur 180 pays, devançant la France et les Etats-Unis classés pour leur part en 23e position. En tête du classement, le Danemark et la Nouvelle-Zélande, avec un score de 87 points sur 100.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.