Le Président Tebboune affirme qu'il "fera face aux lobbies ciblant l'ANP par des campagnes désespérées"    Conseil de la Nation: adoption à l'unanimité du texte de loi de finances complémentaire 2020    Conseil de la nation: la préservation du caractère social de l'Etat dans le PLFC 2020 saluée    Le comité scientifique, seul "habilité à donner le feu vert pour la levée ou pas du confinement"    Chemseddine autorisé à revenir sur Ennahar TV    La famille Nezzar poursuivie pour évasion fiscale !    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Deux terroristes neutralisés en mai dernier    DOCUMENTAIRE DIFFUSEE PAR FRANCE 5 SUR LE HIRAK : Le RND dénonce une campagne tendancieuse    MOSTAGANEM : Le non-port du masque, une infraction pouvant être érigée en délit    LUTTE CONTRE LE COVID19 : La wilaya d'Oran interdit l'accès aux plages    AIN TEMOUCHENT : Deux filles membres d'un réseau de passeurs    LE PRESIDENT TEBBOUNE EN VISITE AU MDN : Le siège de l'état-major baptisé au nom de feu Gaid Salah    Ligue1 algérienne-USM Alger: Zeghdoud évasif sur son avenir    L'envoi de troupes de l'ANP en dehors des frontières ne remet pas en cause la doctrine de non ingérence de l'Algérie    «Tebboune s'est engagé à libérer Tabbou et Benlarbi»    Plan d'annexion en Cisjordanie: la Fédération internationale des syndicats condamne la démarche israélienne    La BM retire des cartes géographiques du Maroc incluant illégalement le Sahara occidental    Le Zimbabwe convoque l'ambassadeur américain à Harare    L'Amérique brûle    Un webinaire interactif pour la région Mena    Réunion du Bureau Fédéral de la FAF : La reprise des activités liée à la levée du confinement    Milan AC (Italie) : L'Algérien Bennacer intransférable pour le futur entraîneur    L'Epreuve    L'infrangible lien…    Les remplaçants acceptent, les titulaires refusent    Les frais de transport des dépouilles à la charge de l'état    Une bonne nouvelle pour le marché pétrolier    Baadji Abou-El-Fadhl confiné chez lui    Mustapha Hamici, nouveau directeur général    8 décès et 119 nouveaux cas en 24 heures    Les écoles privées rappelées à l'ordre    246 autorisations accordées en 2019    Le référendum constitutionnel fixé au 1er juillet    Le journaliste Henri de Grandmaison tire sa révérence    "Je pense porter plainte pour manipulation"    De l'orientation sociale du savoir au contrôle de la société    Fresque murale vandalisée à Alger-Centre : «Abu rouleau» rentre dans l'art    Grèce : Plus de 11 000 réfugiés seront expulsés    Récits de Miel et de Sang, ou le voyage dans le temps    Allemagne: Quatrième passe décisive pour Bensebaïni    Football - Agents de joueurs: Entre affairisme et parfaite illégalité !    EHS Canastel: Vingt-deux enfants atteints du Covid-19 pris en charge    Ce que prépare le gouvernement...    Les amendements introduits    Boukadoum: Oeuvrer sans relâche à redonner à l'Algérie la place qui lui sied    Le premier document juridique en version amazighe dédié aux droits de l'enfance, publié    La mort au temps du corona    Les violentes manifestations se poursuivent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Libye : Haftar rompt la trêve et lance une offensive contre Misrata
Publié dans El Watan le 28 - 01 - 2020

Misrata est la deuxième plus grande ville de Libye l Elle abrite de puissantes milices qui sont opposées au gouvernement de Tobrouk et jouent un rôle de premier plan dans la défense du GNA.
Régulièrement violée depuis son annonce le 12 janvier dernier, la trêve, observée par les protagonistes de la crise libyenne à la demande de la Russie et de la Turquie, a complètement volé en éclats dimanche après l'offensive menée par les éléments de l'Armée nationale libyenne (ANL), dirigée par le général à la retraite Khalifa Haftar, contre des localités proches de Misrata, ville alliée au gouvernement d'union nationale (GNA) de Tripoli.
Les affrontements sont intervenus quelques heures après seulement que les Nations unies eurent dénoncé des «violations flagrantes et persistantes» par plusieurs pays de l'embargo sur les armes imposé à la Libye depuis 2011. Ces violations vont à l'encontre de la promesse faite par plusieurs pays, la semaine dernière lors du sommet de Berlin sur la Libye, de respecter cet embargo et de contribuer à consolider la trêve dans ce pays déchiré par la guerre depuis 9 années.
Deux gouvernements rivaux, l'un basé à l'ouest et l'autre à l'est, chacun soutenu par diverses milices armées et des bailleurs de fonds étrangers, se disputent le pouvoir en Libye depuis plusieurs mois. Reconnu par la communauté internationale, le gouvernement d'union nationale (GNA) est établi à Tripoli et dirigé par le Premier ministre Fayez Al Sarraj. Il est soutenu par la Turquie et dans une moindre mesure le Qatar et l'Italie.
Le gouvernement rival de Tobrouk, dont dépend Khalifa Haftar, reçoit quant à lui le soutien des Emirats arabes unis, de la France, de l'Arabie Saoudite et de l'Egypte, ainsi que de la Russie. Depuis avril dernier, il assiège la ville de Tripoli dans le but de renverser Fayez Al Sarraj.
Les forces de Khalifa Haftar ont, selon le bureau des médias des forces alliées au GNA, avancé d'environ 120 kilomètres à l'est de Misrata et sont arrivées non loin de la ville d'Abou Grain. Le porte-parole des forces du gouvernement d'union, le colonel Mohamad Gnounou, a déclaré dans un communiqué publié en ligne que «les violations répétées de Haftar de la trêve rendent le cessez-le-feu inutile». Pour le GNA, l'attaque perpétrée dimanche par l'ANL dans la banlieue de Misrata prouve encore une fois que Khalifa Haftar ne veut pas d'un règlement politique et pacifique de la crise. Son but, ajoute-t-on, demeure toujours de prendre le contrôle de Tripoli par la force.
Dans le camp «ennemi», un responsable des forces de l'ANL a déclaré sous le couvert de l'anonymat que «l'ANL a pris le contrôle de deux localités proches de Misrata, Qaddaheya et Ouadi Zamzam». Le porte-parole de l'Armée nationale libyenne, Ahmed Al Mesmari, a quant à lui soutenu l'idée, lors d'une conférence de presse, que l'offensive de l'ANL contre Abou Grain était une «frappe préventive limitée pour atteindre certains objectifs». Une frappe décidée, a-t-il ajouté, «après que l'ANL ait reçu des informations selon lesquelles les milices alliées à Tripoli se préparaient à attaquer dans la zone».
Misrata est la deuxième plus grande ville de Libye. Elle abrite de puissantes milices qui sont opposées au gouvernement de Tobrouk et qui jouent un rôle de premier plan dans la défense du GNA. Sans ce soutien, il y a peut-être longtemps que la ville de Tripoli serait tombée entre les mains de Khalifa Haftar. Dans un message posté sur son compte tweeter, Jalel Harchaoui, expert à l'Institut néerlandais des relations internationales, estime que l'avancée des troupes de Khalifa Haftar vers Misrata est une manœuvre destinée à éloigner les milices misraties de Tripoli.
Le chercheur pense que si cela venait à se produire, le gouvernement soutenu par l'ONU deviendrait plus vulnérable. Début janvier, les forces de Haftar s'étaient déjà emparées de Syrte, ville située à environ 370 kilomètres à l'est de Tripoli. Selon des responsables américains, les percées de Khalifa Haftar dans l'Ouest libyen n'ont été rendues possibles que grâce à l'appui de centaines de mercenaires russes, soudanais et tchadien.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.