Algérie-Arabie Saoudite: des perspectives prometteuses pour le renforcement de la coopération bilatérale    Nécessité d'identifier les passagers du vol transportant l'italien atteint du coronavirus    L'instance présidentielle veut mettre fin aux dysfonctionnements du parti    Une médaille pour le hirak à Montréal    Oran : 2 mois de prison requis contre Affif Abderrahmane    Dans le désordre    «Nous devons d'abord évaluer notre potentiel»    La Libye en tête des préoccupations    À quand l'accès au hall d'attente ?    Conférence sur le développement des routes et des transports en Afrique    La chambre d'accusation renvoie le dossier au 3 mars    Sanders confirme son avantage face à Biden    Doute sur la tenue du sommet quadripartite sur la Syrie    L'ONU dénonce la violence israélienne en Cisjordanie    Un changement pour la route    Le projet de Jaguar Land Rover    Une boîte automatique intelligente    Le Doyen ressuscité    Aït Djoudi optimiste malgré la situation du club    Le choc de titans    Les Canaris préparent le Chabab à Tigzirt    L'Algérie classée dans le Top-10 par Campus France    Le Targui    Seddik Chihab conteste son exclusion    Tarte pommes, amandes et chocolat    ACTUCULT    Des témoignages poignants sur la Guerre d'Algérie    "Intertextualité et conversation dans l'œuvre de Kateb Yacine"    Lettre écrite par Tahar Djaout après la mort de Mouloud Mammeri (25 février 1989) et publiée par Awal    Coup de mou chez Scorsese    Affluence du public    COA: les membres du Comité exécutif rejettent une démission "verbale" de Berraf    Constitution: l'université a un rôle "pivot" dans l'encadrement du débat de la société    Boxe/Tournoi pré-olympique: Houmri et Bouloudinats passent en demi-finale    Tizi-Ouzou: Mouloud Mammeri, fondateur de l'anthropologie algérienne    Le Brexit obligé de revoir le cadre des échanges dans une année : Vers un nouvel accord de coopération entre l'Algérie et le Royaume-Uni    Pour se défaire de la dépendance aux hydrocarbures : Djerad prône une transition vers le solaire    Alger: la distribution de l'eau potable totalement rétablie mercredi avant le délai prévu    Baccalauréat professionnel: le projet en phase de détermination des spécialités    Bouira : Réhabilitation de la RN 25    Synthétisation de l'écosystème digital : Les acteurs du numérique s'organisent    Haï Es-Sabah: Plus de 372 kilogrammes de viande impropre à la consommation saisis    A l'appel de l'UNPEF: Grève à l'Education aujourd'hui    Blida: Un ressortissant malien arrêté pour escroquerie    Les étudiants poursuivent leur mobilisation    Remise des décisions d'affectation: 120.000 souscripteurs AADL convoqués la semaine prochaine    Des individus pas très respectables    Lavrov : les terroristes ne seront pas "les maîtres" à Idlib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Moyen-Orient : Spirale de violence en Irak
Publié dans El Watan le 28 - 01 - 2020

Les manifestants antigouvernementaux tentent de poursuivre leur mouvement, alors que la plupart des forces au pouvoir cherchent à monter l'opinion publique contre la présence américaine en Irak.
La contestation populaire contre le pouvoir central a connu hier de nouvelles violences en Irak. Selon des médias, de nouveaux heurts se sont déclenchés entre les forces de sécurité et les manifestants sur les principaux sites de la protestation à Baghdad et le sud du pays. Au sud après minuit, des hommes armés ont pénétré sur la place Habboubi, à Nassiriya, mettant le feu à des tentes de manifestants. Un protestataire a été tué et quatre autres blessés.
Dans la ville portuaire de Bassora, des étudiants ont dressé de nouvelles tentes, après le démantèlement de leur campement samedi par les forces de l'ordre. Dans la ville sainte de Najaf, les manifestations ont repris hier.
Dimanche, trois roquettes ont encore frappé, dont une pour la première fois directement, l'ambassade américaine à Baghdad, faisant un blessé. Quelques heures après les tirs, les Etats-Unis ont appelé Baghdad «à remplir ses obligations, afin de protéger (leurs) installations diplomatiques». L'Irak est secoué depuis le 1er octobre par un mouvement de contestation populaire.
Les manifestants réclament, entre autres, des élections anticipées, un Premier ministre indépendant, la fin de la corruption et du système politique de répartition des postes en fonction des ethnies et des confessions. Comme ils rejettent toute ingérence dans le pays, qu'elle soit iranienne ou américaine. Sous la pression de la rue, le Premier ministre, Adel Abdel Mahdi, a démissionné en décembre, mais continue de gérer les affaires courantes. La répression de la contestation a fait jusque-là plus de 470 morts, selon des sources sécuritaires et médicales.
Impasse
Après avoir perdu de son souffle dans le sillage de l'élimination par les Etats-Unis, le 3 janvier à Baghdad, du général Qassem Soleimani, émissaire iranien en Irak, le mouvement est relancé le 19 pour faire aboutir ses revendications. Vendredi, les forces de l'ordre ont commencé à pénétrer dans les principaux camps des manifestants. Le même jour, Moqtada Sadr a mobilisé des milliers de ses partisans pour réclamer le départ des 5200 soldats américains stationnés en Irak.
Une marche soutenue par le Hachd Al Chaabi, une coalition de paramilitaires pro-Iran intégrée à l'Etat irakien. La plupart des factions de ladite coalition sont vues par les Etats-Unis comme une extension de l'influence iranienne en Irak. Washington a accusé ces groupes d'être derrière la série d'attaques contre des intérêts en Irak ces derniers mois.
Dans un communiqué lu par un porte-parole, Moqtada Al Sadr a appelé au retrait des forces américaines d'Irak, à l'annulation des accords sécuritaires entre Baghdad et Washington et à la fermeture de l'espace aérien irakien aux avions militaires américains.
Comme il a exhorté le président américain, Donald Trump, à ne pas être «arrogant» face aux responsables irakiens. Et d'ajouter : «Si tout cela est fait, nous traiterons (avec les Etats-Unis) comme avec un pays non occupant, sinon, nous les considérerons comme un pays hostile à l'Irak.» Le jour même de la mort du général Souleimani, Moqtada Al Sadr avait réactivé son armée appelée «l'Armée du Mahdi».
Faction gelée en 2007 après avoir combattu les soldats américains pendant l'occupation américaine de l'Irak (2003-2011). «L'assassinat de Soleimani (…) vise le djihad, l'opposition et l'esprit révolutionnaire international, toutefois, notre détermination restera intacte», a-t-il déclaré en la circonstance. Aussi, il a donné l'ordre d'alerte maximale, notamment à l'Armée du Mahdi, afin d'être pleinement prêts à protéger l'Irak. En avril 2016, les partisans de Sadr sont parvenus à pénétrer au sein de la «zone verte» ultra sécurisée de Baghdad qui abrite, entre autres, les ambassades étrangères.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.