Aucune restriction dans la révision constitutionnelle    La ville de Kherrata célèbre le 1er anniversaire    Le Président s'attaque aux lobbies de l'importation    Tebboune ne veut plus de cortèges officiels de 30 voitures    "100 mds DA injectés dans les communes dès le mois de mai"    Ferhat: «Merci à tous pour vos messages, ça me va droit au cœur»    Motion de soutien du Conseil de la Nation au plan d'action du gouvernement    Crise libyenne: la position de l'Algérie privilégiant une solution politique réitérée    Montage automobile: le nouveau cahier des charges promulgué dans 2 mois    Le Gouvernement examine de nouvelles mesures en faveur de la gestion décentralisée    Kherrata, une convergence et des messages    CONSEIL DE SECURITE DE L'ONU : L'Algérie réclame deux sièges permanents pour l'Afrique    L'instruction de l'affaire ETRHB Haddad bouclée    TAMANRASSET : Plus de 500 affaires de contrebande traitées en 2019    Tebboune : "Aucune restriction hormis ce qui a trait à l'unité et à l'identité nationales"    TIARET : Des citoyens observent un sit-in devant la mairie d'Ain Dehab    AIN EL-TURCK : Des taxis demandent le double de la course    Le Président Tebboune: les responsables locaux tenus de briser le cloisonnement entre les citoyens et l'Etat    La pièce "Tmenfla" du theatre d'Oum-el-Bouaghi ouvre le festival international du théâtre de Bejaia    Il était une fois, le plus grand pays d'Afrique    Les pièges de l'assistanat    Slimani en sauveur !    Zelfani prépare le Paradou    L'ESS nouveau leader    Le Targui    À tout jamais…    5 personnes retrouvées mortes après leur enlèvement    Encore un manifestant assassiné à la place Tahrir    Yémen : entrée de 138 000 migrants et réfugiés en 2019    Enseignants du primaire : marche nationale demain à Alger    Des TV-offshores et des pollutions millénaires !    ACTUCULT    Emouvant hommage à la militante Nabila Djahnine    Le répertoire andalou dans toute sa splendeur    Ciné-houma rend hommage aux femmes victimes de violences    La Cinémathèque algérienne célèbre les films sur la guerre de Libération    La quête de la connaissance et de la vérité    Mali: le bilan de l'attaque contre le village d'Ogossagou passe à 31 morts    Coupe arabe des nations (U20) : Les Algériens s'installent en Arabie Saoudite    USM Alger : Dziri reste    Epidémie du ncoronavirus : L'économie mondiale fortement impactée    Prime du service civil pour les spécialistes: Les décrets en voie de finalisation    Sidi El-Houari, Sidi El-Bachir, El Badr, El Emir et Es Seddikia: Lancement du bitumage d'une trentaine d'axes routiers    Les spécialistes plaident pour le dépistage précoce: 236 nouveaux cas de cancer de la prostate enregistrés au CHUO en 2019    Commerce extérieur: Plus de 6 milliards de dollars de déficit en 2019    Information officielle: La Présidence revient à la charge    LA RESONNANCE D'UN ATTENTISME    Le double jeu de Makri et de ses députés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Salah Goudjil refuse de quitter le perchoir
Une crise secoue la chambre haute du parlement
Publié dans El Watan le 28 - 01 - 2020

Les regards sont une nouvelle fois braqués sur le Conseil de la nation. Cette chambre parlementaire, qui n'a ni les prérogatives d'amender ni de faire des propositions de lois, est aujourd'hui au cœur d'une nouvelle crise en raison du refus de Salah Goudjil, qui assure l'intérim de la présidence depuis le mois d'avril 2019, de quitter le perchoir et d'organiser des élections.
Un vote qui permettra d'élire le deuxième personnage de l'Etat en remplacement de Abdelkader Bensalah, qui a mis fin à son mandat à la tête de cette institution parlementaire le 29 décembre 2019.
Depuis cette date, le poste est resté légalement vacant. Salah Goudjil, ce cacique du FLN, ne veut pas lâcher les arcanes du pouvoir et les sénateurs, qui l'accusent d'outrepasser les lois, sollicitent l'intervention du président Tebboune. «Au nom de la nouvelle République rêvée par les Algériens, j'en appelle au président de la République, garant de la Constitution. Il doit mettre fin à cette mascarade.»
Selon le rapporteur de la commission des affaires juridiques, Fouad Boussetta, une réunion des membres du bureau devrait se tenir et annoncer officiellement la vacance de ce poste et une autre devrait avoir lieu entre les présidents des groupes parlementaires qui transmettront, eux aussi, le dossier à la commission des affaires juridiques qui, à son tour, annoncera la date de la tenue d'une séance plénière. Et selon les articles 5 et 6 du règlement intérieur, les délais sont fixés à 15 jours à compter de la date de la tenue de la séance au cours de laquelle l'on décrète la vacance de ce poste, selon les articles 5 et 6 du règlement intérieur.
Or, Salah Goudjil, âgé de 90 ans, n'a, jusqu'ici, entrepris aucune action pour organiser la succession de Bensalah. Bien au contraire, au lieu de programmer une plénière pour élire le nouveau président du Sénat, Goudjil a réuni les membres du bureau élargi aux présidents des groupes parlementaires pour débattre du rôle que doit assumer le Sénat durant la prochaine étape, à commencer par le débat sur le plan d'action du gouvernement et l'amendement de la Constitution.
«Nous sommes le législateur et l'unique légiférant. Malheureusement, nous sommes les premiers à transgresser les lois et de surcroît dans cette nouvelle République que prône le président Tebboune. L'administration du Sénat a prolongé la présidence de Goudjil en violation de la loi», s'insurge le sénateur FLN, Abdelwahab Benzaïm, candidat à la candidature pour la présidence du Conseil, et Mahmoud Kissari qui, lui aussi, avait affiché son intention de se porter candidat.
Pour beaucoup de sénateurs, Goudjil, qui avait été choisi, en sa qualité de doyen des sénateurs, pour prendre l'intérim à la tête de la deuxième Chambre du Parlement, est un «assoiffé du pouvoir». Benzaim accuse ouvertement Aïssa Bouragba, chef de cabinet du Sénat, de «manœuvrer» pour maintenir Salah Goudjil, «vieux et malade», à la tête de l'institution parlementaire. Contacté, Salah Goudjil accuse à son tour ses détracteurs de vouloir occuper le sommet de la hiérarchie. «Je suis le président de cette institution et ceux qui crient au scandale ambitionnent de devenir le deuxième personnage de l'Etat», dit-il.
Face à cette crise, la question portant sur l'utilité de cette institution est revenue au-devant de la scène. Beaucoup s'interrogent sur le devenir de cette institution parlementaire. Sera-t-elle dissoute ? Ou bénéficiera-t-elle de plus de prérogatives ? Pour l'heure, elle est secouée par une crise.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.