Les militants de RAJ réclament la réhabilitation    Rumeur et inquiétude : le convalescent et le syndrome du prédécesseur    Spectre ou menace réelle ?    Seulement 8 députés pour 5 ministres    Yacine Mebarki se pourvoit en cassation    Le militant écologiste Karim Khima acquitté    Les «qui-tu-quistes» aux abois    Quand le Parlement européen secoue le cocotier    Le niveau des barrages en nette hausse    Une récolte de 372 000 quintaux attendue    Ouverture d'un tronçon de 10 km aux véhicules légers    Incident à la station-service du Caroubier    Ferhat Aït-Ali Brahim montre la voie bancaire    Saidal signe un nouveau mémorandum    Fragile consensus politique en Libye    «Le Maroc dissimule ses pertes»    «Nous sommes en Europe, au milieu de deux extrémismes, qui, d'ailleurs, se nourrissent mutuellement»    La Chine, "plus grande menace pour la démocratie"    Vers un dénouement de la crise du Golfe    Rencontre entre les ministres des Affaires étrangères jordanien et israélien    LDC. MC Alger – Buffles FC (Bénin) : Le Doyen l'emporte sur tapis vert !    ES Sétif : Le retour de Fahd Halfaïa    Js kabylie : Mellal parle des objectifs du club    Benaraïbi, Baup et six joueurs atteints de coronavirus    USMBA-MCA mardi    Résultats Ligue 1    La CAF veut-elle reprogrammer le match ?    Fin tragique pour le petit Yanis    7 arrestations pour trafic d'armes et de stupéfiants    Le président de l'APW interpelle le ministre de la Santé    "Le vaccin pour tous"    Air Algérie dévoile son programme de vols    Plus de 200 locaux fermés    Situation des artistes au temps du coronavirus : Les temps sont durs !    Un hymne à l'amour et à la jeunesse    Une expérience unique dans le monde arabe    L'observation des oiseaux à Central Park, rare loisir en temps de Covid    Une «Histoire du fils» qui dure un siècle    Le théâtre britannique s'invite virtuellement au TNA    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    Sit-in annoncé devant les directions de l'éducation: Les directeurs des écoles en colère    Ils ont été débarqués au port de Ghazaouet: Près de 100 harraga expulsés d'Espagne    Construction automobile: «Aucun changement n'est prévu dans le cahier des charges»    Chômage et système «D»    LE LONG TUNNEL NOIR    Mgr Henri Teissier sera inhumé le 9 décembre à la basilique de Notre Dame d'Afrique    Les unités de l'APLS continuent de viser des positions militaires de l'occupation marocaine    6e session du Forum parlementaire euro-méditerranéen : le Parlement algérien réaffirme le rejet de la résolution du PE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Unanimité pour la suspension des marches du hirak
Pour éviter le risque de propagation du coronavirus
Publié dans El Watan le 17 - 03 - 2020

L'appel va ainsi dans le même sens que celui lancé, samedi et dimanche derniers, par Abdelaziz Rahabi, Saïd Salhi, Djamel Zenati et des médecins. Hier, d'autres personnalités nationales et des chefs de formation politique ont lancé des appels similaires.
Les appels à la suspension des marches du hirak en raison de la pandémie du coronavirus se multiplient depuis le début de la semaine. Des personnalités et des partis, dont ceux regroupés au sein du Pacte pour l'alternative démocratique (PAD), invitent les Algériens à prendre conscience du danger et à observer une trêve sanitaire pour éviter une propagation du virus mortel.
Réunis hier à Alger, les membres du PAD devraient rendre public, ce matin, un communiqué dans lequel ils appelleront, selon une source proche de cette coalition politique de l'opposition, à la suspension des marches hebdomadaires. Cet appel va ainsi dans le même sens que celui lancé, samedi et dimanche derniers, par Abdelaziz Rahabi, Saïd Salhi, Djamel Zenati et des médecins.
Hier, d'autres personnalités nationales et des chefs de formation politique ont émis des appels similaires. C'est le cas de l'avocat et une des figures de proue du hirak, Mostefa Bouchachi. «La sagesse impose la suspension momentanée des marches afin de préserver la santé publique.
En attendant l'évolution de la situation, il s'agit de la meilleure voie pour préserver le caractère civilisé du hirak, tout en réfléchissant ensemble à des alternatives», explique-t-il dans un post sur sa page Facebook.
L'avocat Abdelghani Badi a également abondé dans le même sens. «J'appelle à faire preuve de sagesse pour ajourner le hirak jusqu'à ce que cette maladie dangereuse soit maîtrisée», indique-t-il, lui aussi sur sa page.
L'ancien député et homme politique Djamel Zenati invite, de son côté, à surseoir aux marches populaires, tout en faisant une série de propositions pour maintenir la dynamique du mouvement populaire. «Le coronavirus se propage à une vitesse exponentielle et touche désormais l'ensemble de la planète.
Il s'agit bel et bien d'une pandémie. Le danger est réel. Notre devoir en ce moment crucial consiste à concilier protection et protestation et non les opposer. Autrement dit, conjuguer détermination et responsabilité», souligne-t-il. Selon lui, «cela est possible pour peu que l'on s'accorde sur les formes de lutte adaptées à ce contexte exceptionnel et conjoncturel».
«Dans ce sens, je fais les propositions suivantes : surseoir momentanément aux marches populaires, observer une grève générale hebdomadaire tous les mardis, faire du vendredi la journée du mahraz (de 18h à 19h), inonder les espaces publics et privés de banderoles, affiches, pancartes et tout autre support d'expression et envisager l'organisation de cortèges de véhicules», explique-t-il.
Le président du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), Mohcine Belabbas, qui a pris part à la majorité des marches du mouvement populaire à Alger, abonde aussi dans le même sens. «Faire prévaloir et prioriser la santé des Algériens est de la responsabilité de tous», écrit-il sur sa page Facebook. L'ancien président du RCD, Saïd Sadi, appelle lui aussi implicitement à la suspension des marches. «En révolution, la raison prime sur la passion. Pour vivre libre, il faut être vivant», souligne-t-il.
Le sociologue Lahouari Addi préconise, pour sa part, la poursuite du hirak «avec d'autres formes». «Il est nécessaire pour le hirak, afin de se protéger et de protéger les citoyens, d'opter pour d'autres formes de mobilisation, comme les villes mortes durant les journées du vendredi», propose-t-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.