OL : Rudi Garcia était pour la sanction contre Aouar    Maladie de Boukharouba.Extrait du livre de Pierre Accoce Dr Pierre Rentchnick « Ces malades qui nous gouvernent » Stock – 1993    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 1ère journée    Résolution du Parlement Européen concernant les graves atteintes aux Droits Humains en Algérie.    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Electricité et de gaz : les citoyens d'Alger inviter à régler leurs factures    Chanegriha préside la cérémonie de conversion d'un hôtel militaire en une structure sanitaire    OPEP : Attar présidera lundi la 180ème réunion ministérielle    Le MAE dément la suspension par les Emirats arabes unis de la délivrance de visas    Vaccin anti-Coronavirus : l'Algérie est dans une démarche très prudentielle    LPA: les listes des bénéficiaires dévoilées en mars 2021    Conseil de la nation: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre l'enlèvement    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    «Nous avons un groupe homogène»    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    Saïd Bouhadja n'est plus    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Images d'ailleurs, regards d'ici    Entre avancées et entraves    Milan à la relance, Tottenham et Naples pour faire le trou    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    Le décès de Maradona secoue le monde du football    L'Algérie sera présente    Difficile unification du Parlement en Libye    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    Amor Benamor s'approvisionne quotidiennement auprès de l'OAIC    "Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    Les Algériens ont une image mitigée de l'UE    Des résultats en nette régression    "La sécurité, c'est mieux !"    Kaboré en tête des résultats partiels    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Les angles de l'ingérence    Une médaille pour nos revers !    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Le gouvernement entretient le suspense    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    1.025 nouveaux cas et 20 décès    Appels à protéger les civils à l'approche de la bataille pour Mekele    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tunisie : Le coronavirus n'a pas empêché les tensions entre les trois présidences
Publié dans El Watan le 28 - 03 - 2020

Elyes Fakhfakh veut gouverner par ordonnances, en ces temps de crise. La réunion de l'Assemblée fut houleuse à cause d'un récent accrochage entre un député et des syndicalistes à Sfax. La Tunisie gère néanmoins correctement la pandémie de Covid-19, selon l'OMS. 227 cas, 6 décès et 2 guérisons.
De vives tensions ont marqué la réunion d'avant-hier de l'Assemblée des représentants du peuple (ARP), destinée à examiner la demande d'Elyes Fakhfakh de gouverner par ordonnances, selon l'article 70 de la Constitution. Sept ministres ont accompagné le chef du gouvernement, pour s'expliquer sur la stratégie contre le Covid-19. Mais, les députés n'avaient en tête qu'à en découdre entre eux.
Règlement de comptes
Le véritable débat sur la proposition du gouvernement Fakhfakh de gouverner par ordonnances n'a commencé qu'en début d'après-midi d'avant-hier. Les députés de l'ARP se sont attardés, pendant toute la matinée, sur l'accrochage, survenu mardi dernier, entre des syndicalistes de la santé à Sfax et le député Mohamed Affes, du bloc Qarama. Le député voulait imposer sa présence dans une réunion sur le renforcement de la protection du corps de la santé dans la région, à laquelle Affes n'était pas invité. Le bloc Qarama voulait que l'ARP condamne la puissante centrale syndicale UGTT, ce que les autres blocs parlementaires, hormis Ennahdha, refusaient catégoriquement. «Nous condamnons la violence d'où qu'elle vienne.
Mais, nous ne saurions condamner la grande centrale syndicale UGTT, l'un des plus forts remparts de l'Etat, ni les syndicalistes», réplique Mustapha Ben Ahmed, député syndicaliste, président du bloc Tahya Tounes. Ce fut donc juste un échange virulent entre députés de la mouvance islamiste et ceux défendant l'Etat de droit. L'ARP n'a pris aucune décision, se limitant à demander que justice soit faite.
Concernant la gouvernance par ordonnances, l'article 70 de la Constitution stipule : «L'Assemblée des représentants du peuple peut, à la majorité des trois cinquièmes de ses membres, en vertu d'une loi et pour un motif déterminé, déléguer au chef du gouvernement, pour une durée déterminée qui ne dépasse pas les deux mois, le pouvoir de prendre des décrets lois dans le domaine de la loi.
Ces décrets lois sont soumis à l'approbation de l'Assemblée à la fin de la période en question.» En ces temps de coronavirus, Elyes Fakhfakh considère que l'application d'un tel article lui accorderait plus de facilité de manœuvres. Les islamistes d'Ennahdha (52 sièges sur 217) ont peur que cela empiète l'autorité de l'ARP, surtout que Fakhfakh entretient de bonnes relations avec le président Saïed et que le duo Saïed/Fakhfakh pourrait ignorer le Parlement.
Pour sa part, le président Saïed n'a pas activé l'article 80 de la Constitution, qui lui permet «en cas de péril imminent menaçant la Nation…», de prendre les mesures requises par ces circonstances exceptionnelles. Il adresse à ce sujet un message au peuple. Les trois présidents ne semblent pas au mieux en termes de coordination, en ces temps de crise.
Et le CoronaVirus
Ces tiraillements politiques n'ont pas empêché les équipes médicales tunisiennes de lutter, comme il se doit, contre le Covid-19, de l'avis même de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui considère la Tunisie «sur la bonne voie». L'approche tunisienne était basée sur l'anticipation. «Vu nos moyens limités, nous avons décidé d'appliquer les mesures de la phase 2 alors que le pays traversait la phase 1 de la pandémie. Nous appliquons, en ce moment, les mesures de la phase 4, alors que nous sommes en phase 3», explique Elyes Fakhfakh.
La Tunisie a décidé de fermer les écoles le 11 mars, et les espaces publics (cafés, restaurants, mosquées, etc.) le 13 mars, alors que la pandémie n'était qu'à la fin de sa première phase. Les frontières ont été fermées le 16 mars et les vols ont été définitivement suspendus le 19 mars. Seuls les vols de rapatriement sont permis.
Cette politique a apporté ses fruits puisque, jusqu'au 23 mars, sur les 89 cas enregistrés alors, 60 cas sont importés, alors que 29 cas répertoriés sont des contagions. A partir du 24 mars, les cas de contagion horizontale l'emportent. Mais, les zones de pandémie sont contrôlées et isolées. Quatre zones ont été énumérées (Djerba, La Marsa, Soukra et Lac 2) et fermées par les autorités publiques pour cerner le virus. Selon les dernières statistiques, 227 cas ont été enregistrés, engendrant six décès. Deux malades ont été guéris. La Tunisie considère que le traitement à la chloroquine est encore en phase expérimentale.
Les autorités exigent l'acquiescement du malade à l'utilisation de ce remède. Des hôpitaux ont été dédiés à la prise en charge des malades atteints de Covid-19. Les tests opérés sont passés d'une centaine par jour à plus de 300. Une cartographie nationale de la propagation sera établie sur la base de 10 000 tests, prévus la semaine prochaine. Laquelle cartographie va aider à mieux cerner la pandémie. La tension politique n'a pas empêché les structures sanitaires de faire leur travail.

Tunis
De notre correspondant Mourad Sellami


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.