Kafkaien    A la croisée des chemins, l'Otan aurait-elle «perdu le Nord» ?    La Grande Khalouta !    Alger: 56.000 autorisations exceptionnelles de circulation délivrées depuis le début du confinement    Ce que se ronger les ongles dit de votre personnalité    Les nouveautés, en temps de pandémie    Hourof El Jenna, un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    ASO – ES FIRME : Saïdi, un dirigeant hors pair s'en va    Saison blanche au Sénégal et au Gabon    La direction charge Sonatrach et le wali d'Alger    Algérie Poste de la wilaya de Tipasa : Plus de 100 TPE installés à la mi-mai    Les pro-démocratie ouvrent les primaires pour les législatives à Hong Kong    Une voiture dans un sac à dos    Aveu d'échec    On vous le dit    Mouvement de contestation au Mali : Escalade à Bamako    Leur coût de production a pourtant baissé de 90% : Les énergies renouvelables, ces mal-aimées    Kaci Hadjar, Moudjahid. Professeur en gynécologie-obstétrique décédé le 13 juillet 2019 : Le professeur qui rajoutait de la vie aux années    Edward Saïd, une pensée de l'exil    Zabor ou les psaumes : langage et liberté    Victimes de plus en plus d'agressions: Les gardes forestiers réclament des armes    Covid-19: L'Aïd de toutes les incertitudes    FIFA - Coronavirus: Amendement du code de l'éthique    CS Constantine: Rachid Redjradj poussé vers la sortie    Brentford: Benrahma frappe de nouveau    Le SNAPO et l'association des consommateurs exigent plus: Les publicités «mensongères» des compléments alimentaires interdites    Un budget supplémentaire, des hôtels et des services hospitaliers réquisitionnés: De nouvelles mesures pour lutter contre la Covid-19 à Oran    ASILE DE FOUS    Taisez-vous Marine Le Pen !    Tlemcen : Les grottes de Mghanine attirent des visiteurs en pleine crise sanitaire    Tebboune préside aujourd'hui un Conseil des ministres    TLS Contact Algérieréaménage ses RDV- visas    Commerce: Rezig préside une réunion avec les cadres centraux    Boukadoum réaffirme le rejet par l'Algérie de toute ingérence étrangère en Libye    La liste de Hakim Belahcel à la tête de l'instance présidentielle    10 ANS DE PRISON REQUIS CONTRE UN COUPLE : Vaste escroquerie immobilière à Oran    Marchandises-prix: baisse de 14,3 % à l'exportation, hausse de 1,3 % à l'importation au 1er trimestre 2020    Les 4 samedis    Kaïs Saïed met en garde contre un danger interne    Goudjil et Chenine s'impliquent lourdement    La reprise à nouveau renvoyée    Le barreau s'engage à défendre les droits de la victime    Le port de Skikda et les instructions d'Amar Ghoul    Nouvelle lune de miel entre Alger et Paris    "Tout geste unilatéral serait diplomatiquement malheureux"    Suite à une panne dans le réseau: Des coupures du courant électrique dans plusieurs quartiers à Sidi Chami    Le général-major Omar Tlemsani, nouveau commandant de la 4e Région militaire    Les Algériens non concernés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Elyes Fakhfakh pour former un nouveau gouvernement en Tunisie
Dix jours après l'échec de son prédécesseur Habib Jamli
Publié dans Liberté le 22 - 01 - 2020

Le président tunisien, Kaïs Saied, a confié à Elyes Fakhfakh, ancien ministre des Finances, la mission de constituer un nouveau gouvernement dans "les plus brefs délais", après le rejet par le Parlement, début janvier, de celui présenté par Habib Jemli. Elyes Fakhfakh, 47 ans, a été désigné lundi soir chef du futur gouvernement par le président Saied, pour constituer dans "un délai d'un mois non renouvelable" une équipe susceptible de convaincre un Parlement morcelé.
Le président Saied "a chargé M. Fakhfakh de former un gouvernement dans les plus brefs délais", a indiqué la présidence de la République dans un communiqué, publié par l'agence de presse TAP. Trois mois et demi après les élections, il s'agit de la deuxième tentative pour former un gouvernement. Un premier, formé sous la houlette du parti Ennahdha, a été nettement rejeté par les députés le 10 janvier. Le gouvernement sortant, dirigé par le Premier ministre Youssef Chahed, en place depuis 2016, gère actuellement les affaires courantes. En cas de second échec, le pays s'acheminerait vers de nouvelles législatives, repoussant encore les réformes attendues pour relancer l'économie tunisienne.
Les élections générales d'octobre dernier ont débouché sur un Parlement très fractionné. La première force parlementaire Ennahda ne contrôle que 54 des 217 sièges de l'Assemblée. La désignation d'Elyes Fakhfakh intervient au terme d'une série de consultations écrites menées par le président Saied avec les partis, les blocs parlementaires, les coalitions à l'ARP (l'Assemblée des représentants du peuple) et d'entrevues avec des responsables des plus importantes organisations nationales, ainsi que de certaines personnalités désignées au poste de chef de gouvernement, selon la TAP. Elyes Fakhfakh a été nommé ministre du Tourisme fin 2011, avant de devenir en décembre 2012 ministre des Finances jusqu'en janvier 2014.
Ingénieur et manageur formé en France, il est rentré en Tunisie en 2006, après plusieurs années d'expatriation, et y a dirigé le groupe automobile tunisien Cortel, devenu Caveo. Il s'est engagé en politique après la "révolution" de 2011, auprès du parti social-démocrate Ettakatol, qui s'était allié à Ennahda au sein du cabinet de "la troïka", jusqu'en 2014. M. Fakhfakh a été candidat à la présidentielle en 2019 au nom de ce parti, mais n'avait convaincu que 0,34% des électeurs au premier tour.



R. I./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.