LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Le référendum sur la révision constitutionnelle en Octobre    DETOURNEMENT DE 13 MILLIARDS DE CTS A L'AGENCE "MOBILIS" DE TIARET : La directrice et un cadre de la direction régionale écroués    AUTOSUFFISANCE EN CARBURANT : Arkab annonce la réalisation d'une raffinerie à Tiaret    Lotfi Nezzar dément la saisie des biens de sa famille    Libye: les pro-GNA ont pris le dernier fief de Haftar dans l'Ouest    Lenarcic : L'UE toujours engagée à soutenir les réfugiés sahraouis    104 nouveaux cas confirmés et 9 décès enregistrés en Algérie    INSOUCIANCE ET LEGERE PRISE DE CONSCIENCE CITOYENNES : La difficile adaptation au port du masque à Tissemsilt    ADRAR : 8 ans de prison et 50 millions d'amende pour un vol à la tire    OCCUPANT LEUR HABITATION DE 52 ANS : Deux familles menacées d'expulsion à Oran    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    Pétrole: l'Opep+ avance sa vidéoconférence ministérielle à samedi    Relation post-Brexit: les "progrès restent limités" dans les négociations avec l'UE    JM d'Oran-2022: réunion entre la Commission de coordination du CIJM et le COJOM-2022    Algérie : Mimouni à la tête du Comité des Conférences de l'AG de l'ONU    Foot/ Algérie: " Il y a un risque de contamination en cas de reprise"    Effondrement d'un vieil immeuble à la Casbah d'Alger    Ecoles privées: début des préinscriptions sur un litige du payement des frais scolaires    Evocation du peintre Etienne Dinet dans le deuxième numéro du magazine "Inzyahat"    "Questionnement du colonialisme", ouvrage sur l'esprit d'hégémonie des anciennes colonies    Collectivités locales: la création d'associations communales à caractère caritatif et solidaire autorisée    La décision de rouvrir les mosquées relève du seul ressort du Gouvernement    La consommation d'eau en Algérie a augmenté de 10% depuis le début de la crise de la Covid-19    Un "dangereux" terroriste capturé par les services de sécurité à Aïn Temouchent    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Affaire de l'enregistrement sonore : Le procès reporté au dimanche    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Le Care critique les choix du gouvernement    Chengriha rappelle le soutien de l'ANP à Tebboune    Vers un intérimaire à la tête du MPA    7 ans de prison requis contre Yamani Hamel    La colère des américains ne baisse pas    Le gouvernement libyen tente de reprendre l'aéroport de Tripoli    La CAF propose de nouvelles formules pour les compétitions interclubs    Le stade 5-Juillet "parmi les plus chauds au monde"    Bras de fer au sommet sur la diplomatie en Tunisie    Vu à Souk-Ahras    " Détruisons les murs, construisons des ponts "    J'accuse Apulée, saint Augustin, Ibn Khaldoun et les autres !    Ce n'est pas à Sonatrach de repenser sa stratégie, c'est au HCE de le faire    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Accompagnement des entreprises    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trois journalistes placés sous contrôle judiciaire
Poursuivis pour «atteinte à l'unité nationale» et «diffusion de publications pouvant porter atteinte à l'intérêt national»
Publié dans El Watan le 04 - 04 - 2020

Le directeur de publication de Sawt Al Akhar, Mohamed Laamari, son rédacteur en chef, Mouhoub Rafik, et la journaliste Meriem Chorfi, ont été placés, jeudi, sous contrôle judiciaire par le tribunal de Sidi M'hamed pour «atteinte à l'unité nationale» et «diffusion de publications pouvant porter atteinte à l'intérêt national».
Selon des avocats, leur présentation devant le juge d'instruction est en lien avec la Une de la veille dans laquelle le journal évoque des «erreurs» dans les résultats d'analyses relatives au coronavirus faites par l'Institut Pasteur. Or, l'instance judicaire n'a pas eu recours aux dispositions du code de l'information, mais à celles du code pénal, ajoute-t-on de même source.
Le parquet ne s'est pas prononcé sur l'affaire jusque-là. Ainsi, selon le collectif d'avocats qui s'est constitué dans cette affaire, les trois journalistes sont poursuivis sur la base de l'article 79 du code pénal qui stipule que «quiconque, hors les cas prévus aux articles 77 et 78, a entrepris, par quelque moyen que ce soit, de porter atteinte à l'intégrité du territoire national, est puni d'un emprisonnement d'une durée d'un à 10 ans et d'une amende de 3000 à 70 000 DA».
Cette affaire commence à susciter des réactions, d'autant qu'elle intervient après la mise en détention préventive, le 29 mars dernier, du journaliste Khaled Drareni.
Des journalistes ont, ainsi, signé hier une déclaration dans laquelle ils estiment qu'«il s'agit d'une nouvelle atteinte caractérisée contre le métier de journalisme que l'on s'acharne à traiter comme une activité délictueuse, voire comme un crime».
«Le métier d'informer s'exerce dans le cadre de la loi organiqu – qui n'est pas des plus libérales – du 12 janvier 2012 relative à l'information. Il est encadré par l'article 50 de la Constitution algérienne, qui dispose notamment que le délit de presse ne peut être sanctionné par une peine privative de liberté», ajoute-t-on encore.
Tout en rappelant que les erreurs présumées de l'Institut Pasteur, évoquées dans l'article, ont été relevées en premier par deux députés, les journalistes signalent que «le recours aux dispositions du code pénal pour des affaires liées à l'activité de journalisme revient à remettre en cause la lettre et l'esprit de la Constitution», en poursuivant que «Khaled Drareni, Sofiane Merakchi, Saïd Boudour et Mustapha Bendjama sont victimes de ce contournement de la Constitution, un abus de pouvoir selon les juristes».
Sur un autre plan, il est utile de signaler qu'une vingtaine d'ONG, algériennes et étrangères, ont lancé un appel au chef de l'Etat pour la libération de Khaled Drareni, poursuivi lui aussi pour «incitation à attroupement non armé» et «atteinte à l'intégrité du territoire national».
Elles réclament également que «soit mis fin au harcèlement des journalistes indépendants». Khaled Drareni a été arrêté alors qu'il couvrait une manifestation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.