Création de l'Union africaine des sports de boules    Les 76 centres de torture de Mascara: témoins de la politique inhumaine du colonialisme français    Relizane : le camp de Ammi Moussa...haut lieu de torture de l'armée française    Lounis Ait Menguellet célèbre la Journée de l'Afrique avec des artistes du monde entier    Report de la CAN-2021 : Le Cameroun tranchera en septembre    ES Sétif : Des contentieux en suspens…    Coronavirus: plus de 5,5 millions de cas déclarés dans le monde    Territoires : Non Autonomes L'Eucoco rappelle le droit des peuples à l'autodétermination    Le FLN et le RND tiennent leur conclave ce week-end    "Le texte empile contradictions et ambiguïtés"    La France déploie plusieurs vols entre Alger et Paris    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La piste Zeghba se dessine    Le patron de l'AIE se dit optimiste    "La santé du citoyen est notre préoccupation majeure"    Une célébration sans saveur à Mascara    Sonatrach bousculée en Europe    Le Sahel s'enfonce dans la crise sécuritaire    Le PPE fustige la politique de la Commission européenne    "La crise sanitaire nous pousse à réfléchir sur la finalité de notre existence"    "Songs for freedom"    "Le bilan de l'Académie de tamazight est nul"    Permanence respectée à 99,44% par les commerçants durant les deux jours de l'Aïd el Fitr    Covid-19: L'OMS suspend les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine "par sécurité"    Aïd El Fitr et Covid-19: Confusion et incompréhension    ESS - Affaire Halfaya: Nassim Saâdaoui passera-t-il aux aveux ?    La loi de Finances complémentaire devant l'APN    Tlemcen: Plus de 280 pochettes de sang collectées    Le ministre de la Santé: Le déconfinement, une mesure «indispensable»    Belgaid: Trois individus arrêtés et près de 2 kg de kif saisis    SEUL UN VACCIN    Un e-Aïd inédit !    Une reprise graduelle et prudente    Le décret exécutif publié au JO    Vers un appui technique du département du Trésor américain    'l'automobile est trés complexe et tout est une question de compétitivité'    Les pharmaciens se désengagent    Journée de l'Afrique: les Sahraouis appellent à faire pression sur le Maroc    AID EL FITR : Le Président Tebboune présente ses vœux à l'Armée et au corps médical    DESCENTE POLICIERE A ANNABA : Le ministère de l'Intérieur dément    DEFENSE : L'Algérie réceptionne 42 hélicoptères modernisés en Russie    Les pays africains appelés à bâtir des économies plus résilientes grâce à l'intégration    WILAYA DE SAIDA : Installation du nouveau directeur de l'administration locale    Journée de l'Afrique: appel à "redoubler d'efforts" dans la lutte contre le covid-19    Fédération algérienne de Golf : "Une AG Ordinaire avant la fin de l'année"    Aid El Fitr: le Président Tebboune présente ses vœux aux éléments de l'ANP et des travailleurs du corps médical    Le Premier ministre présente ses vœux au peuple algérien à l'occasion de l'Aïd El-fitr    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cela s'est passé le 29 mars 1956 à Constantine : L'assassinat du commissaire principal Jean Sammarcelli
Publié dans El Watan le 04 - 04 - 2020

C'était le jeudi 29 mars 1956. Il était environ 9h00. Le centre-ville de Constantine grouillait de monde. Le commissaire principal Jean Sammarcelli, chef du 2e arrondissement de la police d'Etat quittait son domicile du boulevard Carnot (actuel boulevard de La Liberté) dans le quartier du Coudiat, pour se rendre à pied au commissariat de la place des Galettes (Rahbet Essouf), en passant par la rue de France (actuelle rue du 19 juin 1965).
Mais ce jour-là, Sammarcelli décida de changer d'itinéraire. Il quitta la rue de France, pour descendre la rue Sidi Lakhdar, et rejoindre la rue Combes (actuelle rue Kadid Salah). Arrivé au sabbat menant vers Rahbet Essouf, il reçut dans le dos des balles d'un revolver de calibre 7,65.
Selon la Dépêche de Constantine du vendredi 30 mars 1956, le tueur a pris la fuite en direction de la rue Bleue qui descend vers l'ex-rue Vieux (actuelle rue Amar Rouag), et débouche sur la rue Georges Clemenceau (rue Larbi Ben M'hidi). Evacué, Sammarcelli est mort sur la route vers l'hôpital. Son assassinat fut un coup très dur pour les autorités françaises. Une fois l'alerte donnée, une gigantesque opération de police fut engagée dans tout le centre-ville.
De nombreux Constantinois, témoins à l'époque, se rappellent de ces unités militaires qui avaient cerné tous les quartiers de la ville, avec la fouille de tous les passants. Depuis la matinée et jusque tard dans la nuit, des camions militaires transportaient des centaines d'hommes, rassemblés sur la place située en face de l'actuel commissariat central du Coudiat.
Des Constantinois se rappelaient encore que dès l'annonce de l'attentat, le fils du commissaire, parachutiste stagiaire à l'époque, avait pris l'arme et a commencé à tuer des civils. Sa première victime a été abattue sur les escaliers reliant le Coudiat à l'ex-rue Petit (actuelle rue Bouderbala). Durant la nuit, des groupes de l'organisation La main rouge ont enlevé et tué plusieurs personnes soupçonnés d'avoir des relations avec le FLN. On citera entre autres Ladjabi Mohamed-Tahar, Kechid dit Boucherit, et l'écrivain Ahmed Redha Houhou.
L'on estime à 300 le nombre de personnes tuées. Selon des témoignages d'anciens membres de l'organisation FLN-ALN à Constantine, l'attentat contre Sammarcelli a été l'œuvre de trois personnes. Il s'agit de Amar Zermane, chef du groupe, originaire de Djebel Ouahch, Amar Benayache, dit Chemin de fer habitant Sidi Mabrouk (celui qui a tiré sur le commissaire) et Hocine Benabbes, habitant la cité Ameziane. L'attentat est survenu en réponse au démantèlement du réseau du Fida à Constantine au mois de novembre 1955.
Les trois auteurs ont été condamnés à mort par contumace par le tribunal militaire de Constantine. Amar Benayache et Hocine Benabbes sont tombés au maquis en 1956 et 1957, quant à Amar Zermane, il est décédé dans les années 2000.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.