AS Roma : Mourinho a pris une première décision    Reprise du pompage de l'eau au barrage de Boussiaba    La direction du tourisme table sur une meilleure gestion des plages    Timor oriental soutient, l'alliance des partis sud-africains condamne    Tensions sur fond de corruption    BRÈVES...    Le deux poids, deux mesures de l'Anie !    Le Liberia remplace le Burundi    Cap sur le championnat    Euro 2020 : Le programme du jour    Les textes d'application enfin ficelés    Un réseau de passeurs démantelé    Bengrina au-dessus des lois ?    Ouverture aujourd'hui des «Nuits du cinéma égyptien» en Algérie    Reprise aujourd'hui des RDV pour le visa espagnol    Béjaïa : Difficile d'atteindre le 1% de votants    Des Verts imbattables !    "CETTE SELECTION VA ME BOOSTER"    Tizi Ouzou : 99% des électeurs ont boudé le scrutin    Pétition pour le retrait de confiance au ministre de l'Intérieur    Le hadj autorisé pour 60 000 Saoudiens vaccinés    L'Opep table sur une accélération de la reprise de la demande    Les membres officiellement désignés    Déroulement du scrutin, vote de personnalités politiques et taux de participation à la Une de la presse    L'impératif de l'investissement pour le G7    Chambre de commerce et d'industrie de l'Oranie: Un séminaire pour le lancement de la 2ème promotion MBA Corporate    Arrêtées jeudi et vendredi: Plusieurs personnes libérées    Députés, mécaniciens et plombiers    Pour préserver le cadre de vie et l'environnement de leurs quartiers: Des commerçants revendiquent des lieux pour l'entreposage de cartons    Gdyel: De nouvelles infrastructures pour la prochaine rentrée scolaire    Les Verts entrent dans l'histoire    Djamel Belmadi: «On a eu ce qu'on voulait»    L'Algérie nouvelle, alea jacta est !    Les travaux de restauration des Arènes achevés: Des activités culturelles et sportives après la levée du confinement    La mission du futur gouvernement : Mettre en état un Etat qui était dans tous ses états (1ère partie)    Un casse-tête appelé «salles des fêtes»    Trois Algériens arrêtés    Le Président du Timor oriental réitère le soutien à la cause sahraouie    Un Shopping Maul    93 millions de dollars à économiser    Un adolescent tué par des soldats sionistes en Cisjordanie    L'ONU constate une baisse des attaques    L'abécédaire de l'âme en peinture    Le cinéaste russe ne défendra pas son film    La force du côté obscur des salles!    La pratique et la compétition politiques s'améliorent    Le FLN aspire à contribuer à l'édification des institutions de l'état    Un nouveau gouvernement formé au Mali    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crimes anti-algériens : Un roman noir des années 70
Edition
Publié dans El Watan le 19 - 05 - 2020

Marseille 73 est le titre d'un nouveau roman de Dominique Manotti. Il paraîtra en juin aux éditions EquinoX Les Arènes, en France. Il traite des crimes racistes commis en France au début des années 1970 contre les arabes, «surtout des Algériens», écrit l'auteur sur son site internet : «On les tire à vue, on les fait exploser.» Une plaque commémore le plasticage du consulat général de Marseille.
L'auteur précise : «En six mois, plus de cinquante d'entre eux ont été abattus, dont une vingtaine à Marseille, épicentre du terrorisme raciste de 1973. Onze ans après la fin de la guerre d'Algérie, les nervis de l'OAS ont été amnistiés, beaucoup sont intégrés dans l'appareil d'Etat et dans la police, le Front national vient à peine d'éclore. Des revanchards appellent à plastiquer les mosquées, les bistrots, les commerces arabes, à faire peur. La police et la justice ferment les yeux : "Il n'y a pas de racisme en France." Le jeune commissaire Daquin de la PJ de Marseille, et son équipe sont tenus à l'écart par la hiérarchie.
Pas assez fiables. Mais sait-on jamais…» L'éditeur présente Dominique Manotti comme l'une des voix majeures du roman noir français à dominante politique, couronnée notamment par le Duncan Lawrie International Dagger et le Grand Prix du roman noir. Ses livres sont traduits dans une dizaine de langues.
Dans son précédent ouvrage, paru en 2018, le propos entraînait le lecteur dans les méandres politico-économiques. A Paris, un géant américain braque un joyau de l'industrie française. «Le roman raconte une histoire de kidnapping, de chantage, d'extorsion, de meurtre. Bref, un hold-up économique», disait l'auteur d'un livre très librement inspiré du rachat d'Alstom Energie par General Electric.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.