FETE DE L'INDEPENDANCE ET DE LA JEUNESSE : Le président Tebboune décrète une nouvelle grâce présidentielle    BANQUE D'ALGERIE : Emission de nouveaux billets et pièces de monnaie    441 nouveaux cas confirmés et 6 décès en Algérie    AFFLUENCE RECORD D'ESTIVANTS A ORAN : La plage de Kristel prise d'assaut    TIGHENNIF (MASCARA) : Deux arrestations et saisie de kif et psychotropes    La Suisse bannit les importations agricoles en provenance du Sahara occidental occupé    Restes mortuaires des 24 martyrs: funérailles solennelles à la hauteur des sacrifices    Décès du Général-major Hassen Alaimia, commandant de la 4e RM à Ouargla    Les restes mortuaires de 24 chefs de la Résistance populaire inhumés au Carré des martyrs du cimetière d'El-Alia    Un procès à huis clos !    Quels moyens pour respecter le protocole sanitaire ?    Des milliers de personnes reconfinées en Australie    Laskri compte piloter une liste    Les prix à la production en hausse de 0,6% au 1er trimestre 2020    Poussée populaire et promesse d'une nouvelle Algérie    Sept blessés lors d'une tentative d'attentat près du port de Mogadiscio    Incertitudes sur le rituel du sacrifice du mouton    Sachez-que    Poulet caramélisé au sésame    Trudeau hésite à aller à Washington pour un sommet sur le nouvel Aléna    Arrivée du cortège funèbre des restes de 24 chefs de la Résistance populaire au cimetière d'El-Alia    Les martyrs de la Mitidja : les oubliés de l'Histoire    La «longue liste» des auteurs retenus dévoilée    Développement de Talents : La FIFA retient 13 écoles algériennes    Sonatrach revoit ses priorités    Un activiste devant la justice    Des dizaines de morts dans des combats en Syrie    Le témoignage glaçant d'un employé turc du consulat saoudien    L'ONU cherche toujours un émissaire pour la Libye    L'Algérie et la France doivent affronter le problème de la Mémoire qui hypothèque les relations bilatérales    "Oran doit s'attendre à un 4e pic de contamination"    26 décès et 1 500 personnes infectées    Banque Mondiale : L'Algérie passe à la catégorie pays à revenu intermédiaire inférieur    Benrahma inscrit un triplé contre Wigan    "Je ne spéculerai pas sur l'avenir de Messi"    Voici le contenu de la mise au point    Le pas à ne pas franchir    Chlef: La CNAS veut améliorer ses prestations    MO Béjaïa: Club en quête d'assainissement    Meilleurs joueurs africains (1ère partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    L'Emir Abdelkader : « Un guerrier, un homme d'Etat, un apôtre de la paix »    Nouvelles approches sur les crimes de «la Main rouge» contre les Algériens    A quoi sert un musée ?    L'infrangible lien...    Marche de la diaspora algérienne à Montréal    Les journalistes indésirables dans la salle d'audience    L'Algérie exportera 50 millions de gants vers l'Espagne    Vu à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il y a 27 ans, Tahar Djaout était assassiné : L'homme, l'écrivain, le journaliste
Publié dans El Watan le 30 - 05 - 2020

Le 26 mai 1993, l'écrivain, poète et journaliste Tahar Djaout est tombé sous les balles d'un groupe armé devant son domicile à Bainem (Alger).
Transporté vers l'hôpital, il est déclaré dans un état critique. Après huit jours de coma profond, Tahar Djaout succombe à ses blessures le 2 juin, inaugurant ainsi la longue liste macabre des hommes et femmes de la presse tués durant la décennie du terrorisme. Il n'avait que 39 ans. Deux mois auparavant (16 mars 1993), le sociologue et ancien ministre Djilali Liabès est tué dans un guet-apens dans le quartier populaire de Kouba où il habitait.
A travers Djaout, les mains assassines du GIA et leurs commanditaires ont ciblé un intellectuel foncièrement engagé pour une Algérie qui avance qu'il défendait à travers ses écrits. «Le silence, c'est la mort, et toi, si tu te tais, tu meurs. Et si tu parles, tu meurs. Alors dis et meurs», c'était le crédo journalistique et politique de l'auteur de Les Vigiles face aux agitateurs de l'épouvantail islamiste au début des années 1990.
Même si les forces du mal ont attenté à sa vie et le crime n'est pas élucidé, 27 ans plus tard, l'enfant d'Oulkhou (Ighil Ibahriyen), daïra d'Azeffoun a légué à la postérité des écrits poétiques, romanesques et journalistiques salués par la critique à ce jour. «Certes, si le corps se décompose, la pensée elle, ne meurt pas. Si les cols à franchir sont âpres, à l'épuisement nous trouverons un remède. Et s'ils anéantissent tant et tant d'étoiles, le ciel, lui, ne s'anéantit pas (…)», chantait Matoub Lounès dans l'hymne à Kenza, la fille de Djaout.
Outre sa très belle plume et son engagement en faveur de la démocratie et de tamazight, Tahar Djaout était très apprécié également pour ses qualités intrinsèques. Nadjib Stambouli, journaliste-écrivain qui l'avait côtoyé à l'hebdomadaire Ruptures témoigne dans son livre Ma piste aux étoiles : «Aucun versant de la personnalité n'était éligible au moindre reproche, encore moins à la critique, tant il personnifiait non seulement la bonté et la gentillesse, mais également la sérénité qui émanait de son visage, porté par le guidon de ses célèbres moustaches.» (page 18).
Plus loin, il ajoute : «Toujours disponible pour un conseil, un partage d'information, Djaout ne devient grand écrivain et journaliste que pour avoir été un grand homme.» L'auteur du livre (Casbah Editions, 2015) rapporte un autre trait de caractère du défunt journaliste d'Azeffoun, une région d'artistes : «Humble, la prétention ou l'arrogance que l'on perçoit chez nombre de ses pairs étant inaptes dans l'esprit de Djaout, il avait trouvé indécent, c'est son mot, qu'on consacre dans son propre journal Algérie Actualité, deux pages à la sortie d'une de ses œuvres».
Et à Nadjib Stambouli de conclure (page 20) par ce «verdict magistral» de Arezki Metref: «Il faut un siècle à l'Algérie pour produire un Djaout, mais il a suffi de dix ans d'école algérienne pour produire son assassin». Né à Oulkhou le 11 janvier 1954, Tahar Djaout est l'auteur de plusieurs œuvres, dont L'Exproprié, Les Chercheurs d'os, L'Invention du désert, Les Vigiles, Le Dernier été de la raison.
Dans le journalisme, il a exercé à partir de 1975 à l'hebdomadaire Algérie- Actualité tout en collaborant à Actualité de l'émigration.
Il quitte en 1992 Algérie-Actualité pour fonder avec quelques-uns de ses anciens compagnons, notamment Arezki Metref et Abdelkrim Djaad, Ruptures son propre hebdomadaire dont le premier numéro paraît le 16 janvier 1993.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.