PRODUITS PHARMACEUTIQUES : L'ARAV prescrit l'arrêt immédiat des campagnes publicitaires    DEFENSE : Le général-major Tlemçani à la tête de la 4ème région militaire    MASCARA : Des terres agricoles détournées de leur vocation    TISSEMSILT : La CNAC à l'écoute des citoyens    Energie: préparation d'une feuille de route axée sur la stratégie énergétique    MONTAGE AUTOMOBILE EN ALGERIE : Le ministre de l'Industrie apporte des précisions    Impact du Covid-19: la presse sportive algérienne touchée de plein fouet    REUNION D'EVALUATION DE L'EVOLUTION DU COVID-19 : Durcissement du confinement dans 29 wilayas    MASCARA : Un nouveau directeur à l'hôpital ‘'Yssaad Khaled''    CORONAVIRUS A BECHAR : Des activistes manifestent devant le siège de la wilaya    Meurtris par le Covid, réprimés par le pouvoir: la double peine des médecins égyptiens    RECUPERATION DES RESTES MORTUAIRES : Un pas vers la reconnaissance par la France de ses crimes    Cheb Khaled rêve d'un Maghreb Uni !    Covid-19 à Oran : malgré la hausse du nombre des contaminés, les gestes barrières ne sont pas respectés    Libye: reprise de la production et des exportations de pétrole après des mois de blocage    Premier League: L'Algérien Mahrez 2e meilleur passeur africain    Algérie/France: des avancées sur les questions mémorielles, en dépit de la persistance des voix des nostalgiques de la colonisation    La Bourse de Tokyo ouvre en baisse, la résurgence du Covid-19 inquiète    Syrie: l'aide transfrontalière de l'ONU suspendue à une décision russe    Des communes de la circonscription administrative de Birtouta interdisent la vente des moutons dans les lieux publics    Sétif : protestation des agents de la direction de réalisation des projets de l'ERGR Aurès pour des salaires impayés    Covid-19: Le président Tebboune préside une séance de travail consacrée à la situation sanitaire dans le pays    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    460 nouveaux cas confirmés et 10 décès en Algérie    Des partis politiques s'indignent des déclarations de Marine Le Pen glorifiant le passé colonial de son pays    Sabri Boukadoum effectue une visite en Italie    Reprise des compétitions: Mellal appelle la FAF à prendre une décision finale    Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Se sauver ou sombrer    Rachad, les harragas et la décennie noire    9 juillet 1962    Chelsea chasse Leicester du podium    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Perspectives moroses pour l'économie algérienne    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    La FAF tranchera le 15 juillet    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    15e but pour Benrahma    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    En attendant un autre ordre de mission    Cap sur un nouveau plan de relance    Nos prénoms dissimulent tant de guerres et tant de conflits !    "Hourof El Jenna", un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    Football Amateur : Attention au chant des sirènes    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Décès de Abderrahmane El Youssoufi : une étoile du Grand Maghreb s'éteint
Maroc
Publié dans El Watan le 30 - 05 - 2020

L'ancien Premier ministre marocain, Abderrahmane El Youssoufi, bien connu pour sa vigueur à défendre le Grand Maghreb, est décédé vendredi à Casablanca des suites d'une maladie, ont rapporté des médias marocains.
Natif de Tanger le 8 mars 1924, feu Abderrahmane El Youssoufi était l'un des artisans de la Conférence de Tanger (Maroc) ayant jeté les bases du projet du Grand Maghreb et ayant réuni, en 1958, les partis maghrébins nationalistes de l'Algérie, du Maroc et de la Tunisie à laquelle avait pris part une personnalité phare du Front de libération nationale (FLN), le moudjahid Abdelhamid Mehri. L'homme qui a passé la plus grande partie de sa vie dans l'opposition, avait rejoint le parti de l'Istiqlal, alors lycéen.
Dirigeant de l'aile gauche du parti, il sera parmi les fondateurs en 1959 de l'Union nationale des forces populaires (UNFP), qui va devenir en 1975 l'Union socialiste des forces populaires (USFP), et rédacteur en chef de son organe Attahrir entre 1959 et 1965. Compagnon de route de Mehdi Ben Barka (l'un des principaux opposants socialistes au roi Hassan II), il accepte après un long exil à Cannes (France) de mener un gouvernement en 1998 sous feu le roi Hassan II. Son gouvernement «d'alternance» constitué pour moitié (22 sur 41) par des ministres de la «Koutla», regroupement de partis de l'opposition. Il restera en poste jusqu'aux législatives de septembre 2002. En 2003, il démissionne de son poste de Premier Secrétaire de l'USFP et quitte la scène politique.
En 1959, il est arrêté pour offense au roi avant d'être relâché quelques jours plus tard. Ses années d'opposition seront marquées par plusieurs procès. En 1963, il est condamné par contumace à 2 ans de prison. En 1965, après l'assassinat de Mehdi Ben Barka, il vient en France où il vivra en exil durant 15 ans. Nouvelle condamnation lors du grand procès de Marrakech où le procureur requiert la peine de mort. Gracié en 1980, il rentre au Maroc. En 1992, après la mort d'Abderrahim Bouabid, il devient premier secrétaire de l'USFP.
Condamné à deux ans de prison par contumace en 1963, il quitte le Maroc en 1965 à la suite de la disparition de Ben Barka à Paris. Il restera en exil en France durant une quinzaine d'années. Entre-temps, il sera condamné à la peine capitale en 1975. Début des années 90', Abderrahmane Youssoufi rentre presque définitivement au Maroc. Il prend la direction de l'USFP en 1992 suite au décès de son Premier secrétaire de l'époque, Abderrahim Bouabid.
Auteur de récits du Passé, dernière étape de sa carrière
La présentation en mars 2018 à Rabat de ses mémoires aura été sa dernière sortie médiatique. Dans son ouvrage intitulé Récits du passé, il atteste l'implication des services secrets marocains, français et israéliens dans l'affaire liée à l'assassinat, en France, de l'opposant marocain, Mehdi Benbarka. L'ancien Premier ministre a décidé, au crépuscule de sa vie (94 ans), de dire sa version des événements vécus par le Maroc le long de la deuxième moitié du siècle passé. Dans son ouvrage : Alhadith fi ma jara (Récits du passé, en français), l'auteur a regretté que son pays «n'ait pas pu amorcer un virage démocratique pour plusieurs raisons». Parmi ces causes, l'«incapacité» de l'élite politique marocaine elle-même à opérer cette transformation. A cela s'ajoutent une «mauvaise gouvernance» et «une administration archaïque».
Ont été évoquées notamment, outre son enfance, les dessous de son retrait de la vie politique en 2003, des épisodes du mouvement national marocain, des premières heures de l'aube de l'indépendance, ses liens avec feu Mehdi Benbarka, son opposition au régime, sa prise de commandes de l'USFP et à sa pratique politique au sein du gouvernement de l'Alternance marocain. Divisés en trois parties, les mémoires, rédigés par son compagnon de route Mbark Boudarqa, sont une compilation en trois tomes d'éléments biographiques, d'entretiens et de discours de l'ancien opposant et chef du gouvernement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.