Le ministère de la Défense: Le général-major Meftah Souab n'a pas fui    Prophéties de chaos    Marché du gaz: Attar vante la stratégie de Sonatrach    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    FAUSSES SAINTETES    Ligue des champions d'Europe: Suspense garanti à Barcelone et Turin    Les grands axes du protocole du MESRS    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    L'apocalypse à Beyrouth    Des messages de soutien et propositions d'aides au Liban    Le message de condoléances et de compassion du président Tebboune    Aucun algérien ne figure parmi les victimes des explosions survenues mardi à Beyrouth (Liban), a annoncé le ministère des Affaires étrangères    Les révélations du PDG de l'ANEP    Explosion de Beyrouth: Tebboune ordonne l'envoi immédiat d'aides au peuple libanais    Décès du Professeur Grangaud: Djerad rend hommage à un "Fils de l'Algérie"    Feux de forêts: installation du comité d'évaluation des dégâts    Baisse sensible en 2020    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Belatoui prêt à rempiler    Les travailleurs réclament leurs salaires    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    Sept migrants décédés et cinq blessés dans un accident    Réalisation de puits pour l'amélioration de l'AEP    Le phénomène prend de l'ampleur à Relizane    La RN27 fermée à la circulation du 6 au 8 août    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    LE CHEF D'ETAT-MAJOR CHANEGRIHA AFFIRME : La gendarmerie est l'un des piliers de la stabilité    Le Général-Major Meftah Souab n'est pas en fuite    REOUVERTURE DES MOSQUEES : Les ‘'oulémas'' appellent à réaménager les horaires du confinement    EXPLOSIONS DE BEYROUTH : Pas d'Algériens parmi les victimes    EFFONDREMENT DU TUNNEL MINIER A AIN AZAL : Une commission d'enquête pour déterminer les causes    Sit-in des supporters pour réclamer la 2e place au classement    Réunion du bureau fédéral lundi prochain    Lancement officiel de la commercialisation de produits de finance islamique    Le nouveau SUV Enyaq iV se dévoile    Black is King, le film de Beyoncé célébré, mais aussi critiqué    La pandémie joue les trouble-fêtes    Controverse sur la «grande Albanie» : Dua Lipa dit avoir été mal comprise    Se reconstruire après la tragédie    Karim Younes se livre    Histoire. Lutte du peuple algérien pour l'Indépendance : 1958, une année charnière    Lobbyiste américain engagé par Haddad: Le parquet général ouvre une enquête    WA Tlemcen: Le Widad retrouve la place qui lui sied    Les clubs ne savent plusà quel saint se vouer    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aïn Témouchent : Le dispositif ANSEJ en question
Publié dans El Watan le 06 - 07 - 2020

80 à 85% constitue le taux de recouvrement moyen des créances par année des crédits accordés par le biais de l'Ansej.
Pour l'année 2020, le recouvrement a atteint un taux record de 116%, un résultat de remboursements tardifs et d'autres par anticipation sur les années prochaines.
De la sorte, la fluctuation du taux de recouvrement varie d'une année à l'autre entre 25 à 30% et peut descendre parfois à 50%. C'est le constat établi à la faveur d'une rencontre entre l'antenne de wilaya de l'Ansej et des associations dont les membres ont bénéficié de son soutien dans la création de micro-entreprises.
Il ressort également, une gestion moins bureaucratique, plus au fait des réalités économiques et des difficultés que rencontrent ces entreprises. Ainsi, les interventions intempestives, celles qui trainaient devant le tribunal tout bénéficiaire ayant vendu l'équipement acquis grâce au crédit, n'ont pas cours systématiquement.
Il est désormais admis que lorsque le porteur de projet s'aperçoit après le lancement de son activité que lorsque celle-ci n'est plus porteuse, il a la possibilité de changer de secteur d'activité en cédant le matériel acquis pour en acheter un autre conforme à la nouvelle activité qu'il projette.
D'autres porteurs de projets, comme par exemple des transporteurs ayant acquis des fourgons, pour éviter la faillite, investissent une seconde activité en plus de celle déclarée afin d'opérer l'appoint financier en vue d'un vital équilibre budgétaire.
Quant aux doléances présentées par les associations, elles ont essentiellement trait à deux revendications.
La première concerne la facilitation de l'accès au foncier comme lorsque l'investissement est dans le secteur agricole, la vocation principale de la wilaya. En effet, l'écrasante majorité des terres étant EAC ou EAC, leurs exploitants ne peuvent louer ni hangars inutilisés ni une parcelle improductive pour une activité au titre de l'Ansej tel l'élevage de bovidés pour la production de lait.
De la sorte, les porteurs de ce type de projets, obligés de louer au noir et ne disposant en conséquence d'un bail de location, ne peuvent se faire délivrer une carte de fellah qui permet de bénéficier d'un crédit de campagne ni même justifier l'obtention d'une autorisation de circuler en période de confinement.
La deuxième revendication a trait à l'application effective de l'article 56 du décret présidentiel de janvier 2012 qui enjoint aux différentes administrations à réserver prioritairement et exclusivement 20% de leurs commandes aux petites entreprises créées dans le cadre des dispositifs Ansej et de la Cnac.
Aussi, les associations réclament l'institution d'une commission de wilaya de suivie de l'application de la réglementation en la matière. Interrogé sur l'impact du mécanisme de l'Ansej, le directeur local reconnaît la nécessité d'un bilan mais pas sur le modèle de 2004, qui n'a pas donné de résultats fiables, les déclarations des bénéficiaires ayant fourni des informations insincères, en particulier pour ce qui est des chiffres.
Toujours est-il que sur 5683 crédits accordés depuis la création de l'Ansej, 1243 ont été remboursés alors que 52 porteurs de projet ont demandé un nouveau crédit pour leur extension. 362 bénéficiaires déficitaires et mis en demeure de rembourser, le fonds de garanti est intervenu pour le remboursement de 70% du montant restant de leurs créances.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.