Le ministère de la Défense: Le général-major Meftah Souab n'a pas fui    Prophéties de chaos    Marché du gaz: Attar vante la stratégie de Sonatrach    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    FAUSSES SAINTETES    Ligue des champions d'Europe: Suspense garanti à Barcelone et Turin    Les grands axes du protocole du MESRS    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    L'apocalypse à Beyrouth    Des messages de soutien et propositions d'aides au Liban    Le message de condoléances et de compassion du président Tebboune    Aucun algérien ne figure parmi les victimes des explosions survenues mardi à Beyrouth (Liban), a annoncé le ministère des Affaires étrangères    Les révélations du PDG de l'ANEP    Explosion de Beyrouth: Tebboune ordonne l'envoi immédiat d'aides au peuple libanais    Décès du Professeur Grangaud: Djerad rend hommage à un "Fils de l'Algérie"    Feux de forêts: installation du comité d'évaluation des dégâts    Baisse sensible en 2020    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Belatoui prêt à rempiler    Les travailleurs réclament leurs salaires    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    Sept migrants décédés et cinq blessés dans un accident    Réalisation de puits pour l'amélioration de l'AEP    Le phénomène prend de l'ampleur à Relizane    La RN27 fermée à la circulation du 6 au 8 août    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    LE CHEF D'ETAT-MAJOR CHANEGRIHA AFFIRME : La gendarmerie est l'un des piliers de la stabilité    Le Général-Major Meftah Souab n'est pas en fuite    REOUVERTURE DES MOSQUEES : Les ‘'oulémas'' appellent à réaménager les horaires du confinement    EXPLOSIONS DE BEYROUTH : Pas d'Algériens parmi les victimes    EFFONDREMENT DU TUNNEL MINIER A AIN AZAL : Une commission d'enquête pour déterminer les causes    Sit-in des supporters pour réclamer la 2e place au classement    Réunion du bureau fédéral lundi prochain    Lancement officiel de la commercialisation de produits de finance islamique    Le nouveau SUV Enyaq iV se dévoile    Black is King, le film de Beyoncé célébré, mais aussi critiqué    La pandémie joue les trouble-fêtes    Controverse sur la «grande Albanie» : Dua Lipa dit avoir été mal comprise    Se reconstruire après la tragédie    Karim Younes se livre    Histoire. Lutte du peuple algérien pour l'Indépendance : 1958, une année charnière    Lobbyiste américain engagé par Haddad: Le parquet général ouvre une enquête    WA Tlemcen: Le Widad retrouve la place qui lui sied    Les clubs ne savent plusà quel saint se vouer    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Azazga : Electro-industries dans la zone des turbulences
Publié dans El Watan le 09 - 07 - 2020

Un mouvement de grève a été enclenché depuis le 22 juin dernier par les travailleurs de l'entreprise Electro-industries, spécialisée dans la fabrication de transformateurs et moteurs électriques (ex-ENEL), d'Azazga, à 30 km à l'est de Tizi Ouzou.
Les protestataires organisent ainsi quotidiennement des rassemblements devant le siège abritant la direction de l'usine, afin d'obtenir satisfaction de leurs revendications. Celles-ci se résument essentiellement au versement de leur part des bénéfices qui revient, selon eux, de droit, chaque année, aux travailleurs de ce complexe moteurs.
Les grévistes s'interrogent sur le fait que ce complexe industriel soit déficitaire «alors qu'il est, disent-ils, le seul fabriquant dans le domaine sur le territoire national». Les protestataires reprochent aussi à la section syndicale de n'avoir pas soutenu leur action.
Mardi, lors de notre déplacement sur les lieux, des travailleurs nous ont déclaré : «Nous n'allons pas mettre fin à notre action de protestation avant de voir nos doléances prises en charge.»
Les grévistes poursuivent ainsi leur action ponctuée de sit-in à l'intérieur de l'usine pour exiger de leurs responsables leur part des bénéfices qui sont octroyés chaque fin d'année d'exercice. «Bénéfice, bénéfice», crient-ils à gorge déployée, lors des rassemblements qu'ils tiennent quotidiennement, depuis plus de deux semaines, à l'intérieur de l'usine qui risque d'être complètement paralysée si aucune solution n'est trouvée à ce bras de fer étant donné que les contestataires campent toujours sur leur position.
Par ailleurs, de son côté, l'employeur souligne que la situation financière de l'entreprise est difficile. «Les grèves cycliques observées durant l'année 2019 (3 jours ouvrables non travaillés mais payés) ont beaucoup influé sur le rendement de l'usine.
Cela a engendré une perte importante pour l'entreprise qui emploie 876 personnes, toutes catégories confondues. Nous ne pouvons pas attribuer des bénéfices en situation de crise, surtout lorsqu'on sait que la production était aussi totalement à l'arrêt durant plus de 50 jours, pendant la période du confinement sanitaire», nous a expliqué Djilali Bentaha, président-directeur général (PDG) d'Electro-industries d'Azazga. «Si les ouvriers en grève reprennent le travail, nous pouvons facilement récupérer les pertes provoquées par cette situation exceptionnelle, car nous sommes le seul producteur dans le domaine sur le marché national», a déclaré le même responsable. «Nous avons un conseil d'administration exceptionnel pour lundi prochain.
La direction essayera de convaincre les membres du CA de trouver une solution à cette situation qui pénalise l'entreprise», a-t-il ajouté, soulignant, en outre, que le problème de disparité des salaires entre les cadres dirigeants et les autres employés sera abordé lors de cette réunion.
Notons aussi que des représentants de la direction de l'emploi, de l'Inspection du travail, de l'APW et le maire d'Azazga se sont déplacés, mardi, à l'ex-ENEL d'Azazga pour essayer de trouver une issue favorable à la grève qui paralyse ce complexe industriel depuis plusieurs jours. «Nous avons un important plan de charge pour peu que l'usine fonctionne de manière régulière.
Nous avons seulement eu des perturbations dans la production durant cette période exceptionnelle», indique le même PDG. D'autre part, la section syndicale (UGTA), accusée par les grévistes de n'avoir pas soutenu leur action, précise que, juste au début du débrayage, les représentants syndicaux ont soulevé les problèmes des travailleurs lors de l'assemblée générale tenue le 23 juin dernier.
Enfin, en attendant la réunion du conseil d'administration, convoquée, à titre exceptionnel, pour lundi prochain, la grève des travailleurs se poursuit toujours à l'ex-ENEL d'Azazga.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.