Accidents de la circulation : 32 morts et 1462 blessés en une semaine    La "carte de journaliste", l'arme fatale des autorités    Le choc !    "Le Hirak a beaucoup accompli, il reste l'essentiel"    Cauchemar    Ah ! La fine équipe !    Tebboune met la pression sur les ministres    Alger veut une réévaluation    La lutte contre le crime organisé sur la table    L'UGCAA de Tizi Ouzou demande la prolongation des délais    Farès fonce vers le Lazio    La mise en garde de l'avocat de Prince Ibara    L'histoire, dernier adversaire de Lewandowski    Drareni condamné à 3 ans de prison ferme    Incompréhension et réserves de la communauté universitaire    1 349 interventions enregistrées par la Sûreté de wilaya    Reprise à la Pêcherie    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans    La mosquée Sidi-Ghanem de Mila n'a subi aucun dégât    Le comédien Bachir Benmohamed n'est plus    Ce n'est pas moi qui le dis !    Enseignement supérieur : examen de la coopération bilatérale avec les Emirats arabes unis    Ligue 1 : Tayeb Mahyaoui nouveau président du MC Oran    Le moudjahid Hamana Boulaaras n'est plus    Mila: logements et aides financières pour les sinistrés des deux tremblements de terre    Hong Kong : Pékin sanctionne à son tour 11 responsables américains    L'Algérie condamne vigoureusement l'attaque terroriste au Niger    Tiaret : Le réseau d'alimentation en eau potable sera réhabilité    Encore un scandale à l'ESSTS de Dely Brahim : Quatre plaintes pour harcèlement contre le directeur    On vous le dit    PUB' : LE GRAND « FAITOUT »    LA SACRALITE DEBONNAIRE DE L'ANSEJ    Chlef: Le nouveau procureur général installé    Les habitants de Guentour protestent contre le manque d'eau    Le président de la forem: «On a fabriqué un clientélisme au sein des associations»    Tébessa: Autre temps, autres gens...    Ankara envoie un navire de recherche d'hydrocarbures    Le gouvernement Diab démissionne    l'Algérie engagée dans une lutte sans relâche contre les menaces à ses frontières    L'Europe doute des résultats de la présidentielle    Moussaoui, la priorité du Chabab    "Benchaïra a encore une bonne marge de progression"    La composition des deux groupes connue    Polémique autour d'une publication sur Okba Ibn Nafaâ    La dernière icône de l'âge d'or du théâtre algérien    L'affaire Khaled_Drareni, la fin du mirage de «l'Algérie nouvelle »    Reconstruction de Beyrouth: les donateurs conditionnent l'aide à une palette de réformes    WSRW demande au français Voltalia de s'abstenir de toute activité à Laâyoune    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aveu d'échec
Publié dans El Watan le 12 - 07 - 2020

Avec l'adoption des dernières mesures pour essayer de circonscrire la pandémie de Covid-19, le gouvernement reconnaît, à demi-mot, l'échec de la stratégie arrêtée depuis mi-mars dans la lutte contre cette maladie.
Une épidémie qui en 4 mois, depuis la déclaration officielle du premier cas, aura contaminé des dizaines de milliers de citoyens et dépassé en quelques jours le cap des 1000 décès. Il y a là de quoi préoccuper la majeure partie des citoyens qui restent suspendus aux communiqués laconiques officiels diffusés chaque jour par les médias. De simples bilans macabres des contaminations et des guérisons, sans autre explication, qui, quand ils ne suscitent pas davantage d'inquiétude chez quelques-uns, confirment pour la plupart que le pays est entré de plain-pied dans une phase de déconfinement, et que la vie sociale peut reprendre le plus normalement.
Faut-il alors s'étonner devant de telles carences en matière de communication et de sensibilisation de la population que l'épidémie connaisse un tel rebondissement du fait du relâchement de la vigilance presque générale, conséquence première de ce déficit en matière de communication officielle. Les autorités exécutives, et en premier le chef de l'Etat lui-même, se sont voulues rassurantes en annonçant sur tous les toits de nos douars et déchras, la création de comités d'experts, de conseils scientifiques de suivi de cette maladie, confiés à des personnalités de renom, reconnues souvent internationalement, sans que cela ne soit suivi de résultats.
Pas la moindre information, pas la moindre image de ces personnalités n'a été diffusée sur les chaînes de radio, de télé ou dans la presse écrite... On en viendrait même à douter que ce ne sont là que de simples effets d'annonce destinés à la consommation interne. Tout comme on en vient à supposer que même si ces personnes, censées faire autorité en médecine et dans la recherche médicale, aient accepté la sollicitation des autorités algériennes, pourquoi jusqu'à présent pas le moindre conseil ou recommandation émanant de ces instances n'a été diffusé aux Algériens à travers les médias et les réseaux sociaux.
Bien au contraire, certaines voix du milieu médical se sont élevées pour en contester leur composition. Pas la moindre apparition de ces personnes qui aurait pu rassurer, convaincre et persuader les citoyens de la nécessité de se prémunir face à une maladie qui, loin de connaître le moindre reflux, donne au contraire l'impression, comme disent les médecins, d'évoluer à «bas bruit».
Dans ces conditions, on comprend mieux le coup de gueule du président de l'Ordre national des médecins, le seul à prendre la parole en dehors des cénacles officiels, pour alerter la population et demander des autorités à faire en sorte que ces responsables désignés rendent des comptes d'abord aux Algériens, à l'opinion publique nationale. Tout comme il persiste à mettre le doigt là où ça fait mal, les dysfonctionnements du système sanitaire et des structures dédiées à la lutte contre la Covid-19 sur le manque scandaleux de moyens, comme la pénurie d'oxygène en salle de réanimation, l'absence d'équipements pour le personnel soignant et surtout de tests de dépistage...
Alors, face à autant de problèmes si élémentaires, l'annonce de la mise à la disposition du ministre de la Santé d'un avion de la Présidence pour ses missions d'inspection à travers les wilayas paraît si dérisoire. Un jour viendra où des enquêtes indépendantes dévoileront l'ampleur qu'aura eu cette pandémie sur les Algériens. En attendant, il faut se préparer, de l'avis des experts de l'Organisation mondiale de la santé, à la venue de la seconde vague de la Covid-19 en octobre ou en novembre, alors que chez nous, l'on n'a pas encore fini avec l'actuelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.