Les souscripteurs s'approprient les lieux    Après le choc, la colère !    "J'ai toujours été un fan de la JSK"    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Séisme à Mila: urger la réparation des pannes des réseaux AEP    Dispositif sur l'ouverture graduelle des plages et des lieux de détente à partir de samedi    Mila: le barrage de Béni Haroun est équipé d'installations parasismiques    Arrêt de la saison 2019-2020: la JSK conteste la décision de la FAF    EL TARF : Saisie de 3 pistolets automatiques et près de 680 cartouches    RESSORTISSANTS ALGERIENS RAPATRIES DE L'ETRANGER : L'Algérie réduit la période de quarantaine    RND: le dernier congrès, une "étape décisive" dans le parcours du parti    Médias-Pratiques anti-professionnelles: engager une réflexion collective    Séisme à Mila: la Libye entièrement solidaire avec l'Algérie    Accidents de la route: 6 morts et 371 blessés en 48 heures    CORONAVIRUS : Djerad annonce l'ouverture des mosquées le 15 août    ALGERIE - FRANCE : Une écriture commune de l'histoire "n'est pas possible"    583 nouveaux cas confirmés et 11 décès en Algérie    27 migrants morts    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Les 4 samedis    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Les mains de l'intérieur !    MCA-GSP, enfin le retour aux sources !    Ciccolini fier d'entraîner les Rouge et Noir    Fermeture de près de 5 400 commerces à Alger    Zakaria Draoui fait son come-back    5 août 1934 : du lieu-dit des pogroms au fantasme de la «tolérance»    Banni de Twitter pour antisémitisme, le rappeur Wiley défend ses publications    Moula Moula et d'autres contes, premier recueil du conteur Seddik Mahi    L'Algérie envoie quatre avions humanitaires à Beyrouth    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    Des pays émergents risquent l'insolvabilité    Belkecir, Zendjabil et les réseaux de la drogue    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    Un militant du hirak placé sous mandat de dépôt    Amar Chouaki, nouveau directeur général    L'artiste peintre Hadjam Boucif n'est plus    "Tu n'as pas seulement été mon avocate, mais une grande sœur"    Lire en Algérie, dites-vous !    US Tébessa : Le président Khoulif Laamri n'est plus    Aïn Charchar (Skikda) : La pastèque se cultive dans la zone d'activité industrielle    L'opposition irritée par la candidature de Ouattara à un troisième mandat    Production de la pomme de terre à Tébessa : Des prévisions pour plus de 1,3 million de quintaux    Mohamed Belkheiria, premier condamné à mort exécuté    «Celia Algérie» sollicite l'intervention du wali de Blida: Le blocage de l'usine de Beni Tamou perdure    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ligue des champions d'Afrique : Le Cameroun refuse d'abriter le Final 4
Publié dans El Watan le 13 - 07 - 2020

Nouveau coup dur pour la Confédération africaine de football (CAF). Après le report de ses compétitions majeures (CAN et CHAN) et l'annulation de la CAN féminine qui lui a valu les foudres de la FIFA, l'instance faîtière du football africain n'a toujours pas trouvé de domiciliation pour les demi-finales et la finale de la Ligue des champions, qui doivent se disputer au mois de septembre prochain sous le format d'un Final 4.
Décidées lors de son comité exécutif tenu le 30 juin dernier, la LDC et la Coupe de la CAF devaient s'achever en tournoi à match unique (Final 4) et dans un seul pays.
Si pour la Coupe de la CAF l'instance d'Ahmad Ahmad a choisi le Maroc, elle espérait le concours du Cameroun pour abriter le Final 4 de la LDC avec comme affiches des demi-finales qui opposeront le Raja de Casablanca au Zamalek et le Wydad Casablanca à Al Ahly. Les deux parties ont même envisagé que le nouveau complexe sportif de Japoma à Douala accueillerait le Final 4, et il ne restait que la confirmation des autorités camerounaises.
Mais voilà, le Cameroun que la CAF a sollicité, il y a quelques jours, et qui devait en principe accepter la proposition, l'a finalement rejetée, avant-hier samedi en fin de journée.
Motif invoqué officieusement, puisque rien n'a été communiqué à ce sujet : «L'évolution inquiétante de la situation sanitaire due au Covid-19», selon un responsable au sein de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot). Une autre source au sein du ministère des Sports camerounais évoquera pour sa part un tout autre motif : «En réalité, le Cameroun n'a pas refusé d'organiser ces matchs.
Mais, compte tenu des fortes pluies qui arrosent généralement la ville de Douala au mois de septembre, nos autorités ont demandé un report d'un mois à la CAF. C'est à ce niveau que la décision liée au refus d'organiser ces matchs a été prise».
Le rejet du Cameroun, qui met la CAF dans un sérieux embarras, puisque cette dernière devra trouver un pays qui accueillera le Final 4 de la LDC dans les plus brefs délais, à un mois et demi de l'échéance qu'elle s'est fixé pour achever les compétitions inter-clubs. En effet, avec la crise de Covid qui touche la majorité des pays africains, difficile de convaincre les Etats d'accueillir les trois matchs de la Ligue des champions.
LE RWANDA, ABU DHABI ET DUBAI COMME SOLUTION
Peu de choix se présentent désormais à la CAF pour disputer le Final 4 de la LDC. Selon certaines indiscrétions, l'instance que dirige Ahmad Ahmad songerait déjà au Rwanda. Un pays qui n'a pas connu une propagation importante de la pandémie. Mais là encore, il reste à la CAF de formuler la demande à l'Etat rwandais, qui pourrait lui aussi suivre le chemin du Cameroun, en déclinant l'offre de la CAF.
A moins que la CAF ne délocalise carrément le tournoi hors du continent, en acceptant l'une des offres émanant des pays du Golfe, plus précisément des Emirats arabes unis, où deux Etats se sont proposés à accueillir l'événement tous frais payés. Il s'agit, comme indiqué dans l'une de nos livraisons, d'Abu-Dhabi et de Dubaï. Là encore, rien n'est fait, puisque les membres du comité exécutif de la CAF ont insisté pour que la Ligue des champions s'achève sur le sol africain.
Mais avec les choix limités, pour ne pas dire inexistants qui s'offrent à la CAF, cette dernière risque-t-elle de revoir sa position ? Réponse dans les prochains jours.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.