Demande de levée de l'immunité à Mohcine Belabbas et Abdelkader Ouali    La colère de Zeghmati    Le procureur veut alourdir les peines pour Ouyahia et Eulmi    "Réunir la famille du FFS sous un même toit"    Louisa Hanoune pointe "une régression des libertés"    Ce qui est reproché à Noureddine Tounsi    Près de 1 270 000 bénéficiaires en 20 ans    L'Algérie exclut le retour aux licences d'importation    Les précisions de la direction de Batimetal    Quid des conteneurs des produits dangereux au port d'Oran ?    Incendie dans un bâtiment de Huawei    Deux militaires tués dans l'explosion de leur véhicule    Mandat d'arrêt contre 82 personnes prokurdes    Messi, prié de rester mais privé de sa garde rapprochée    Zelfani : "Je suis soulagé !"    La fille des Aurès    Les non-dits    Démantèlement d'un réseau spécialisé dans le vol de véhicules    Les spécialistes plaident pour des décisions prudentes    Affichage des listes des bénéficiaires    «Pas d'inquiétude, vos enfants seront bien accueillis»    Les bavettes non distribuées dans les campus    Les paramédicaux face à la sourde oreille de la DSP de Bouira    Le musée des beaux-arts d'Alger rouvre ses portes aux visiteurs    Une association française demande la reconnaissance du crime par l'Etat    Plus loin avec Hamdi Benani... la muse... !    Quid des arts et de la culture ?    JSMB : La saignée a commencé    AGEx de la SSPA/USM el Harrach : Retrait de confiance à Laïb acté aujourd'hui    Tizi Ouzou : Les souscripteurs AADL maintiennent la pression    Oussama Sahnoune, nageur International : «Je vise la finale olympique à Tokyo»    Des hommes et des dieux de Xavier Beauvois : «J'ai un peu improvisé avec Sabrina Ouazani»    «C'était un bonheur que de camper le rôle du frère Luc, un philanthrope universel...»    Malek Souagui. Poète : «L'écrivain dans la société est celui qui contribue à créer une transmission»    Marchandise à caractère commercial: Plus de 900 smartphones saisis à l'intérieur d'un car-ferry    Tiaret: 20 jeunes chômeurs en formation en entrepreneuriat    Bouira - Algérie Télécom : forum sur les nouvelles technologies numériques    Mascara: Le stade de l'Unité Africaine fait peau neuve    Importation: Pas de retour aux licences    Un mort et six blessés dans deux accidents de la route    LES FAUSSES INTIMITES DANS UN MONDE NU    M6, La petite chaîne qui «mente» !    Le président et le vice-président de transition du Mali ont prêté serment    Zimbabwe appelle l'ONU à redoubler d'efforts pour mettre fin à l'occupation du Sahara occidental    Affaire SOVAC : poursuite du procès en appel par les plaidoiries de la défense    Participation de l'ANP au maintien de la paix : une évolution dictée par le contexte géopolitique    Belhimer: le débat sur la Constitution dénote la conscience du peuple qui suit de près le sujet    L'ennemi extérieur est uniquement dans la tête des dirigeants.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Gestion des marchandises en souffrance au niveau des ports : La commission d'inspection chargée de renforcer le contrôle
Publié dans El Watan le 13 - 08 - 2020

La récente et tragique explosion au niveau du port de Beyrouth est pour nombre d'administrations portuaires une leçon pour redoubler de vigilance.
Le groupe des services portuaires Serport a instruit les responsables des entreprises portuaires d'activer davantage la commission chargée de l'inspection et de l'évaluation des marchandises avariées ou en séjour prolongé au niveau des aires d'entreposage. «Le suivi et l'évaluation des marchandises importées, en souffrance au niveau des aires d'entreposage se fera par la commission tous les quinze jours au lieu d'une fois par mois...
Cela permettra de libérer progressivement les espaces portuaires des conteneurs en souffrance qui entravent l'activité commerciale», déclare à l'APS le PDG du groupe, Djelloul Achour. Sans avancer un chiffre sur le nombre de conteneurs en souffrance, M. Achour note que les fausses déclarations et le manque de traçabilité du produit importé font prolonger le séjour des marchandises au niveau des aires d'entreposage. «Chaque conteneur en souffrance comporte un dossier administratif et juridique et souvent ce sont les procédures judiciaires qui prolongent le séjour de ces marchandises...
Ces surfaces occupées pendant des mois, voire des années, entravent le bon fonctionnement des ports... C'est un constat malheureux car nous nous retrouvons avec des marchandises, quelquefois périmées qui occupent des espaces pour rien», déplore le même responsable en justifiant de l'intérêt de multiplier les contrôles par la commission chargée de l'inspection et de l'évaluation des marchandises avariées ou en séjour prolongé. Ladite commission jugera de la qualité des marchandises qui, si elles sont périmées ou non propres à la consommation, seront acheminées vers les décharges par le biais des APC en vue de leur destruction.
Dans le cas où certaines marchandises sont des produits récupérables, la commission les cède aux établissements publics, notamment les jouets, les équipements électriques ou électroniques. Interrogé par l'APS sur les produits dangereux et inflammables au niveau des ports, Djelloul Achour assure que le règlement de l'exploitation des ports qui date de 1975 interdit le séjour de marchandises dangereuses au sein des aires de stockage portuaires. «Toutes les marchandises classées dangereuses transitent selon un règlement bien déterminé et la livraison se fait sous paillon», affirme-t-il. «La déclaration de l'enlèvement du produit dangereux s'effectue systématiquement dès son arrivée au port avant son acheminement sous paillon directement vers son destinataire et l'opération est effectuée sous escorte des services de sécurité», assure encore le même responsable.
Certains ports, à l'exemple de ceux de Béjaïa, Skikda, Oran et Rouiba sont aussi équipés d'installations spécifiques dédiées au séjour des marchandises dangereuses pour une durée déterminée. «La déclaration de ces marchandises se fait sur place, un traitement particulier de ces produits est réalisé à l'intérieur même de ces enceintes portuaires avant leur acheminement vers leurs destinataires», note Achour Djelloul.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.