Importation des véhicules neufs : « une approche alliant simplification et efficacité est nécessaire », selon le Président (communiqué)    Barça : Les joueurs font la queue pour une photo avec Messi (Vidéo)    Man United : Greenwood signe un doublé face à Burnley    Responsable sahraoui : "Nous saurons faire face aux drones israéliens utilisés par le Maroc"    La Conférence de Bandung, début de la participation algérienne dans les fora internationaux    DGSN : installation de nouveaux chefs de Sûreté de wilayas    La phase de déploiement de la stratégie Sonelgaz-horizon 2035 sera bientôt entamée    Coronavirus: 156 nouveaux cas, 111 guérisons et 3 décès    Législatives du 12 juin: dernier délai pour le dépôt des dossiers de candidature, jeudi à minuit    Coupe de la Ligue : les matchs de mardi avancés à 15h30    Tribunal de Tipaza : Kamel Chikhi, dit «El Boucher», condamné à deux ans de prison ferme    Fédération algérienne de football : la passation de consignes Zetchi – Amara mardi    Vaccins anti-Covid : Les risques dus aux effets secondaires sont «négligeables», selon le Pr Mahiaoui    Enseignement supérieur : le recrutement direct des diplômés de doctorat «impossible », selon le ministre    Dangereuses menaces sur la Mosquée d'Al-Aqsa    «La présence de 1 588 containers en zones de stockage n'est pas logique»    Chranou explique les raisons du départ de l'entraîneur Sahraoui    Agressions contre le foncier public    Tadjine aux épinards    Les restaurants Errahma sont de retour    «Le Printemps berbère n'était pas venu spontanément»    Sale temps pour le Mouloudia    Des citoyens bloquent le centre-ville    Le scénario du groupe bancaire Crédit Agricole    Marche à Montréal pour célébrer le Printemps berbère    Forte mobilisation malgré le jeûne    L'Ahaggar, la bataille des territoires    Le Conseil de sécurité approuve le déploiement d'observateurs    Les Kabyles mettent le cap sur Garoua    Coronavirus: plus de 3 millions de morts dans le monde, course à la vaccination    Béchar : La pénurie du lait en sachet réapparaît    Théâtre régional de Mostaganem : Riche programme artistique et culturel    Fin de mission ou redéploiement ?    Dossier de la mémoire: «La pandémie est venue retarder les pourparlers»    Quand la vie se résume à un poème    El Tarf: Un riche programme culturel et artistique    L'Abef allège le recours au Credoc    À quoi joue la Turquie?    Plusieurs responsables américains interdits d'entrer en Russie    Le pic de l'inconscience    L'appareil sécuritaire toujours prêt face à la menace terroriste    «Les législatives sont un objectif stratégique»    Tebboune préside la réunion périodique    Renouvellement du bâtonnat de Boumerdès    «Nous souhaitons aller vers de nouveaux services»    Le premier martyr du Mouvement national    «El Aqaïd» de Abdelhamid Benbadis    Un cocktail culturel varié    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Gestion des marchandises en souffrance au niveau des ports : La commission d'inspection chargée de renforcer le contrôle
Publié dans El Watan le 13 - 08 - 2020

La récente et tragique explosion au niveau du port de Beyrouth est pour nombre d'administrations portuaires une leçon pour redoubler de vigilance.
Le groupe des services portuaires Serport a instruit les responsables des entreprises portuaires d'activer davantage la commission chargée de l'inspection et de l'évaluation des marchandises avariées ou en séjour prolongé au niveau des aires d'entreposage. «Le suivi et l'évaluation des marchandises importées, en souffrance au niveau des aires d'entreposage se fera par la commission tous les quinze jours au lieu d'une fois par mois...
Cela permettra de libérer progressivement les espaces portuaires des conteneurs en souffrance qui entravent l'activité commerciale», déclare à l'APS le PDG du groupe, Djelloul Achour. Sans avancer un chiffre sur le nombre de conteneurs en souffrance, M. Achour note que les fausses déclarations et le manque de traçabilité du produit importé font prolonger le séjour des marchandises au niveau des aires d'entreposage. «Chaque conteneur en souffrance comporte un dossier administratif et juridique et souvent ce sont les procédures judiciaires qui prolongent le séjour de ces marchandises...
Ces surfaces occupées pendant des mois, voire des années, entravent le bon fonctionnement des ports... C'est un constat malheureux car nous nous retrouvons avec des marchandises, quelquefois périmées qui occupent des espaces pour rien», déplore le même responsable en justifiant de l'intérêt de multiplier les contrôles par la commission chargée de l'inspection et de l'évaluation des marchandises avariées ou en séjour prolongé. Ladite commission jugera de la qualité des marchandises qui, si elles sont périmées ou non propres à la consommation, seront acheminées vers les décharges par le biais des APC en vue de leur destruction.
Dans le cas où certaines marchandises sont des produits récupérables, la commission les cède aux établissements publics, notamment les jouets, les équipements électriques ou électroniques. Interrogé par l'APS sur les produits dangereux et inflammables au niveau des ports, Djelloul Achour assure que le règlement de l'exploitation des ports qui date de 1975 interdit le séjour de marchandises dangereuses au sein des aires de stockage portuaires. «Toutes les marchandises classées dangereuses transitent selon un règlement bien déterminé et la livraison se fait sous paillon», affirme-t-il. «La déclaration de l'enlèvement du produit dangereux s'effectue systématiquement dès son arrivée au port avant son acheminement sous paillon directement vers son destinataire et l'opération est effectuée sous escorte des services de sécurité», assure encore le même responsable.
Certains ports, à l'exemple de ceux de Béjaïa, Skikda, Oran et Rouiba sont aussi équipés d'installations spécifiques dédiées au séjour des marchandises dangereuses pour une durée déterminée. «La déclaration de ces marchandises se fait sur place, un traitement particulier de ces produits est réalisé à l'intérieur même de ces enceintes portuaires avant leur acheminement vers leurs destinataires», note Achour Djelloul.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.