ENCORE UN PAS À FRANCHIR...    La Ligue arabe, l'ONU et l'UE réclament leur retrait    Une période d'incertitude s'ouvre au Tchad    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    "L'EN doit continuer à apporter de la joie aux Algériens"    C'EST DEJÀ LA FIN !    ECUEILS REGLEMENTAIRES ET COLÈRE DES SUPPORTERS    Six personnes arrêtées lors des manifestations    De fausses licences de moudjahidine pour importer des voitures    Lancement de "Lawhati" pour la vente d'œuvres d'art en ligne    CONSTANTINEREND HOMMAGE AU SOUVERAIN DU MALOUF    Le salon du livre amazigh est né    Le challenge de deux présidents    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    La sanglante guerre d'usure des Houthis    Une enquête choquante    Les inconnues d'un scrutin    346 Containers abandonnés    768 Logements sociaux électrifiés    Victoire du CRB devant le CABBA    Brèves    Les Africains connaissent leurs adversaires    182 nouveaux cas, 129 guérisons et 7 décès en 24h    Des milliers de travailleurs investissent la rue    Les raisons de la 2e vague de la hausse des prix    15 quintaux de kif marocain saisis    Le ministère du Commerce sensibilise    Déprime ramadhanesque    Les islamistes rêvent de victoire    L'Algérie ne tombera pas    Dernière ligne droite avant la campagne    «Les centres d'archives sont une vitrine»    Projection de Hassan Terro    Expo «Quelques choses d'Alger»    Coupe de la Confédération (Gr. B / 5e J): victoire de la JS Kabylie devant Coton Sport (2-1)    Gouvernement: examen d'un projet de création d'une autorité de régulation du marché du tabac    Décès d'Idris Deby : la communauté internationale appelle à préserver la paix    Perturbation dans l'approvisionnement en huile de table    Grandiose marche nocturne à Akbou    Le marché dans tous ses états    Bechar: installation du nouveau chef de la sûreté de wilaya    Les appels à la libération de Rabah Karèche se multiplient    «Le sondage doit devenir un réflexe»    la liste des membres sélectionnés approuvée    Hausse au premier trimestre 2021    Lutte contre la criminalité : Démantèlement de groupes criminels    A partir de la citadelle d'Alger : Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine    La fièvre des stèles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Education nationale : Une pionnière risque l'expulsion
Publié dans El Watan le 22 - 09 - 2020

Elle fait partie de la première génération d'enseignants de l'Algérie indépendante. C'est à partir de 1963 qu'elle entama une longue carrière d'enseignante au cycle primaire avant d'être promue directrice d'école en 1976 et fut la première femme à occuper le poste de chef d'établissement à Skikda.
Durant sa longue carrière, elle eut à former des centaines d'élèves et des dizaines d'enseignants et... de directeurs. Aujourd'hui, cette dame de l'école algérienne risque de se retrouver à la rue. Un huissier de justice est venu, ces derniers jours, l'informer qu'elle devrait libérer le logement d'astreinte qu'elle occupe au niveau du CEM Guahhit, au quartier Mont-Plaisant. «Je n'ai jamais demandé ni bénéficié d'un logement social. Je préférais plutôt penser aux enseignants qui travaillaient avec moi pour lesquels j'ai tout fait pour qu'ils puissent bénéficier d'un logement», tient-elle à rappeler.
Avant de partir en retraite, Mme Abada s'est rapprochée de plusieurs responsables de l'éducation en vue de bénéficier d'un logement. Elle savait qu'on n'allait pas tarder à la harceler pour quitter le logement d'astreinte qu'elle occupait. Il est vrai que les logements de fonction dans la ville de Skikda ont de tout temps attiré les convoitises et certains ont même servi de pied à terre.
Le directeur de l'éducation de l'époque ira jusqu'à refuser de la recevoir. «J'ai essayé de plaider ma cause auprès du chef de daïra de l'époque, mais je fus reconduite à la porte comme une malpropre. Toutes mes demandes de logement ont été mises aux oubliettes. Pour argumenter ce refus absurde, le directeur de l'éducation de l'époque a laissé entendre, ici et là, que mon ex-époux avait déjà bénéficié d'un logement social, alors que tout le monde, ici à Skikda, savait qu'on avait déjà divorcé et que je vivais seule à cette époque», explique Mme Abada.
Se refusant de donner l'impression de chercher l'aumône, ni à amadouer son monde, Mme Abada reste humble. «Je suis une enfant de l'éducation et je sais que les logements d'astreinte sont faits pour être libérés au besoin, mais là je ne sais où aller. Je n'ai plus la force ni les moyens de me lancer dans les batailles juridiques qui m'ont déjà assez usée», reconnaît-elle comme si, elle se sentait délaissée par un secteur auquel elle a donné le meilleur de sa vie. «Ce qui me chagrine le plus, c'est que ceux qui me ferment aujourd'hui les portes font partie d'une génération que j'ai eu comme élèves.» L'amertume de cette dame est immense. Ne la laissons pas seule.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.